Kunshu



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Iemelian "Mel" Balëhir

Aller en bas 
AuteurMessage
Iemelian Balëhir
Rebelle
Rebelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 31
Date d'inscription : 01/04/2008

Identité
Affinités: Annice
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 18 ans

MessageSujet: Iemelian "Mel" Balëhir   26.05.08 21:24

Nom : Balëhir
Prénom : Iemelian mais il se fait appeler Mel depuis qu’il a fuit
Age : 18 ans (07 décembre 185)
Métier : Futur assassin xD ? Bon euh… Ex esclave ? Attendez, je cherche…

Parents (et famille) : Les parents d’Iemelian étaient des nobles de la Mine de Sable. Dépourvus du moindre pouvoir magique contrairement à certains de leur rang, ils étaient fermement opposés à la dictature des Abis et ceux bien avant que le peuple soit hostile à Onyx après trois années de guerre. Oeuvrant dans l’ombre contre celui qui dirigeait d’une main de fer la cité, ce fut ce qui leur coûta la vie alors que leur fils n’avait que 13 ans. Iemelian a une sœur de un an son aînée appelée Methrah.
Héritage : Ses parents morts, il est issu d’une famille déchue tombée en partie dans les oubliettes sur les ordres d’Onyx Grenat. De ses parents, il ne lui reste qu’une forte aversion pour ce personnage despotique… en dix fois pire. S’il a les yeux vert et les cheveux noirs de son père, pour ce qui est des traits, il a toujours été plus proche de sa mère bien que celle ci eut de son vivant les cheveux bruns et les yeux noisettes. Comme tous les habitants de la Mine de Sable, sa peau est halée.
Origine : Noblesse de la Mine de Sable
Guilde : Sakarau


Caractère

Tics : Il fait craquer sa nuque quand il essaye de calmer ses nerfs. Sinon, il ne supporte pas d’avoir les mains inoccupées et passe son temps à triturer quelque chose, de sa tunique à un objet quelconque en passant par les mèches de cheveux d’ébène lui retombant dans la nuque. Il a tendance à se mordre les lèvres quand il est concentré.
Défauts : Impulsif, il fait ce qu’il veut au moment où il l’a décidé, trop content d’être enfin libre de ses actes. Franc à l’extrême, il est prompt à sortir la phrase qu’il ne faut pas au mauvais moment et est trop sincère pour être un bon menteur (ce qui lui a déjà joué des tours). Toute personne le jugeant trop vite est immédiatement ignorée et méprisée et il a du mal à se faire une autre idée de celle ci. Sans lame à la main, il est assez démuni car, après tout, après avoir été un gosse de riche comme les autres, ce ne sont pas cinq années de vie d’esclave qui ont fait de lui un soldat aux réflexes parfaits et à la force herculéenne. Il tient mal le manque de sommeil.
Qualités : Dévoué pour ses idéaux et ceux qu’il aime ou estime. Son courage ne l’a pas rendu arrogant, il reste compréhensif face aux faiblesses d’autrui car bien qu’impulsif, il n’est pas sans peurs. Intelligent et assez instruit, il est du genre à comprendre les choses en un éclair (n’est pas toujours pour arranger son côté fougueux). Très endurant, notamment à la douleur, il est naturellement doué avec une arme blanche et sa souplesse innée rend sa marche silencieuse.
Autres :
- Il ne vit que pour un jour ôter la vie à celui qui a volé celles de ses parents, et ‘indirectement’ la sienne et celle de sa sœur. Mais s’il désire tuer Onyx, il n’a jamais tué personne ce qui est un problème. Sa rancune envers l’Abis de la Mine de Sable sera-t-elle suffisante pour qu’il aille jusqu’au bout ?
- Il ne supporte absolument pas d’avoir une chaîne autour du cou ou des poignets et d’ailleurs le seul tintement du métal lui est déplaisant. Cette pseudo phobie est doublée d’une autre bien plus marquée : la crainte d’être enfermé. S’il aime l’obscurité de la nuit, celle d’une pièce plongée dans le noir l’oppresse.


Physique

Taille : 1m76
Poids : 60 kilos
Cheveux : Noirs
Façon de se vêtir : Il ne porte que des vêtements beige et noir de manufacture assez simple. La plupart du temps, il revêt une tunique noire (sans manches, au col en V, fendue sur les côtés à partir des hanches et lui arrivant aux genoux) par dessus un sarouel beige et de fines chaussures de cuir noir. Il se sépare rarement de sa cape, beige elle aussi. Ses vêtements ne mettent pas vraiment son physique en avant, il ne cherche pas à séduire quiconque.
Yeux : Vert émeraude
Carrure : Sans être grand, il a une silhouette très élancée qui peut paraître fragile pour quiconque ne le connaîtrait pas. Ses articulations sont fines, sa taille étroite, ses mains graciles, ses jambes longues, mais ses muscles longilignes se dessinent sous sa peau avec une précision étrange. Son corps paraît perpétuellement tendu comme si quelque part, il souffrait. Il se tient très droit. Son visage est très fin et bien dessiné ; sans cette fine cicatrice au niveau de son nez, il aurait aisément pu être qualifié de superbe.
Autres : Ses mains sont marquées de nombreuses cicatrices, sa maîtresse ayant pour habitude de réprimander en frappant les doigts comme pour un enfant désobéissant face à un enseignant sadique. Il a une fine cicatrice qui le barre le visage au niveau du nez (cf avatar), souvenir d’une correction mémorable après sa première tentative d’évasion un an plus tôt.


Histoire

An 185 : moins d’un an après, la petite Methrah, Iemelian vient au monde : à peine 10 mois séparaient leurs deux naissances. Sitôt Iemelian né, les parents semblèrent s’épanouir comme jamais, comme comblés. Surtout, le père Frith-hain, qui plus que tout désirait un fils et un héritier.

Les deux enfants grandissent ensembles malgré les conflits qui les opposent souvent : Methrah est une battante, Iemelian un peureux, et ceci n’est pas pour arranger leurs relations… Des deux enfants, c’est celle qui semble le plus à même d'endosser le rôle d’héritière. A dix ans, elle s’exprime sans crainte devant un public, est d’une force et d’une vigueur étonnante et possède un caractère très affirmé… que lui envie son cadet. Fasciné par Methrah sans jamais la jalouser, Iemelian complexe de ne pas répondre aux attentes de son cher père et désespère de voir sa sœur prendre la place qu’on lui destinait. Il tente de se rapprocher de sa mère, la froide Inlé-vahra, une femme qui gère sa vie comme une haute mission, avec pragmatisme et sans passion. Inlé parle à voix basse, sourit peu et n’est pas du genre à s’épandre sur ses sentiments… mais elle reste une mère dévouée pour sa progéniture à sa manière. C’est en poussant tout en finesse son fils dans ses retranchements, en l’aimant puis le rejetant, en se montrant injuste puis en lui pardonnant tout, qu’elle lui forge progressivement un caractère autrement plus fort. Iemelian apprend à vivre par lui même, sans se projeter dans un avenir onirique ou en restant dans l’ombre de Methrah qui, elle, fait la fierté de Frith.

La relation ambiguë qui l’unit à sa mère n’est brisée qu’un après midi de canicule, en plein juillet, lorsque la demeure familiale est investie par les hommes de main de l’Abis. Ils s’engouffrèrent dans l’habitation et se saisirent en premier lieu des enfants pour s’assurer la coopération de leurs parents. On les mena à Onyx Grenat.

Poussés dans la pièce par trois hommes tous vêtus de blanc, un couple s'écroula sur le sol. Derrière eux se tenaient deux adolescents : la fille était en nage et rouge de s'être débattue comme une furie, le garçon avait une simple estafilade sur la pommette et regardait autour de lui avec un air apeuré. La femme tenta de passer au travers de la ligne des gardes pour rejoindre ses enfants, son époux fut pris à bras le corps pour l'empêcher de faire de même.
"Papa !" cria la fille.
"Mère..." gémit le garçon quand celle ci fut repoussée violemment au sol.
Ce fut là qu'il le vit...

Onyx, comme tous les jours, était monté sur le trône. Comme tous les jours, il avait regardé des crétins défiler devant lui. Ennuyeux... à mourir. Et cette journée s’annonçait comme toujours. Il avait donc décidé de faire bouger les choses à sa manière et fait amener des personnes qu'il ‘appréciait peu’ qui très vite lui furent livrées. Mais la présence de leurs mioches lui fit rouler les yeux.
"Vous auriez pu tuer les enfants, ça fait bien trop de bruit."
Une pause puis il reprit :
"Vous avez été rapides. Je savais que vous m'adoriez mais à ce point tout de même !"
Il rigola à ses propres paroles et les gardes se permirent un sourire en s'inclinant.

Inlé-vahra qui s'était relevée se jeta à terre à quelques mètres du trône en le suppliant de laisser la vie sauve aux ‘petits’. Methrah pleurait, Imelian fixait sans un mot l'Abis qui riait. Frith-hain posa une main sur l'épaule de son épouse dont le front touchait à présent le sol carrelé. Onyx cessa de rire et avisa cette scène ridicule du coin de l’œil avant de fixer le jeune garçon : il était seul qui l'amusait vraiment. A le dévisager ainsi sans relâche, il l’intriguait. L'adolescent fit mine de reculer d'un pas en croisant son regard mais il buta contre le torse de l'homme qui le ceinturait. L’Abis allait tuer ses parents... ? Les tuer eux aussi ? Il frémit.

"En vie ? Je ne sais pas. Essayez de vous défendre ou de donner le nom de tous ceux qui vous soutiennent. Qui sait si j’épargnerai la vie d'une personne de votre misérable famille..."
"Mais..." souffla Inlé, les yeux écarquillés.
"Non." fit son mari à voix basse comme s'il sentait qu'elle vendrait tous les noms imaginables pour sauver sa progéniture.
"Nildro Nalna."
"Inlé !" s’indigna Frith.
Methrah étouffa un sanglot. Iemelian se mordit les lèvres. Nildro était un bon ami de la famille.
Onyx rigola et descendit de son trône.

"Bien, un nom intéressant !" souffla-t-il en s’approchant du de ‘Balëhir père’ avec un petit sourire.
Il avait saisi qu’il était bien plus fort émotionnellement. Ce pourquoi il lui planta son bras dans le ventre et commença à le vider de toute son eau : sa peau devint sèche, craquelée et en quelques secondes d’atroces souffrances, il mourut. Un coup de pied et sa carcasse se mua en sable.
"Sauf qu’un nom ce n'est pas assez, continuez je vous écoute. A moins que vous ne souhaitiez le même sort à vos enfants."

Inlé se couvrit le visage en poussant un gémissement douloureux. Elle ne se redressa qu'en entendant le premier râle de douleur de Frith auquel le hurlement de sa fille fit écho. Comme folle elle sauta sur ses pieds pour se jeter sur le corps sans vie de son époux ; il se mua en un sable fin qui s'écoula entre ses doigts.
"Non... non non non..." gémissait elle en une lithanie sans fin.
Iemelian avait la respiration saccadée, les yeux grands ouverts et brillants, ses lèvres tremblèrent. Son père... Sa mère allait mourir aussi, il le savait. Methrah se débattait, elle se prit un coup qui la fit perdre conscience et son frère sentit ses jambes céder sous lui.
"Ne touchez pas à ma fille !" cria Inlé, les joues ruisselantes de larmes.
"Mère..." chuchota le garçon, les yeux pourtant rivés sur l'assassin de son père.
Trois autres noms furent cités, parmi eux, un certain Nigel.


[partie en italique jouée avec Tecim]


Dernière édition par Iemelian Balëhir le 27.10.08 4:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iemelian Balëhir
Rebelle
Rebelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 43
Age : 31
Date d'inscription : 01/04/2008

Identité
Affinités: Annice
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 18 ans

MessageSujet: Re: Iemelian "Mel" Balëhir   26.05.08 21:24

[partie en italique jouée avec Tecim (Onyx, sale ordure...)]

Ce fut à cet instant que les yeux de la sublime dame qui pleurait à même le sol du palais semblèrent sortir de leurs orbites. Un faible cri et elle se courba dans un bruit de gorge douloureux, une main crispée à l'emplacement du cœur. Le cri du garde qui tenait Iemelian fit écho au sien ; l'adolescent lui mordait le bras de toutes ses forces, les yeux fermés. Il tira la tête vers l'arrière, le dos cambré tandis qu'il tentait de lui échapper pour courir vers le corps sans vie de sa mère. Ses dents s’enfoncèrent progressivement dans la chair du molosse qui se débattait et le goût métallique du sang inonda sa bouche. Methrah pleurait toujours.

Onyx n'en revenait pas : la femme faisait ses aveux et l’instant d’après, elle s’écroulait, sans vie.
"Normalement les révélations sont suivies par une mort que j'ai choisie…"
Intrigué par ce décès, il fit signe qu'on embarque le cadavre.
"Fouillez ses entrailles, ne l’épargnez pas. Je veux savoir si elle a pris du poison."
D'un coup sur la tête, l'homme de main parvint à faire lâcher lâcher Iemelian. Légèrement sonné, il tressaillit et tomba à genoux, toussant en s’essuyant les lèvres. Souillées de sang. L'odeur lui donnait déjà la nausée, le goût bien davantage.

L’Abis se tourna vers les enfants sans trop savoir ce qu’il allait en faire. Le plus utile restait de les tuer mais dans un élan de sadisme qui le caractérisait à merveille, une idée bien meilleure germa dans son esprit.
"… dis moi, petit ! Tu aimes ta sœur ?"
La question seule lui fit lever les yeux. Ses prunelles émeraude croisèrent celles rubis de l'homme que, déjà à cet instant, il n'aspirait qu'à tuer.
"Oui..."
"Alors ce sera un honneur pour toi qu'elle mette fin à tes jours. Vous, armez la jeune fille !"
Il avait une furieuse envie de s'amuser.

S’arrêtant près de Methrah, il lui murmura à l'oreille :
"Tu sais, petite, ton frère n'est pas très gentil… il a laissé ton père et ta mère mourir. Et après il dit qu'il t'aime ! Tu le crois ? Ton père est mort sans qu'il n'ait rien tenté… mais moi je peux changer les choses. Si tu punis ton frère avec cette lame, tu reverras tes parents, je te le promets."
"Vous." Sanglota-t-elle en s'écartant comme elle put, retenue par la poigne du garde.
"Vous..."
Son regard s'était durci mais elle pleurait toujours. Il lui parlait comme si elle était une petite fille. Comment osait-il ? Son frère n'avait jamais été que gentillesse. Qu’espérait cet homme ? Comprenait-il si mal les sentiments humains pour s’imaginer la faire haïr son frère ?
"Vous parlez de mon frère ainsi. Vous qui... qui..."
Les mots lui manquaient. Il n’était qu’un Monstre.

Iemelian sauta sur ses pieds et voulut se jeter dans ses bras mais d'un geste de la main qui ne tenait pas l'arme, elle le fit piler net. Depuis toujours, elle avait eut beaucoup d'influence sur lui. Même si dans l'instant, c'était elle qui pleurait. Même s'il faisait la même taille qu'elle. Elle était la grande sœur.
"Moi… Moi, je ne peux tuer mon frère..." répondit-elle, le regard impavide.
Il y avait dans ses paroles un fond de reproche teinté de crainte comme si elle le sentait capable, lui, d'une telle chose. Iemelian tremblait. Elle aussi.

"Tu es vraiment stupide ! Mais je pense tenir ma promesse, tu vas revoir tes parents. Je t'offre l’aller simple."
Il saisit la jeune fille par la gorge et la souleva. Mais alors qu'elle commençait à étouffer, il eut une autre envie.
"… non finalement j'ai mieux, ça n’en sera que plus drôle."
Il fit signe à un garde à l’air brutal et celui ci approcha au trot.
"Je te la donne… mais tu n’as que peu de temps pour la faire crier."
L'homme baissa son pantalon et attrapa la fille.

Onyx se détacha de cette scène pour aller voir le garçon qu’il tira par les cheveux pour le forcer à regarder. Iemelian poussa un gémissement étrange quand les mains d'Onyx se refermèrent sur ses cheveux. Ses yeux clairs étaient rivés sur son ainée qui poussa un cri paniqué quand l'homme la plaqua au sol.
"… elle a refusé de te tuer pour te sauver, regarde ce quelle va subir, regarde ! " lui siffla-t-il.
"Ta mort lui aurait évité ça."
"Methrah..."
Sa voix, pourtant douce, enfantine encore, était éraillée. Ses paupières se fermèrent subitement comme s'il ne pouvait en voir plus. Il entendit quelqu'un cracher, puis le son mat d'une main s'abattant et sa sœur qui éclata en sanglot.

Onyx explosa de rire et murmura à l’oreille de l’adolescent :
"… tu fais beaucoup de mal à ta sœur ! Et vos parents qui ne sont même plus ici pour vous sauver…"
Nouveau rire. Le garçon tremblait comme une feuille, tentant d'être sourd aux plaintes déchirantes de sa sœur. Il ouvrit les yeux d'un coup.
"Non... non, Methrah... ! Laissez là ! Methrah, tue moi !"
Il ne se débattit pas longtemps, les mains crispées sur celles d'Onyx qui le retenait.
"Quand tout sera fini, tu ne pourras t'en prendre qu'a toi ! Toi qui n'a su protéger personne de ta famille !"

Iemelian se prit un coup dans le ventre et, le souffle coupé, lâcha l’Abis. Puis les mains de celui ci prirent son visage en coupe comme pour le relever.
"Que vas tu faire ? PARLE !" aboya-t-il.
Leurs regards se croisèrent et ce fut la toute première fois de la jeune vie de Iemelian que l'on put lire de la haine au fond de ses yeux. Des yeux verts que l’Abis serait amener à recroiser, un jour ou l’autre.
"Laissez là..." souffla t il d'une voix étonnamment faible en comparaison de l'intensité de son regard.
"Tuez moi..."
Il essaya de tourner la tête vers elle mais la main d’Onyx l'en empêcha. Ce dernier pouffa.
"Te tuer maintenant ? Tu ne sais pas t’amuser ! Non… je vais te laisser vivre avec le remord. Celui d'être faible, de n'être rien, pauvre gamin minable."
Et encore, il se remit à rire avant de se diriger vers le garde et Methrah. Avec une facilité surhumaine, il le transperça et, lui saisissant la colonne vertébrale, il la brisa.
"… crétin."

Son rire insupportable aux oreilles des deux ‘enfants’ résonna une nouvelle fois, toujours plus fort. Il chuchota à Methrah.
"Tu es une vraie femme maintenant."
Methrah recula devant le regard d'Onyx, blême, les cheveux collés à ses joues pas ses larmes. Il se tourna vers son frère :
"Et lui… mmmh faites lui prendre un bain et rossez le. On va leur trouver une « famille d’accueil » et des besognes à leur niveau."
Iemelian appela le prénom de sa sœur quand on l'attrapa pour le traîner hors de la pièce.
"Mel..." gémit elle en le suivant des yeux, une main faiblement tendue vers lui comme pour le retenir...


Vendus comme esclaves, les deux enfants ont déjà la chance étrange de ne pas être séparés l’un de l’autre. Au service d’une femme noble richissime et venant de perdre son troisième mari, fait étrange quand on savait qu’elle n’avait même pas 35 ans, ils quittent brutalement leur agréable petite existence pour vivre comme des moins que rien relégués aux tâches les plus ingrates. Alecto Ameretat, (à nouveau) fraîchement fiancée, est une femme extrêmement fidèle à son Abis, capricieuse et cruelle qui aime sa position hiérarchique supérieure et ne se gêne pas pour le faire sentir à ses sous-fifres. A des lieues d’avoir fait subir de telles traitements chez eux, Iemelian et Methrah tombent de haut et souffrent beaucoup de leur haïssable condition. Mais alors que Iemelian prend sur lui et exécute son travail de larbin à merveille sans se faire remarquer de quiconque, Methrah, pourtant si courageuse aux yeux de son frère, s’est littéralement effondrée. Incapable d’en supporter davantage, elle pleure souvent, parle peu et ne supporte plus d’être loin de son frère cadet.

Mais de son côté, Iemelian se lie curieusement avec Muna, une esclave douze ans plus âgé dont la beauté n’a d’égal que sa force. Plus grande que lui de quelques centimètres, des cheveux épais tombant en cascades de boucles brunes sur ses épaules, un regard d’aigle, la peau très sombre, elle ressemble aux yeux de l’adolescent à une statut de bois foncé sur laquelle rien n’aurait de prise, pas même le temps. C’est à peu près à cet instant qu’une guerre éclate entre les différentes Mines… mais enfermés dans leur petit monde de tâches quotidiennes et d’humiliations, les héritiers de ce qu’il reste de la famille Balëhir ne ressentent aucun changement. C’est la guerre au delà de murailles qu’ils ont le sentiment qu’ils ne franchiront jamais. Sans remplacer Methrah dans le cœur de Iemelian, Muna prend un place de plus en plus importante et sa sœur voue une haine grandissante pour cette femme qui lui dérobe son ‘seul’ allié. Jalouse de cet amour, pourtant platonique, elle met tout en œuvre pour séparer Iemelian et Muna. Des punitions, des conflits, de la délation, des guets-apens. Mais ce qui finit par avoir raison de Muna ne semble pas lié à Methrah puisqu’elle succombe à un empoisonnement du sang fulgurant. Iemelian à dix-sept ans. Mais le sourire mauvais de sa sœur en apprenant le décès de son ‘ennemie’ brise quelque chose en lui, il n’arrive plus à la voir comme il l’a toujours connue.

C’est à cet instant précis qu’il fait sa première tentative d’évasion… infructueuse. Il se prend une correction telle qu’il est dispensé de travaux pendant une semaine le temps de se remettre un minimum et ne tente plus aucune fuite pendant plus d’une année… ce qui ne l’empêche pas de nourrir plus que jamais des rêves de liberté. Tout contact fraternel est d’ores et déjà rompu avec Methrah qui semble lui en vouloir à mort d’avoir tenté de s’enfuir sans elle.

Après un an, il semble abattu, résigné aux yeux de ses maîtres qui lui accordent de moins en moins d’importance et il finit par ne pas être surveillé plus qu’un autre. Monumentale erreur. Iemelian s’échappe en pleine après midi par la grande porte un jour que des acteurs venaient jouer une pièce privée pour leur ‘charmante hôtesse’ et son mari aussi idiot que riche. Trop détendue par le vin et la liesse de cette journée ensoleillée de début de printemps, Alecto baisse sa garde un instant de trop. Après avoir volé un cheval à la troupe de théâtre malgré le fait qu’il n’ait pas fait d’équitation depuis ses treize ans, le jeune homme fuit sans tarder la ville ; c’est éreinté et affamé qu’il se présente sous le simple nom de Mel aux portes de la Mine de Pierre moins de quatre jours plus tard.

Suite à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
0nyx grenat
Abis de Sunahama
Abis de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1164
Age : 28
Emploi : Abis
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités: Calintz, Lazuli, Annice, Abyssion, Sayuri
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 34 ans 26 ans physiquement

MessageSujet: Re: Iemelian "Mel" Balëhir   29.05.08 19:38

très bonne fiche tu es validé!

bienvenue

_________________


On aime tellement toutes les choses nouvelles qu'on a même quelque plaisir secret par la vue des plus tristes et des plus terribles événements, à cause de leur nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tcim.livejournal.com/
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: Iemelian "Mel" Balëhir   31.05.08 14:16

Sympa ton histoire et ton personnage.
Bienvenue ici et bon RP.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iemelian "Mel" Balëhir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Iemelian "Mel" Balëhir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [2999] Liste "old school v7" mais en v8.
» Feutres "Touch"
» Quotidien "EL KHABAR" d'aujourd'hui
» Le triangle de Karpman dit "triangle dramatique"
» LE BOOMERANG DE "LINGALA FACILE"..ZAC?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kunshu :: Avant de jouer :: Les présentations :: Pour les habitants de la mer de sable-
Sauter vers: