Kunshu



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 10 Mai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: 10 Mai   25.05.08 18:23

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Le gamin était endormie, la nuit était tombé … il était temps pour l’élu de dieu de sortir de l’ombre et de reprendre ses activités.

Mine de pierre … 10 mai où plutôt nuit du 9 mai.
Un homme élégant marchait dans la rue, un noble à la beauté caché par cache qui lui voilait le visage à partir des yeux. Mais ses simples pupilles dorés suffisaient à envoûter ses proies. De plus l’homme ne devait pas se faire connaître, pas dans l’endroit ou il allait.
Les rues de la mine de pierre portait encore les stigmates du tremblement de terre et même si la vie commençait à reprendre son cours, les villageois étaient encore sous le choc et en deuil pour la plus part. L’économie était enlisée et il manquait bien des bras pour reconstruire les bâtiments détruits. Mais l’élu de dieu se moquait de cette misère, ce soir la il avait un objectif. Un objectif que rien ni personne n’aurait put faire dévier. Sa démarche était souple et assuré. Il ne craignait rien, même dans ses quartiers mal famés ou maison close côtoyait bar et lieu d’échanges suspects. Des ivrognes déambulaient déjà dans la nuit, mais l’ange déchu ne leur accordait aucune attention, ses yeux d’or venaient de trouver le lieu qu’il cherchait.
Un bâtiment de deux étages.

L’homme s’en approcha et lut l’insigne.
« Maison des plaisirs. »
Pas très original comme nom pour une maison close. L’immortel avait trop côtoyé ce genre d’endroit pour montrer une quelconque hésitation et il entra sans sourciller. Aucun doute il était la. Ses recherches n’avaient pas été infructueuses.

« Bonsoir Monseigneur. Bienvenue à la Maison des plaisirs. Que pouvons nous faire pour vous satisfaire ? »

A peine entrer, voila que déjà 3 garçons âgés d’une vingtaine d’année l’entouraient. Tous avaient des tenues aguicheuses et légères. Une femme se tenait derrière un comptoir et regardait la scène amusée. L’homme resta impassible, jaugea de ses yeux d’or les visages des trois catins.

« Prenez mon manteau et faites attention qu’il ne lui arrive rien. »

Sa voix était sèche, froide, ses paroles étaient un ordre et non une simple demande. Elle n’attendait aucune approbation, aucune objection. Laissant glisser de ses épaules le manteau noir, il le laissa dans les bras d’un des garçons avant de se diriger vers la femme. Ses vêtements étaient sobres mais élégants, et montraient toute la puissance et la richesse qu’il pouvait posséder. L’hôtesse comprit bien vite que ce client la n’était pas un de ses habituels mineurs qui venaient s’enivrer ici. Elle eut même l’impression que dans l’échelle des nobles, il devait tenir une place particulière. Pourtant un détail la dérangeait. Cet homme cachait une partie de son visage, c’était plutôt louche.

« Que puis je faire pour vous Monseigneur ? »

Le ton de la voix de la femme était doux et polie, loin de ses pensées.
Les yeux d’or de l’immortel se posèrent sur elle, et elle sentit un frisson parcourir son échine devant ce regard électrique … si attrayant. Elle en oublia toutes ses appréhensions … n’ayant même pas conscience que l’ange manipulait son esprit.

« Pouvez vous m’emmener dans une chambre isolé où je pourrais être tranquille. Je vous dirais alors ce que je désire, jeune demoiselle. »

Sans opposition, l’hôtesse acquiesça et passa devant le comptoir où elle montra le chemin à l’homme. Elle lui fit gravir les escaliers avant d’arriver dans un couloir qui s’ouvrait sur plusieurs portes. Elle le mena jusqu’à l’une d’elle et la fit coulisser pour le laisser entrer.
Meublé simplement mais avec bon goût, la chambre était impersonnelle, parfaite pour l’aventure d’une nuit. Un futon placé au centre, une fenêtre s’ouvrait sur une cour intérieure ou quelques bruits de rires se faisaient entendre. Un bar avec des alcools étaient placés conte le mur.

L’ange déchu y entra sans hésitation et se tourna vers le femme, lui interdisant l’entrée de la chambre.

« Allez me chercher ce petit prince, celui qui ressemble à l’abis Onyx. J’ai envie de m’amuser. »

La femme marqua un temps d’hésitation, mais elle fut aspirée par le regard que posait sur elle l’homme.

« Bien je vais vous le chercher. »

Mais avant qu’elle ne parte vraiment, Xyno la saisit par la taille et l’attira contre lui dans un doux mouvement. Son voile cachait toujours une partie de son visage, mais il l’approcha jusqu’à frôler les lèvres de la prostitué.

« Discrètement je vous prie. Je ne souhaite pas que ma visite ici s’ébruite. Vous comprenez charmante demoiselle ? »

L’homme glissa alors quelques pièces dans la main de l’hôtesse qui rougit.

« Oui Monseigneur. Je vais vous l’emmener. »

Xyno relâcha son étreinte et laissa la femme partir dans les couloirs. Il ferma la porte de la chambre et alla vers la fenêtre ou il profita de l’air frais.
La branche pourrie des Grenat devait disparaître … définitivement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   08.06.08 19:29

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Une soirée comme toutes les autres … loin de la chaleur réconfortante d’un foyer ou de l’amour d’un partenaire désiré. Seul, prés de la fenêtre, il contemplait les étoiles dans le ciel essayant de percer les trous noirs de sa mémoire. C’était désormais devenu une obsession, il devait se souvenir de son passé ! Trop de chose restait flou dans l’esprit du jeune prince. Machinalement sa main vint jouer avec le médaillon qui pendait à son coup, une fleur à 4 pétales offerte par un homme, amour et haine se fondait dans l’union de cette fleur.

Se soir amènerait également sont lot de client. Pour être bien rentable, il devait au moins avoir deux ou trois partenaires dans la soirée. Il attendait dans sa « chambre » qu’on vienne le chercher ou qu’on lui amène directement le client ici. Lui, n’avait pas à aguicher les hommes dans le salon du rez de chaussé. Il devait se contenter de rester docile et obéissant aux ordres, c’était ce qu’avait décider son patron la nuit de son arrivé …

Il entendit des bruits de pas résonnaient dans le couloir, annonciateur du début de la soirée, il ne tourna pas la tête lorsque l’hôtesse passa sa tête dans la porte entrebâillée regardant toujours les étoiles d’un regard mélancolique cachant une profonde tristesse.

« Allez petit prince, tu as un client ! Il te demande spécialement toi alors ne le déçoit pas. »

Spécialement lui … encore une pervers qui voulait s’amuser de sa ressemblance avec Onyx. Mauvais début de soirée en perspective. Avec des gestes aussi lent que tremblant, Calintz se releva remonta la cape légère qui lui tenait chaud. Depuis qu’il avait intégré cette maison close, son état de santé s’était détérioré progressivement le rendant de pus en plus faible. Il tremblait au moindre souffle d’air, malgré des chaleurs caniculaires. Son corps déjà chétif avait maigris et il semblait être constamment ailleurs.
Se soir là, il portait un pantalon de lin ample de couleur beige ainsi qu’une chemise pâle … des vêtements faciles à enlever et peu coûteux si le client était trop pressé. Il s’avança lentement vers l’hôtesse qui le regardait avec curiosité. Depuis son arrivé, il constituait une attraction aussi bien pour les employés de la maison que pour ses clients. Lui qui ne sortait jamais quasiment de sa chambre, étant un mystère alimenter les bavardages et les fantasmes de certain.

Alors qu’il allait passer devant la femme, la frôlant dans l’embrasure étroite de la porte, elle le retint lui prenant le bras d’une main. Calintz lui retourna un regard surprit avec une moue dubitative.

« Faites attention … c’est un homme étrange … il fait froid dans le dos. »

Un sourire discret éclaira le visage du jeune homme qui lui répondit dans un murmure en se dégageant de l’emprise de l‘hôtesse.

« Comme bien des hommes ici … »

Sans échanger un mot de plus, elle le guida à l’étage au dessous et lui indiqua du doigt une des chambres attribué au client. Calintz s’avança lentement vers la porte sentant dans son dos le regard de la femme le suivre … veillant à ce qu’il aille bien faire son travail. D’un geste las, il passa une main maladroitement dans ses cheveux et soupira avant d’ouvrir la porte.

Son client se trouvait devant la fenêtre, Calintz ne put voir que son dos. Il révélait d’un caractère noble par sa stature et sa posture et la matière de ses vêtements. Au fil des jours, le prince avait apprit à analyser les gens.

« Maître, vous m’avez fait appeler. »

Le refrain habituel prononcé d’une voix froide qui ne laissait aucune émotion transparaître, juste une froide résignation. Maître … les hommes qui venaient ici aimaient se complaire dans leur immense supériorité face à eux. Pourtant alors même qu’il n’avait pas croisé le regard de l’inconnu, un sentiment de mal aise s’était emparé de Calintz lui soufflant de se méfier de cet homme.

Puis il croisa ses yeux … furtivement mais cela suffit.
Tremblement incontrôlable …
Peur terrifiante …
Sans l’avoir reconnu, il lui inspiré déjà la haine et la peur.
Ses sentiments familières … seule deux personnes les lui avaient fait ressentir … Onyx et Xyno.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   13.06.08 21:19

Une main porté à son voile qui masquait la moitié de son visage, l’autre appuyé contre le mur, l’ange déchu se laissait allé à contempler le chaos qui régnait à l’extérieur. Dans ses bas quartiers de la mine de pierre, il restait encore bon nombre de ruine et de gravas qui n’avaient pas été encore évacués. Les cadavres avaient certes disparus, mais une odeur de mort était toujours présente. L’homme constatait presque avec lassitude que les hommes n’avaient pas changé, même après cette catastrophe. Ils se complaisaient encore dans leur luxure ou bien dans leur vanité.
Son attention fut alors attirée par le bruit de pas derrière la porte, dans le couloir … des pas reconnaissables. La dernière fois que Xyno avait vu le prince, c’était la veille du tremblement de terre et il n’avait eut la vie sauve que grâce à son ami le voleur. L’ange déchu se serait volontiers débarrassé de cet être qui semblait si cher aux yeux de Onyx, mais Alex l’en avait empêché … et je jeune homme en avait payé les conséquences.
Il se demandait avec curiosité ce qu’il était devenue et par quelles circonstances il était arrivé à ce stade, à n’être qu’un simple prostitué dans une maison de plaisir. Et puis il ne pouvait cacher une certaine gourmandise de sa part à voir le prince de la mine de sable dans cette situation. Lui qu’on servait au client comme ressemblant à Onyx … qu’aurait on dit de lui qui était sa doublure parfaite ? La discrétion était donc de mise, mais avec ironie, l’ange déchu pensa qu’il pourrait toujours se reconvertir en hôte et jouer un rôle.

Le chuintement d’une porte qu’on ouvre puis qu’on referme. Xyno n’avait pas bougé et se tenait toujours dos à l’arrivant, le dénigrant complètement, laissant encore ses yeux d’or se perdre dans le paysage de la mine de pierre à moitié détruire. Une voix froide vint rompre le silence qui s’était installé dans la pièce … une voix qui fit sourire Xyno alors que le mot maître sonnait à ses oreilles avec délice. Et bien on en avait fait un bon toutou ici … il allait pouvoir s’amuser avec ce petit être qui pensait être à l’abri de l’extérieur ici.

Dans un geste lent, il se retourna vers Calintz, figea ses yeux dans ceux du prostitué … et il put lire la peau … terrifiante qu’il lui inspirait, des tremblements s’étaient saisit de son corps. Sans dire un seul mot, l’ange déchu fit glisser son voile et le laissa tomber au sol, révélant son visage si parfaitement ressemblant à celui de l’abis de la mine de sable. Un visage pourtant plus dur que seul les yeux départageaient. Il s’approcha doucement de lui, faisant trainer ses pieds nus sur le sol. Il constata en s’approchant et en examinant Calintz que celui-ci avait maigrit et ne semblait pas en grande forme. L’abus sexuel avait il des effets néfastes chez ce cher petit prince ? Les lèvres de Xyno se fendait dans un sourire mesquin et provoquant. Il s’approcha du jeune homme jusqu’à ce que leurs épaules se frôlent mais ne se touchent pas, leurs visages légèrement décalés.

« Pas besoin de m’appeler maître, petit prince. Xyno suffira. »

Sa voix s’était faite suave et il avait susurré ces quelques paroles à l’oreille du prostitué au sang royal, se délectant des tremblements qui parcourait ce corps si fragile … qu’il pouvait détruire avec facilité. Il sentait le parfum de tous ses hommes et femmes qui avaient profité de ce corps, qui l’avait fait sien. Se reculant, l’ange déchu alla vers le bar pour se servir un verre d’alcool. Un silence s’était de nouveau installé et après avoir amené une première fois son verre à ses lèvres, Xyno le rompit enfin :

« Après tout, tout les deux nous ne sommes pas humains. Nous pouvons nous comprendre n’est ce pas ? »

Il avait accentué les mots « pas humains ».
Lui était un ange, certes déchu, mais il n’avait rien d’humain hormis l’apparence.
Calintz quant à lui n’était pas non plus un homme à proprement dit. Il n’avait pas eu deux géniteurs, mais simplement une mère porteuse. Enfin de la magie ses origines étaient assez sombres. De plus il appartenait à la famille Grenat … et eux non plus ne pouvaient pas vraiment être assimilés à des humains.

Buvant une nouvelle gorgée de l’alcool, l’immortel s’approcha de Calintz dans son dos, une lueur amusée dans ses yeux. Dans un mouvement du bras, il essaya de poser sa main sur l’épaule du prostitué et ce fut sans surprise qu’il sentit une décharge électrique traversait tout son avant bras qui l’obligea se reculer vivement. Mais aux lieux d’afficher un air désemparé, son sourire s’était élargi.

« Gaïa a fait des progrès à ce que je vois … Vraiment efficace ce sort de protection. »

Quelques paroles dites plus pour lui-même qu’à l’intention de Calintz qui ne pouvait comprendre toute la complexité de cette situation. Il se recula et alla s’appuyer contre une des parois de la pièce.

« Efficace mais totalement inutile. »

Vidant une nouvelle fois son verre d’une gorgée, Xyno continua.

« Alors raconte-moi Calintz. Comment en es tu arrivé là ? Je suis curieux de savoir comment le petit prince si protégé par son frère est devenue en l’espace de quelques semaines un vulgaire catin prisonnier d’une maison de plaisir. »

Un brin sarcastique, les yeux de l’immortel ne quittait pas le jeune homme resté au centre de la pièce … seul.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   16.06.08 13:25

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Réminiscence d’un passé qu’il voulait oublier, ces yeux dorés inspiraient la même peur qu’autre fois … Sauf que la dernière fois qu’il avait dut les croiser, il n’était pas seul. Il y avait Alex. Souvenirs qu’il avait tenté d’oublier durant un mois sans vraiment y parvenir. L’amitié, les complots autour de son frère, son instrumentalisation dans cette lutte qui le dépassait, l’amour aussi et le désir. Combien de fois avait il rêvé de son autre vie qui ne lui appartenait plus … Troublé, le jeune prince devint pâle, le regard agar devant ce client pas tout à fait comme les autres.

Avant même que l’homme n’ait laissé tomber son voile, il sut qui il était : Xyno … ennemi juré et pourtant aimer de son frère. Pourquoi venait-il dans cette maison close à sa recherche, il ne voulait plus être mêlé à ces histoires d’envoyé de Dieu. Qu’on le laisse ici. Face à ce visage si ressemblant à celui d’Onyx une nostalgie envahit le jeune prince qui n’avait pas encore esquissé un geste. Tout son être lui criait de sortir de la pièce, de ne pas rester une seconde de plus dans le même endroit que cet homme mais ses jambes refusèrent de lui obéir comme tétanisées par ce regard doré, transperçant. Geste instinctif, Calintz baissa les yeux évitant le regard inquisiteur de Xyno à son égard. L’ange déchu s’approchait désormais de lui avec un sourire qui n’augurait rien de bon, les tremblements du jeune prince s’intensifièrent lorsqu’il ne fut qu’à quelques centimètres de lui, sans même le toucher. Toujours la tête baissée, fermant les yeux dans l’attente … peut être d’une mort rapide et brève, qui ne vint pas.

Le souffle des mots susurré vint caresser sa nuque dans un frisson incontrôlable. Il se crut défaillir, tomber à terre mais ses jambes restèrent debout, planté là comme par magie. Il gardait les yeux fermés, tentant de contrôler vainement sa peur et de reprendre un minimum d’assurance. Ne pas faire les mêmes erreurs que lorsqu’il s’était retrouvé face à Onyx. Avec soulagement il sentit l’ange déchu s’écartait de lui pour aller vers le bar se servir un verre. Un silence angoissant s’était installé dans la pièce et alors que Calintz aller prendre la parole pour exhorté Xyno de sortir de sa vie, celui-ci rompit le calme apparent des lieux.

Calintz se mordit la lèvre pour s’empêcher de répondre, il ne fallait pas qu’il perde son sang froid, c’était ce qu’attendait Xyno. Il avait ouvert les yeux aux mots « pas humains » et ses poings s’étaient serrés. Souvent, tellement souvent, il avait pensé à sa naissance contre-nature … a sa création. Au fil des années, dans les bras de Onyx, il avait à demi accepté qu’il était tout de même humain de part ses sentiments, sa vie, ses peurs … mais la simple interrogation que lui soumettait Xyno chamboulait cet équilibre instable.
Même si il n’était pas vraiment « humain » … jamais ! Non jamais, il ne pourrait le comprendre.

« Je ne te comprends pas, et toi, tu ne comprends rien de ma vie Xyno. »

Sa voix avait été plus rageuse qu’il ne l’aurait voulut mais prononcé dans un murmure alors que l’ange déchu se rapprochait une nouvelle fois de lui. Il passa derrière lui, dans son dos profitant surement des tremblements qui parcouraient son échine et de sa vulnérabilité à ce moment là. Calintz aurait voulut s’écarter avec hargne, lui faire face mais il resta cloué ainsi, devinant les mouvements de l’homme à travers sa respiration.
Un mouvement de bras, il se prépara à ce contact tant redouté … qui ne vint pas. Il tourna la tête pour voir ce qui avait empêché l’ange de le toucher une lueur surprise dans les yeux.
Il avait crut une demi seconde que cet échec suffirait à décourager Xyno et qu’il partirait sans demander son reste mais lorsque Calintz croisa du regard le visage souriant de l’ange, ses espoirs s’anéantirent.

Ce furent les phrases que prononcèrent Xyno qui l’éclairèrent sur ce qu’il venait de se passer réanimant également bien des interrogations. Gaia était morte, pourquoi parlait il d’elle. Une seule certitude parmi ce nuage flou, Xyno ne pouvait pas le toucher … physiquement.

Lorsque l’ange déchu s’appuya contre une des parois du mur, derrière lui, Calintz se retourna pour se retrouver face à lui. Totalement inutile. Qu’est qu’il entendait par la … garder son sang froid ! Ne pas s’emporter. Le jeune prince se forçait à se murer dans un silence protecteur. Mais les dernières phrases de l’ange finirent de le déstabiliser et de le laisser penaud. Est-ce que Xyno pouvait l’aider à percer le secrets de ss mémoire … non ce n’était même pas la peine d’y penser.
Après plusieurs secondes de silence, le jeune prince prit la parole.

« Et toi Xyno, dis moi ce tu viens faire ici dans cette vulgaire maison des plaisirs avec un homme que tu ne peu même pas toucher. J’espère que tu n’as pas fais le trajet seulement pour entendre le récit d’un catin tel que moi, sa n’en vaut pas la peine. Et si c’est pour me tuer, autant en finir immédiatement, je suppose que tu as bien des choses à faire avec mon frère. »

Malgré ses paroles sure de lui, les tremblements qui parcouraient le corps de Calintz ne s’étaient pas arrêter et il scrutait la réaction de Xyno.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   17.06.08 19:20

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Agapanthe avait une mission il devait l’accomplir, comme si il n’y a avait plus que ça dans sa tête. Ramener Calintz vivant. Cette phrase tourné dans ça tête il ne pouvait la stopper.
Il n’avait plus al voie de chica mais cette étrange voie qui le possédé entièrement il n’avait même plus de question à se poser sur sa propre existence.

Agapanthe revint dans la maison close avec comme une escorte une bonne parti des garde valide. Il avait un regard vide mais qui n’inspirait que la méfiance. Quand il frappa à la porte de la maison close on lui ouvrit mais la personne fut paralysée, alors qu’elle voulait lui refuser l’accès.
De sa voix brisée sortie tout droite des enfers il demanda.

"_Je cherche celui qui ressemble à l’Abis Grenat, vous m’avez refusé une fois l’accès, vous n’auriez pas du.
_attendez je vous en prit il est déjà entrain de…
_poussez vous."

La voie changera de registre, il n’avait plus de temps à perdre, il devait embarquer Calintz au plus vite. Les gardes commencèrent à envahir le bâtiment de toute part. la panique envahi la maison close, aga trancha la gorge d’un homme pour demander le silence.

"_J’aimerais voir le jeune homme sur le champ.
_ Les ordres de l’Abis non aucun impacte ici!
_ Je ne suis pas l’Abis!"

Aga rempli de rage tua un prostitué d'un coup d'épée dans le crane.

"Mes ordres sont à exécuter sur le champ et avec une rapidité extrême."

L’homme se plia à la volonté d’agapanthe. Et l’emmena vers la chambre. Agapanthe devait de plus impatient et la voie qui lui donnait des ordres devenait de plus en plus présente dans sa tête.
Agapanthe était passé de simple valet à frère de l’Abis, un homme avec autant de pouvoir que l’Abis. Les soldats les plus puissant le redoutaient tellement ce personnage était incongrus.

Alors qu’ils se trouvaient devant la porte une femme s’interposa.

"_Agapanthe tu es avec nous! Tu es un des nôtres, pourquoi tu tues nos frères. Laisse nous en paix je t’en surplis.
_je ne suis frère avec personne!"

Ce fut la seule phrase qu’agapanthe dit, il projeta la fille contre un mur. Il fit ensuite un signe aux hommes défoncer la porte. D’autre allait à l’extérieur pour empêcher toute fuite. Mais avant le grand carnage agapanthe tenta une méthode douce: il tenta de prendre une voie plus douce.

"Calintz! C’est agapanthe…."

Il était a cour d’argument mais il eu une illumination qu’il ne comprit pas, comme si il ne maîtrisait presque plus ses propres idées, et souvenirs.

"Calintz te rappel tu de notre amitié…. Même si tu n’a jamais pu me rendre la pareille je suis venue te chercher. Tu risques trop à rester seul. Ouvre vite cette porte."

En espérant que cela allait marcher. Ça devait marcher sinon il allait devoir encore dépenser beaucoup d’énergie.
C’est a ce moment la que la voie fit autre chose que donné des ordres, mais aga avait l ‘impression que ce n’était pas a lui qu’elle s’adressé.

"N’ais crainte c’est moi et bouge tes fesses!"
Revenir en haut Aller en bas
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   17.06.08 22:43

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Quelques bruits se faisaient entendre au rez-de-chaussée, mais Xyno ne s’en souciait pas et continuait son petit manège avec le prince de la mine de sable. Celui-ci essayait vainement de contenir se peur et de faire face à l’ange déchu. Des efforts qui faisaient rire intérieurement l’immortel. Il observait Calintz avec curiosité, comme on observe un spécimen rare en cage. Pour lui, le prince n’était rien d’autre que ça, une distraction de passage.
Le silence qui s’était installé était pesant, mais l’ange déchu le rompait en sirotant l’alcool. Puis le jeune homme rompit enfin le silence. Il répondit à sa question par une question, une stratégie pas vraiment efficace et loin d’être originale.

« Tu veux mourir plus tôt que prévue petit prince ? »

Il souriait toujours de cet air mesquin et froid. Il aimait voir sa proie se débattre dans ses filets alors qu’il savait pertinemment que celui-ci n’avait aucune chance de s’en sortir. Un verre posé sur une table, quelques froissements du tissu, l’immortel s’approcha du prostitué.

« Une question par une question … piètre défense Calintz. Mais je vais cependant te répondre. Non je ne suis pas venue ici uniquement pour t’entendre me raconter ta pitoyable et misérable histoire. Elle m’intéresse pourtant. Et détrompe toi je peux te toucher, peut être pas physiquement, mais ceci n’est qu’un détail. »

L’ange déchu s’approcha un peu plus du jeune homme tremblant de tous son corps, le surplombant de sa taille. Il savait quel traumatisme cela réveillait dans l’esprit du prince, d’être confronter au visage de son frère, d’être scruter par ses yeux d’or.

« Mais crois moi je peux très bien te toucher autrement, petit être. Vois comment tu trembles juste à ma simple présence. Que crois tu qui t’arriverais si je te révélais certaines réalités du monde, si je te les montrais ? Toi qui es venue chercher dans cet endroit un lieu pour t’isoler loin du monde extérieur qui te fait si peur. »

Quelques pas de plus le rapprochèrent de sa proie. Ses vêtements de noble fait en soie lui allait à merveille et mettait son corps finement musclé en valeur.

« Tu ne t’en relèverais pas. »

Au même instant les bruits à l’étage inférieur s’étaient intensifiés et des pas se faisaient entendre sur le parquet. Des pas lourds et rapides … des pas de soldats. Le sourire de Xyno s’élargit un peu plus. Ils allaient avoir de la visite. Une visite impromptue.
D’un geste vif il se saisit du collier offert par Onyx, et résista au sort imposé par Gaïa. Sa disciple avait fait des progrès, mais l’immortel avait eut le temps pendant 3 ans de s’améliorer, de gagner en puissance et de cultiver sa haine. Il regardait avec une lueur d’amusement les pétales des fleurs. Tout en pinçant une entre ses doigts, il souffla à Calintz :

« Sais-tu ce qui se passera si j’arrache toutes ses pétales à ton collier ? »

Les bruits s’étaient estompés, dans l’attente imminente d’une attaque … qui tardait à venir. Lâchant le collier, Xyno se dirigea vers la porte coulissante de la chambre, avec un sourire cette fois ci espiègle sur les lèvres.

« Attend moi quelques secondes petit prince. »

Sans un bruit, il écouta les paroles susurrées derrière la porte, très amusé du tournant que prenait cette situation. Il prenait aussi conscience des hommes qui entouraient la maison close pour empêcher tout risque de fuite. Il reconnut sans mal la voix de Agapanthe venant clamer son amitié à Calintz. Touchant … mais tellement hypocrite. Son ancien esclave n’avait pas changé et était toujours prêt à tout pour avoir ce qu’il voulait. L’élu de dieu avait suivit la fulgurante ascension de Aga au sein de la mine de pierre, il était devenue frère de l’abis et avait presque autant de pouvoir que lui. Qui sait, cette nuit, Xyno allait peut être pouvoir élaguer la branche pourrie des Roderic.

Ouvrant à moitié les battants de la porte, l’ange déchu glissa sa tête dans le couloir pour faire face à Agapanthe et aux soldats, il affichait un sourire moqueur.

« Bien le bonsoir mes chéris. Agapanthe tu permets on est occuper en ce moment avec Calintz. Alors repasse plus tard mon chou. »

Après lui avoir fait un clin d’œil, il rentra dans la chambre et ferma la porte en y imposant un sceau grâce à ses pouvoirs d’Ange. Il était devenu impossible d’ouvrir l’entrée de l’extérieur, à moins d’avoir soit même des pouvoirs. Se retournant vers Calintz, Xyno s’approcha de lui.

« Bon ou en étions nous ? Ah oui tu voulais mourir rapidement n’est ce pas ? »

Tout en prononçant ses paroles, il fit glisser de la manche de sa tunique un petit poignard qu’il se mit à faire tourner entre ses mains. Un sourire malsain sur les lèvres, une lueur d’amusement dans ses yeux dorés, Xyno s’avança en dénigrant Agapanthe et ses toutous.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   18.06.08 1:15

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Lors de la réponse à sa question, un frisson parcourut le corps de Calintz. Non il ne voulait pas mourir, pas maintenant. La vie était bien trop précieuse pour se la faire arracher sous un prétexte qui ne le concernait en rien. Il ne voulait pas mourir pour son frère, à cause de lui. La mort … et il l’avait enfin compris était une chose ou l’on était toujours seul, désespérément seul. Autrefois il avait crut aux paroles sournoises d’Agapanthe qui certifiait qu’il allait l’accompagner dans la mort ! Faux !
D’une voix plus déterminé, il lui répondit immédiatement sans aucun doute un seul mot.

« Non. »

Enfin, il avait accepté de vivre et de ne plus s’en vouloir continuellement pour les fautes des autres, surtout pour les fautes de ses ancêtres. Il n’était pas comme son frère et encore moins comme tous les Grenats. Il n’aimait pas le pouvoir, le sang, la mort … pour pouvoir enfin vivre, il fallait qu’il puisse se dégager de ce sentiment de culpabilité qui l’étouffait depuis son enfance.
Le sourire de Xyno le fit redescendre sur Terre, loin de la vie qu’il pouvait s’imaginer et bien plus prés de la mort qu’il ne l’aurait voulut. Une envie de tout lui dire prit le jeune prince … tout lui dire pour qu’il le laisse enfin en paix, lui narrer sa pitoyable et misérable vie dans cette maison, ce troue béant dans sa mémoire qui l’empêchait d’aller de l’avant et qui le laissait simple objet aux mains de tous, sa douleur ravivé à chaque instant de sommeil lorsque la Voix venait s’insinuer dans son corps et dans son esprit. Mais ce qui sortit de sa bouche fut … inattendu.

« Tu me fais chier Xyno ! »

Malgré cet élan de … d’inconscience c’était bien le mot, Calintz restait tétanisé face à l’ange déchu, ses yeux se révulsèrent aux souvenirs d’une fameuse nuit. Une nuit ou la terre a tremblé si fort qu’elle a même ébranlé les abis et l’élu de Dieu. Cette nuit qui avait tout changé et lancé les évènements qui avaient bouleversé sa vie.
Confronté à ces vieux démons, Calintz se sentait redevenir l’enfant frêle qui avait un jour frappée à la porte de Onyx en disant d’une voix timide qu’il était son frère. Depuis ce jour, il avait essayé de devenir aveugle, de ne pas voir les agissements de sa propre famille … de voir le bien, simplement.
Aujourd’hui encore cette insouciance ne l’avait pas quitté et il savait pertinemment que la vue d’un mort lui provoquait toujours des nausées, que le monde était loin d’être beau … et qu’enfin, c’était bien comme une sorte de refuge qu’il voyait cette maison aux allures de prison. Bien qu’exploité, il lui semblait que sa place était bien là : sous les autres, loin des autres … loin de la mine de la mer de sable. Dans un murmure résigné, il dit à Xyno.

« Laisse-moi … ici. Je ne sers plus à personne, ni à Onyx ni même à toi. »

Loin de l’agitation du rez de chaussé, Calintz se retrouvait plongé dans son univers … fait de peur d’enfant et d’adulte entrelacées. Devant le sourire de Xyno, il sentait son corps trembler à l’unisson avec son âme et lorsque celui-ci lui prit le collier … ce fut comme s’il l’étouffait. L’air avait dut mal a se frayer un passage vers ses poumons, son torse se relevait dans des mouvements saccadés.

« Lâche sa ! »

Tous ses muscles se crispèrent, le collier était une partie de lui … sans qu’il ne le comprenne, il lui était impossible de l’ôter et les pétales tombaient les un après les autres. La question de Xyno réveilla en lui de nombreuse interrogation qu’il avait refoulée par résignation. Pour la première fois ses yeux marrons croisèrent ceux d’or de l’ange, sans détour, face à face.

Lorsque Xyno lâcha enfin son collier pour se diriger vers la porte de la chambre, le jeune prince porta instinctivement la main à son coup et caressa avec une étrange tendresse son seul bien. Sa respiration se fit plus régulière tandis qu’il mettait un maximum de distance entre lui et l’ange. A reculons, il se cogna contre le rebord de la fenêtre à l’autre bout de la pièce.
Fuir … tout de suite.

Mais des mots susurrés derrière les portes le retinrent, cette voix qu’il avait reconnu aux premiers sons : Agapanthe. Que faisait-il ici ? Avant qu’il n’ais put se poser toutes ses questions, il tomba à terre assis contre le mur se tenant la tête. Une douleur avait fendu sa tête et déjà des perles de sueurs apparaissaient sur son front. Douleur indescriptible dont la source était claire … la Voix. Un murmure inaudible prononcé pour lui-même.

« Je t’en supplie … laisse moi … »

Calintz ne vit rien de ce que fit Xyno, il entendit seulement une voix, tout autre que celle d’Agapanthe semblable à sa propre Voix … et il l’entendit lui répondre.

« Il ne veut pas bouger. Débile mais têtu, secoue-le. »


Retrouvant un peu de sa lucidité, Calintz put nettement voir Xyno arrivé face à lui et il comprit chaque mot qu’il prononça … éclat étincelant d’un poignard caché, promesse de mort. Instinctivement, il tenta de se reculer, d’échapper à cette main mais se retrouva plaquer comme un petit animal pris au piège contre le mur … face à la fenêtre, seule sortit de secours.
La fenêtre ou la mort ?

« On en était pas là du tout Xyno … pas la … j’t’assure … ta d’autre ennui … on t’attend dans le couloir. »

La peur le faisait bredouiller … pourquoi devait-il mourir ? Pour qui ? Il n’avait rein fais de mal … D’une voix qui avait retrouvé un peu d’assurance, il demanda dans un murmure.

« Dis, pourquoi devrais je mourir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   18.06.08 1:42

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Alors qu’il attentait à voir Calintz il tomba sur ce noble, ce noble qu’il avait croisé lord d’une mission. Un homme que son corps reconnaissait, mais dont les souvenirs restaient inaccessibles. Son corps une nouvelle fois frissonna quand il le vit, mais son mental était de plus de plus endormit.
Xyno le provoquait il ne le laissa pas rentré lui et sa bande.

"Défoncez la porte!"

Il avait au moins la certitude que Calintz était la. Ce crétin de noble allait le payer devant l’Abis lui-même. Encore que maintenant aga pouvait se permettre de faire justice lui-même.

Les hommes se préparèrent pour défoncer la porte. C’était radical comme action mais aga n’avait pas el temps. Il semblait pressé et impatient.
Récupérer Calintz, récupérer Calintz, récupérer Calintz. Que ça en tête ça le rendait fou, plus qu’il ne puisse en supporte à présent.

"T’ais toi!"

Cela arrivait parfois des moment de total lucidité d’ailleurs il était bien plus doué quand il pouvait utiliser tout ses capacités.
Il regarda ses gardes se tuant à la tache la porte ne cédait pas. Il fit un signe pour qu’il se stop. Ayant des vagues et incertain souvenir de Xyno il le savait malin.

"Ça ne sert à rien cet homme a un avantage que n’y vous n’y moi n’aurons jamais."

Ça vois était forte elle portait loin, mais restait tout autant désagréable. Il s’approcha de la porte.

Xyno!

Il s’avait son nom… comment il l’ignorait, il el savait c’est tout. Il ne se posa pas plus de question sur ce fait. Il devait récupérer Calintz à tout prix comme si sa vie en dépendait.
La voie, encore elle!

"Tu es vraiment une empotée!!!"

Qu’allait il se passer aga avait peur, peur de qu’il allait se passer. Comment gérer plusieurs ennuis en même temps. Par reflex aga alla vers un mur.
Et c’est nouveau tremblement de terre qui se fit ressentir, mais bine plus localiser. Localisé sur la maison close.
Mon dieu mais que ce passait il dans ça tête. Ça ne pouvait être lui qui faisait ça. Mais qui à par son frère? Qui pouvait être aussi puissant.
Les soldats tombèrent tout le monde faisait beaucoup de bruit. L’aura magique concentré seulement sur la maison close était terrifiante. Aga la ressentait que trop bien maintenant il était sur elle ne venait pas de lui.
Celle-ci brisa le sceau que Xyno avait posé sur la porte. Ce fut facile pour aga de la défoncer par la suite. Mais les tremblement devaient arrêter le plus vite possible il n’allait pas tenir debout longtemps.
Tout se stoppa comme si sa pensé avait tout arrêter. Mais ce n’était pas lui il le savait.

"Calintz! Xyno lâche le!"

Agapanthe santé qu’il devait agir vite. Comment faire Xyno lui barrait en quelque sorte le passage par sa présence.

"Calintz, mais défend toi!"

Cet être humain était vraiment inactif. Il avait envie de le secouer bien fort.
Mais sa premier préoccupation c’était Xyno il fonça sur lui passant l’épée sous la gorge. Maintenant il avait un dilemme de priorité. Protéger Calintz, mais le voir agir sans réfléchir ou attraper Calintz mais risquer de se prendre un coup de Xyno
Il s pour que les soldat entre dans la chambre et prennent Calintz. Tout allait être très rapide. Le plus dur était de garder fermement Xyno dans cette position. Pourtant quelque chose à l’intérieure de lui disait que Xyno était bien plus fort que lui.

"Ne résisterez pas et peut être que l’Abis sera clément sur votre sort."

Plus il restait a son contacte plus il était dégoûté. La peur était là. Pourtant à leur dernier rencontre il avait le souvenir de lui avoir tenue tête.
Les soldats s’approchèrent sans brusquer Calintz aga lui surveillait Xyno sans le lâcher des yeux.
Le contacte lui devint gênant, comme si tout à coup il devenait pudique. Finalement il poussa Xyno loin de lui et se mis entre lui et Calintz arme en main.

"Je l’emmène avec moi. Et ne songez pas à le toucher. Il est sous protection royale."

Malgré sa gène agapanthe tenait bon.
Revenir en haut Aller en bas
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   18.06.08 15:43

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Le petit prince n’avait pas l’air de vouloir mourir … c’était il rendue compte de la valeur de cette vie passé sur cette Terre, aussi minable soit elle ? Avait il prit conscience du goût si particulier de son éphémère existence … un goût que Xyno ne connaisait pas, un point de vue qu’il ne pouvait comprendre. La vie des hommes n’avaient aucune valeur pour lui. Seule importait celle des abis, et aussi de Kara et de son enfant. Sa vie sur cette Terre avait finit par le changer petit à petit, mais sa rancune contre le monde céleste le rongeait toujours autant et sa haine n’avait d’égal que sa sournoiserie. Il n’était pas l’élu qu’attendaient les hommes pour se délivrer des Abis, il était le reflet des plans de Dieu.
Il laissa passer l’élan d’inconscience du jeune prince, constatant toujours qu’il tremblait des pieds à la tête malgré la force qu’il avait essayé de mettre dans sa voix. Les mots que disaient Xyno par contre était plein de froideur et de mesquinerie, ils ne laissaient aucune place au doute, et pourtant l’ange déchu espérait autre chose de Calintz, il espérait qu’il se débatte, encore et encore, qu’il épuise ses derniers souffles de vie pour essayer d’échapper à l’inévitable.

Lorsque l’immortel se saisit du collier, il eut la preuve de ce dont il se doutait déjà. Et il désirait allait encore plus loin cette soirée, trop de chose étaient encore flous pour l’élu et il comptait bien les éclaircir. L’intervention d’Agapanthe était finalement une chance, mais dans un brin moqueur, il s’amusa avec lui et ses gardes. Mais sous cette carapace espiègle se trouvait une incroyable froideur. Tout ce qu’il faisait était prémédité d’avance.
Se retournant dans la chambre après avoir posé le sceau, il put constater que Calintz subissait déjà quelques effets de sa cohabitation. Le garçon était replié sur lui-même, contre le sol, il ressemblait à un enfant, mais cette vision était loin d’émouvoir l’ange déchu.
Implacable, il se dirigea vers le prince déchu de la mine de sable, jouant avec la lame du poignard. Derrière lui, des hommes essayaient d’enfoncer la porte … vainement. Celle-ci résisterais … jusqu’à ce que la magie face tomber le sceau.

« Non ce n’est pas moi qu’on attend, c’est toi, dernier descendant direct de la famille Grenat. »

Sa voix était soudain devenue plus grave, ses yeux s’étaient voilé et semblaient impassibles … lointains. Mais le sourire, lui n’avait pas disparut. Il arriva si prés de Calintz qu’il sentait sa respiration saccadé venir se perdre sur sa peau, s’agenouillant à ses côté, il lui mit la lame du poignard devant les yeux.

Pourquoi devait-il mourir ? En voici une bonne question. Le sourire de l’être déchu s’effaça pour laisser un visage au trait dur et froid. Le sol commença soudain à trembler, mais cela ne semblait pas affecter Xyno qui continuait à fixer de ses yeux doré le visage encore un peu enfantin du prince.

« Tu connais déjà la réponse Calintz. Tu es … »

Ce fut à ce moment que le sceau se brisa et Agapanthe et sa bande ne tardèrent pas à pénétrer dans la pièce. Dés que la chambre fut investi les tremblements de terre s’arrêtèrent … Xyno s’était redressé et regardait avec satisfaction Aga, il avait au moins éclaircit un nouveau point. Lâchant le poignard qui alla se figé dans le parquet, l’élu de dieu se présentait sans arme devant les soldats de la mine de pierre et son prince. Et avant qu’il n’ait put engager la discussion avec celui-ci, il se trouva une épée sous la gorge, fermement tenu par la frêle Agapanthe. Cela le faisait presque rire, mais il resta impassible, curieux de voir ce qui allait se passer. L’ange déchu ne faisait aucun mouvement de révolte et n’essayait même pas de se débattre, il restait immobile sous l’étreinte mortelle du prince de la mine de pierre.
Mais à la phrase de celui-ci, il ne put retenir un petit rire, un rire qui faisait froid dans le dos.

« L’abis clément sur mon sort … ce serait plutôt à moi d’être clément avec lui si tu veux retrouver une seule partie de ton frère. Qu’est ce qui te plairait le plus ? Sa tête ? Une de ses mains ? »

Sa voix était moqueuse, mais on pouvait sentir une réelle froideur dans ses propos. Oui il était capable de faire ça, et même plus encore pour que cette mission prenne enfin fin. Finalement Agapanthe le lâcha, trop dégouté de son contact certainement. Sans s’affoler, entouré de plusieurs soldats, l’immortel prit le temps de dépoussiéré ses vêtements comme si le simple contact avec ceux d’Aga avaient put les souiller.
En voyant la scène, un nouveau sourire étira son visage.

« La vaillant prince de la mine de Pierre qui vient juste de se révéler protégeant le minable prince de la mine de Sable contre l’élu de Dieu venue apporté la liberté aux Hommes. Et en plus de stupides gardes viennent se mêler à tout ceci … »

Son regard se posa en suite sur Calintz et Agapanthe, en les voyants côte à côte comme ça, il comprit l’enjeu de cette soirée, et haussant les épaules, il laissa un soupir lui échapper.

« Petit prince, écoute moi avant de partir sous la soit disante protection royale. Ou que tu sois, je viendrais un jour pour te tuer. Ainsi que toute la branche pourrie des Grenat et je n’oublie pas celle des Roderic Agapanthe. Ta mémoire cherche toujours à oublier ce que tu as vécu, mais soit en sur, à l’aube de ta mort tu t’en souviendras. »

Pas le moins souciant, Xyno reprit son verre d’alcool et finit par le descendre d’une traite. Puis s’adressant aux gardes qui restaient immobiles, il leur dit avec un ton moqueur.

« Et bien messieurs faites votre travail pour une fois. Sinon je vais devoir vous tuer. »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   18.06.08 23:14

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Avant même que Xyno ne réponde, Calintz eut une partie de la réponse à sa question. On le cherchait, on l’attendait, on voulait le tuer seulement parce qu’il était un Grenat. Toute sa vie ne tournerait elle qu’autour de cette famille dont le sang ne coulait même pas dans ses veines ? Il n’avait aucun pouvoir aussi bien magique qu’administratif … un sentiment de désespoir l’envahit. Quoi qu’il face, quoi qu’il devienne, ou qu’il aille, ils seraient toujours là à le traquer. La promesse d’une vie, simple, lui échapperait continuellement parce qu’il avait la chance et le malheur d’appartenir à la famille Grenat.
Pourquoi quelqu’un l’attendait il maintenant ? Encore une fois les choses se précipitaient sans qu’il ne puisse rien contrôler, il était seulement un pion dans l’échiquier de Dieu … et il détestait cela.

Le visage de Xyno perdit son sourire pour montrer sa réelle face, un homme froid. Assis par terre, le jeune prince sentit immédiatement les secousses qui faisaient trembler la terre … non pas encore, ce n’était pas possible. Pas de nouveau cela. Il devait être en plein cauchemar, ses yeux se révulsèrent devant la lame à quelques centimètres de lui et derrière les yeux dorés de l’ange qui le scrutait.

Pendu à ses lèvres, Calintz attendait la réponse de Xyno … qui ne vint pas. Le jeune prince chercha du regard ce qui avait provoqué un tel bruit : la porte avait été défoncée et un groupe de soldat pénétrer désormais dans la pièce. Dans ce groupe ce trouvait Agapanthe, richement vêtue … apparemment il était le chef de l’assaut. Désormais c’était certain, il était en plein cauchemar ! Et son mal de tête n’arrangeait rien à sa situation.

"Calintz, mais défend toi!"

La respiration du jeune prince se faisait de plus en plus saccadée, il jeta un regard plus intense vers la fenêtre évaluant la chute qu’il ferait pour s’enfuir s’il passait par là. Pendant ce temps, Agapanthe avait bondit sur Xyno et le menaçait de son épée … ce qui était à l’avantage du jeune prince débarrassé de ses deux problèmes pendant qu’il s’entretué.
Calintz n’avait pas bougé, il s’était seulement relevé s’appuyant contre le rebord de la fenêtre, prés à sauter en cas de danger. Tandis que les deux hommes se débattaient, il fut pris d’une quinte de toux. C’était devenu habituel pour le petit prince qui voyait sa santé se détériorer de jours en jours.

Le prince suivait de moins en moins bien la conversation, il ne comprenait pas la nature des liens qui unissait les deux hommes et ce que venait faire Agapanthe dans sa vie après l’avoir si … durement rejeté il y a un mois de cela. Les soldats s’approchaient de lui avec lenteur lui donnant l’impression d’être traquer comme une simple proie … si il se laissait faire, il allait peut bien plus perdre que sa vie.
Agapanthe finit par lâcher Xyno pour se mettre entre celui-ci et Calintz. Devant toutes ses paroles dénudées de sens, il finit par lâcher.

« Je ne veux pas d’une quelconque protection, qu’elle soit royale ou pas ! »

Calintz reporta son regard marron vers la fenêtre … seule issue. Dernière chance de se sauvé de ce cauchemar. Il se tourna une dernière fois vers l’assemblé pour le moins étrange de la pièce, une lueur rouge au fond des yeux.

« Sa ne sera pas pour cette fois si Xyno … adieu Aga. »

Sans une hésitation, il se jeta par la fenêtre pour retomber deux mètres plus bas … lourdement. Il avait le souffle coupée et pour arranger le tout, une toux violente l’avait prit. Clopinant et toussant, il s’enfonça dans l’obscurité de la nuit, croyant avoir échappé à ses ennemis.

* Tu es vraiment débile ou tu le fais exprès pauvre prince ! Occupe toi de lui bon sang.*
*Oh toi, tait toi !*

C’était la première fois depuis un mois qu’il n’avait pas remis un pied dehors … ses yeux s’attardèrent sur les lumières mourantes de la ville et une émotion toute particulière l’envahit … comme à l’aube d’un nouveau jour. Une larme se perdit sur sa joue, scintillement d’un pétale qui fane et finit par tomber.
Plus que Trois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   20.06.08 17:37

[petit matin 10 mai / Maison Close ]

Comment gérer ça? A tout moment la situation pouvait basculer. Agapanthe surveillait Xyno pour pas qu’il s’approche plus prêt d’eux.
Ce noble tentait de provoquer agapanthe.

"Mon frère je te le laisse si ça t’amuse pourriture!"

Agapanthe se fichait du sort d’Alfred. Il n’était hors de question de le considérer comme son frère. Il le haïssait comme tout les autre membre de la famille.

« La vaillant prince de la mine de Pierre qui vient juste de se révéler protégeant le minable prince de la mine de Sable contre l’élu de Dieu venue apporté la liberté aux Hommes. Et en plus de stupides gardes viennent se mêler à tout ceci … »

"L’élue de dieu!"

Quelque chose dans la tête de aga se débloqua il ressentit la haine qu’il avait pour cet être. Que lui avait cet personne. Agapanthe comprenait de plus en plus son corps.
Il posa sa main sur sa tête tout ce ci devenait éprouvant son être.

"Ce n’est pas le moment de faiblir!"

Le sort qui gardait la mémoire d’aga prisonnière était puissant et très douloureux. Il ne pouvait sen rappelé entièrement seul la fuite d’information lui permettait de resituer Xyno: durant ces années de ténèbres.

« Petit prince, écoute moi avant de partir sous la soit disante protection royale. Ou que tu sois, je viendrais un jour pour te tuer. Ainsi que toute la branche pourrie des Grenat et je n’oublie pas celle des Rodéric Agapanthe. Ta mémoire cherche toujours à oublier ce que tu as vécu, mais soit en sur, à l’aube de ta mort tu t’en souviendras. »

"Faites le taire…"

Cet être démoniaque le déstabilisait il n’arrivait pas à tenir. C’est la voie de Calintz qui le ramena à la réalité.
les hommes se saisir de xyno pour qu'il se taise.

« Je ne veux pas d’une quelconque protection, qu’elle soit royale ou pas ! »

C’était un très mauvais nouveau ça. Agapanthe se retourna se ressaisissant. Il devait l’empêcher de faire une chose stupide.
Quand il le vit prêt de la fenêtre il grimaça.

« _Recule tout suite Calintz!
_Sa ne sera pas pour cette fois si Xyno … adieu Aga.
_Non!»

Calintz sauta, agapanthe se précipita à la fenêtre. Il n’avait pas réussi à mettre la main sur Calintz, il s’effondra quelque seconde. Son cœur avait accéléré, il se sentait mal, une envie de vomir le prit.
Mais il n’avait pas le temps de se reposer. Il donna alors ses ordres.

"Votre mission principal c’est de mettre la main sur le prince le plus vite possible."

Il se releva et regarda Xyno. Il s’avait à quel point il était dangereux. La voie elle avait fait profile bas. Agapanthe n’avait aucune idée de la raison de ce silence dans sa tête. Même l’emprise qu’on exercé sur lui était devenu bien plus faible. Comme si on voulait dés simuler quelque chose à l’élu.

"Toi Xyno! Tu fais bien plus que ce que ton rôle t’autorise! Tu méprises les humains qui te soutiennent! Tu n’en fais qu’à ta tête. Les Abis finiront par t ‘avoir si ce n’est pas une personne de ton propre camp!"

Agapanthe alla vers Xyno faisant signe au autre de lacher cet être vissieux et de plus s ‘approcher de lui. Il se savait inférieure mais au moins il donnait le temps à ses hommes d’attraper Calintz.
Revenir en haut Aller en bas
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   20.06.08 23:51

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Xyno se régalait de voir cette scène. Il n’avait pas envisagé que les choses se passent de cette manière mais même malgré cela, il s’amusait vraiment à voir les différents protagonistes évolués devant ses yeux dorés. Et puis il commençait à comprendre ce qui se passait au sein même du gouvernement des mines. La lumière se faisait peu à peu sur certaines zones d’ombres. Lorsqu’il révéla ouvertement son statut d’élue de Dieu, il put voir dans le regard de Agapanthe une nouvelle lueur de haine accrue par le souvenir de ses quelques jours passés avec lui. Des souvenirs dont il ne se souvenait pas entièrement mais qui se rappelaient tout de même à lui. Son comportement devint ambigu lorsqu’il posa sa main sur sa tête, mais Xyno commençait à comprendre et il sourit face à la douleur qui s’inscrivait sur le visage du prince de la mine de pierre.

Quand à l’autre prince, lui était toujours aussi passif, et restait à l’arrière observant la scène avec des yeux ronds de surprise. Après des mois de tranquillité, voila qu’on venait le déranger dans son retrait de la société. Cela ne fit que plus sourire l’élu qui continua à provoquer les gardes et Agapanthe. Si bien que celui-ci ordonna qu’on le fasse taire. Et bizarrement l’ange déchu se laissa attraper, ne se débâtit pas et rendit un grand sourire au garde qui lui avait empoigné le bras. Les humains étaient de drôles de choses, et malgré la lassitude que l’immortel commençait à ressentir, ils ne cesseraient de le surprendre, toujours et encore.

D’un air tranquille et amusée, l’élu de Dieu observa la suite. Calintz se jeta de la fenêtre alors qu’il se trouvait à l’étage et prit la fuite … le sang des Grenat coulait vraiment dans ses veines. Il laissa néanmoins s’échapper un soupir en constatant que sa proie lui filait entre les doigts, mais maintenant ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne le retrouve et finisse ce qu’il avait commencé.
En voyant la réaction d’Agapanthe qui s’était écroulé, l’élu de Dieu rigola.

« Et bien je t’ai connue plus résistant Agapanthe. Te sentirais-tu mal par hasard ? »

Sa voix était moqueuse et les gardes le saisirent un peu plus, coinçant son bras dans un angle désagréable qui lui fit serrer les dents. Mais même cet affront qu’on lui faisait ne suffisait pas à entamer son sourire narquois.
Mais même après s’être effondré, le nouveau prince de Shin-sai se ressaisit et donna des ordres à ses chiens qui partirent tous à la poursuite de Calintz, à l’exception des deux hommes qui maintenaient Xyno.
Il écouta sans broncher son ancien esclave. Et ses paroles l’amusèrent encore plus. Il lui donnait des leçons de morales, lui prédisant même une mort qui viendrait de son propre camp.
Mais quel camp ? L’ange déchu n’était ni pour les rebelles, ni pour ceux qui le pourchasser, il ne soutenait aucun humain, se moquant de leur sort. Et il savait qu’il ne pourrait mourir que de la main d’une seule personne. Son double … Onyx. Leur destin était lié, ils étaient liés jusque dans la mort.

Les gardes finirent par la lâche, Agapanthe savait parfaitement qu’il lui était supérieur. L’immortel prit donc son temps, défaisant les plies de sa tunique, avant de planter son regard dorée dans celui de l’assassin. Il s’approcha de lui et glissa une de ses mains dans ses longs cheveux, approchant son visage du sien.

« Dit moi Agapanthe … que cherches tu à me cacher ? »

Son autre main se faufila jusqu’à la taille du jeune homme et le saisit dans le dos pour rapprocher son corps du sien. Il n’était pas brusque, mais aucune tendresse n’était présente dans ses gestes, juste une froideur palpable alors qu’un sourire qui en disait long étirait les fines lèvres de l’ange déchu.

« Vois tu le sceau que j’avais imposé sur cette porte ne pouvait être brisé que grâce à de la magie. Ce tremblement de terre a été plutôt de bonne augure pour toi n’est ce pas ? Un tremblement de terre très localisé et dont l’origine n’est pas naturelle. Et à ce que je me souvienne, aucune goutte de magie ne coulait dans ton sang la dernière fois que je t’ai vue. Alors je répète ma question. »

Il se rapprocha un peu plus, effleurant les lèvres d’Agapanthe.

« Qu’essayes-tu de me cacher ? »

Son regard était rivé dans celui du prince de shin sai, Calintz devait être en train de détaler et d’essayer de fuir aux hommes de la mine de pierre. Et Xyno aurait tout le temps nécessaire pur s’occuper de lui plus tard. Mais il voulait d’abord éclaircir quelque chose avec Agapanthe et s’amuser un peu avec ce jouet.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   24.06.08 19:57

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Qu’est ce qui se cachait derrière tous ses évènements ? Calintz avait le sentiment que lorsque les trois pétales seraient tombés, ils délivreraient sa mémoire des verrous qu’on lui avait imposé de force. Trois seaux qui scellaient sa vérité, une partie de sa vie et qui l’avait conduit ici, loin de tout. Les paroles d’Onyx résonnaient encore avec force dans son esprit, rabaissant à rien la lueur d’espoir et de courage qui naissait au creux du jeune prince le laissant vide. Se laisser attraper par Agapanthe n’était surement pas la bonne solution, il replongerait dans cet univers complexe et qui lui échappait des abis sans avoir la moindre chance d’imposer ses idées. Fallait il qu’il passe par le statue d’objet pour se rendre compte de sa propre vie et de sa chance … qu’importe toutes les paroles de Onyx ou de Xyno, il était en vie, c’était un homme, son cœur battait dans sa poitrine et il avait le droit, même le devoir, de vivre. Il n’était pas rien … il était lui avec tous ses défauts ainsi que ses qualités. Mais il était aussi objet … pour les hommes forts par le biais du sexe ou de la domination.

« Il est la ! ATTRAPER LE ! »

Il jeta un coup d’œil rapide derrière lui et discerna dans l’obscurité quatre silhouettes armés qui couraient dans sa direction … sa toux s’était calmé et il se remit à courir, tentant d’échapper tel un gibier à ses chasseurs. Mais la vigueur des soldats par rapport à sa faiblesse eut raison de ses efforts. Il voyait de seconde en seconde l’écart entre ses poursuivants et lui diminuer. D’autres bruits se firent entendre, les gardes qui avaient été posté dehors en cas de fuite se mêlaient à la chasse.

*Ne lutte pas petit prince ! C’est finit pour toi, tu vas pouvoir trouver la paix.*
*Ta paix ?! Je n’en veux pas … durant tout ce mois, tu m’as soumis à cette vie … je ne suis pas ton jouet et je ne suis pas fou.*
*Hihi, cours petit Calintz, les chiens vont finir par te rattraper pour te mordre.*

Ah ! Il maudissait son impuissance à pouvoir semer les gardes … Alex aurait réussit lui. Trêve de penser il fallait qu’il agisse désormais. Le jeune prince scruta son environnement qu’il discernait à peine dans la pénombre de la nuit, il n’y avait aucune cachette qui pourrait faire l’affaire. La ruelle dans laquelle il s’était engouffré était étroite sans issus de secours.

Tels le gibier qui sens que sa fin approche, Calintz se mit à chercher des yeux désespérément une porte qui s’ouvrirait ou encore une cahute mais rien ! Son souffle s’accéléra alors que ses joues avaient prit une légère couleur rouge à cause de la course. Le froid de la nuit le piquer au vif, chatouillant sa peau délicate et sensible la faisant frissonner. Puis vint une nouvelle toux, plus forte que les précédentes causées par le froid, la fatigue, et sa course. Mettant une main sur sa bouche pour couvrir le bruit de ses toussements, le jeune prince ne regarda pas ou il mettait les pieds et trébucha lourdement s’aplatissant contre le sol poussiéreux.

Il voulut se relever immédiatement mais déjà un homme lui saisissait le bras avec force dans un geste brutal le forçant à se remettre debout. Calintz était tout tremblant, toussant, et haletant à la fois encore sous le choc. Avec un sourire de victoire, il lui dit.

« Le chasse est terminé, prince. Sa y est je l’ais trouvé les gars, on peut rentrer ! »

Calintz tenta bien de se débattre mais tous efforts étaient noyés par la force des gardes et il voyait s’éloigner sans rien pouvoir faire cette porte entrebâillé qui cachait la vérité. Après quelques mètres parcourut il finit par se résigner et il accepta de suivre les soldats, les bras liés dans le dos pour plus de prudence.

*Je vois que tu redeviens sage mon petit prince. Je mettrais ta crise sur le compte de la surprise.*

Fermant les yeux, Calintz retint des larmes de rage qui lui montaient.
Plus jamais cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   02.07.08 17:40

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Xyno s’approcha d’agapanthe celui-ci ne laissa aucune expression paraître. L’ange déchu passa ses main dans les cheveux d’aga cela ne lui fit aucun effet.
Aga était persuadé qu’avec cet être le rapport de force serait inutile. Xyno avait perçu quelque chose de changé chez agapanthe ce qui n’était pas faux. Mais le jeune homme lui-même n’était pas conscient de ce qu’il lui arrivait.

"Carte blanche agapanthe…."

Un léger sourire apparu alors sur les lèvres du prince il ne quittait pas Xyno du regard. Comme si cette fois si aller avoir le dessus.

"Je ne te cache rien…"

Son sourire se fit alors plus prononcé. L’autre main de Xyno passa dernière lui, le rapprochant avec douceur les deux corps. Aga réagi en frissonnant, mais son visage ne changea pas d’expression.
Xyno lui expliqua rapidement la situation, mais jamais agapanthe ne lui donnera de réponse. C’était trop amusant de le voir désireux de connaître la réponse à l’énigme.

"Mmm… cette situation est plus que mystérieuse…."

Xyno effleura ses lèvres, quelque chose de passé resurgit en lui. Une situation quasi similaire. Agapanthe lâcha son arme et enlaça Xyno il alla jusqu’à son oreille.

"Le monde est remplit de mystères une de plus un de moins pour l’élue de dieu cela ne change rien."

Agapanthe rigola un peu. Et plongea son regard bleu dans les yeux doré de Xyno. Il vaut mûrit et ce qu vécus le rendait plus fort et plus vicieux.

"Tu t’es affaibli Xyno alors que les Abis ne font qu’augmenter leur pouvoir. Tu cour après de simple humain et tu perd ton temps à des jeux inutiles. S’en ai presque pathétique."

Agapanthe se dégagea. Il avait perdu une bonne part d’humanité depuis le temps. Il ne pouvait vivre sans partager la vie d’une autre personne. Lié a jamais à différent maître, il le savait que jamais cela ne changerait.

"Un mystère… la clé n’est pas ici… pour ouvrire la porte des secrets il faut la clé! Ni moi ni Calintz la détenons. Mais je suppose que tu as sûrement une idée de qui connaît toutes les réponses, non?"

Agapanthe alla verse son arme et la remit au foureau. Il se massa un peu la nuque. Et regarda les deux hommes qui étaient restés.

"Allez aux nouvelles."

Puis il regarda Xyno l’emprise qu’avez cette force sur aga reprenait place en lui ses capacités de réflexion s’amoindri à vu d’oeil. Les yeux de aga se voilé, il tait calme trop calme.
A présent seul les ordres revenaient dans sa tête, comme si il n’existait que cette voie, à jamais. Aga avant ça de nouveau vers Xyno. Malgré la déformation de sa voie le ton utilisé n’était pas de lui.

"Pauvre petit chose,…"

Qui était cette personne il ne savait d’où elle sortait, mais devait se plier à ses volontés sous peine de mourir encore une fois.

"La clé est à Sunahama…"

Un garde vint voir aga et s’inclina sentant que celui-ci était revenu à un état étrange.

"_Nous avons trouvé le prince déchu.
_bien mettez le au cachot et préparer une calèche pour Sunahama._bien monsieur Roderic."


L’homme partit. Agapanthe avait reprit un ton qui lui été propre sans pour autant être libre de ses pensées.

"On dit que les jeux y sont fabuleux. Sur ceux je vous laisse à ta parti de cache cache avec les humains. Il semblerait que tu es perdu la force de vouloir te battre et soit parti dans un déchéance plus que ridicule. Le Xy…."

Une douleur se fit sentir dans sa tête, aga tomba à genoux sans possibilité de se relever. Il était trop envoûté pour penser à se relever, et comprendre ses douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   07.07.08 18:50

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Cachot !! ]

Plus jamais cela !
Il était vraiment trop bête ou quoi ! Plus jamais … le jamais avait dans son cas un gout de dure réalité, la vraie réalité. Ne jamais dire jamais … il comprenait à présent toute la signification de ces paroles. Il était tellement crédule, avait il seulement put croire l’espace d’une seconde qu’il pouvait couper tout lien avec son passé ? Un mois, un mois qu’il fuyait tout ce qui pouvait lui rappeler sa vie d’antan, qu’il s’était abandonné aux autres pour s’oublier lui-même et ou tout cela le menait …

Dans un cachot ! Encore un cachot comme écho à ce passé désiré et détesté. Le jeune prince faisait les cents pas dans la petite pièce dans laquelle on l’avait jette. Vive la protection royale qu’on lui offrait, le grand luxe : une paillasse à même le sol, sol qui était par ailleurs poussiéreux, murs tapissés de toiles d’araignes. Calintz s’interrompit dans sa marche et s’assit en tailleur sur son « lit ». Pourquoi s’était il retrouvé ici … il ne le savait même plus. Tous les évènements de cette soirée se résumer pour lui en un énorme brouillard, Xyno, Agapanthe … il aurait tellement que Onyx soit là. Rhhaa mais à quoi il pensait encore, il fallait arrêter de penser à ce monstre qui l’avait façonné de sa main puis anéantis lorsqu’il l’avait voulut comme un vulgaire objet. Avec des gestes rageurs, il se massa la jambe sur laquelle il était tombé à deux reprises, lorsqu’il avait sauté de la fenêtre … et lorsqu’il s’était étalé dans la poussière.

*Tu n’aurais pas dut te débattre, tu arrives toujours au même point mais avec plus de bobo.
- Ah tait toi, je ne veux pas t’entendre.
- Dommage pour toi, je me sens d’humeur bavarde … comprendras tu un jour que tu ne seras jamais maître de ton destin petit prince ? *

Maitre de sa vie, c’était peut être cela son but dans la vie. Devenir le maitre de son destin, remettre sa vie entre ses mains et non pas dans celle de l’abis ou de ses sbires. Il avait crut durant des années diriger sa vie mais il n’avait fait que se bercer dans une douce utopie qui s’était rompus il y a un mois de cela.

« Ce n’est certainement pas toi qui va diriger ma vie ! Satané voix !! »

Le jeune prince s’était levé et menaçait du poing une personne invisible que lui seul pouvait percevoir, dans sa propre tête. Alerté par les bruits, des gardes s’approchaient de sa cellule pour vérifier que tout aille bien.

* Pitoyable Calintz, je pensais m‘être suffisamment occuper de toi pour que tu cesses tes caprices de Grenat.*

Une lueur de terreur passa dans les yeux du jeune prince tandis qu’une violente migraine le prenait déjà. Il tomba au sol se tenant le côté droit de visage entre ses doigts crispés … Cette douleur, non ce n’était possible, il la connaissait que trop bien pour l’avoir subit durant 24 ans. Sa joue droite était en feu comme si on la lui brulait au fer rouge, réveillant de puissant souvenir. Un crie de douleur lui échappa alors que les gardes pénétraient dans le cachot paniqués …

* Compris ?*

Plaqué au sol par la douleur, la respiration saccadé, le jeune prince réussit à articuler.

"Compris. "

Instantanément la douleur refoula pour finir par se dissiper, devant les yeux interdits des soldats, le jeune prince se rassit et avec empressement tapota son visage … la peau était toujours si douce, aucune brulure. Mais il avait du mal à refouler cette peur d’enfant, celle d’être à nouveau différent des autres avec cette brûlure. La voix avait tapé juste, elle savait ou cela pouvait faire mal et exploiter toutes les failles du prince … et il y en avait beaucoup de failles.

« C’est finit ta comédie ! Aller lève toi et en route. »

Calintz se leva avec l’aide des soldats qui le prenait désormais pour un fou et se laissa trainer jusqu’à la sortie de la prison … ou est qu’on l’amener ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Maître du jeux
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: 10 Mai   27.07.08 23:47

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Rue ]



La ville était plongé dans le noir … c’était le meilleur moment pour passer à l’action pour Ash. Le jeune homme aux cheveux violets faisait partie d’une bande de jeunes, dont beaucoup avaient perdue leur unique famille au cours du tremblement de terre. Ils s’étaient rassemblés dans les quartiers malfamés de Shin-sai, vivant de petits vols, de petits travaux qui payaient une misère. Mais ils étaient tous mus par une haine envers les abis, faisant partie de cette nouvelle génération qui ne pouvait plus supporter l’autorité de ses rois.
Et Ash n’échappait pas à la règle, son esprit était rongé par la vengeance, et au fil du temps il était devenu un vrai petit rebelle, comme la plus part de ses amis. Des rebelles bien loin de l’organisation des Sakarau, qui se contentait de balancer des pierres sur les gardes en patrouille, qui les faisaient courir dans tous le village. Rien de bien méchant, et jusqu’à maintenant ces jeux n’avaient fait aucune victime.

Ce soir là, il devait avec sa bande de jeunes « attaquer » un groupe de soldat en patrouille à l’aide de leur lance pierre pour déguerpir par la suite en courant. Ash ne prenait pas ça pour un jeu comme les autres de son groupe, pour lui c’était une vraie vengeance personnelle, ayant vu de ses yeux sa petite sœur mourir des suites de blessures du tremblement de terre.

« Chut les gars, ils vont bientôt arrivés.
- Hee, tu m’oublis, moi je suis une fille !
Soupir exaspéré …
- Bon les gars et la fille tenez-vous prêt. »

Ash avait été proclamé chef de leur bande et celle-ci attendait en embuscade la patrouille dans une rue étroite et déserte à cette heure de la nuit. Mais au lieu de voir apparaître un petit groupe de soldat en patrouille, ce fut un convoi composer d’une dizaine d’homme en arme, entourant un prisonnier qui avait un air de chien battu, qui arriva. Des chuchotements surpris parcoururent le groupe de jeune alors qu’Ash, d’un signe de la main, les fit taire. Ses yeux brillaient d’un éclat étrange. Voila enfin l’occasion qu’il attendait depuis longtemps pour se venger de la mine. Se tournant vers ses compagnons, il leur murmura quelques consignes.

« Vous deux, vous allez les arrêter devant, faites les ivrognes. Pendant ce temps les autres vous vous préparerez à leur tirer dessus. Lorsque le prisonnier se trouvera juste en dessous de la corniche, vous ferez feu. Je vous donnerais le signal. Toi Ivy tu restes avec moi et tu me suis. On va s’occuper d’évacuer le blondinet. Les gars … et la fille, on se retrouve tous au QG après. »

Et voila les instructions étaient donné, les jeunes se mirent tous en place en silence, évoluant sur les toits des maisons. Ils étaient agiles et souples et leur jeunesse leur donnait un avantage. Ash se disait que ce mec qui était prisonnier devait être quelqu’un d’important pour avoir une escorte de 10 gardes, et il voyait en lui une chance de faire un acte vraiment important pour la rébellion, pour mettre des bâtons dans les roues des Abis.

Devant le convoi, deux jeunes hommes venaient d’apparaître et semblaient émécher. Ils vacillaient et bientôt se pendaient au cou de certains soldats exaspérés. Et alors qu’ils baisaient leur garde à cause de cette diversion, leurs rangs se desserrèrent, mettant plus d’espace entre eux. C’était à ce moment qu’ils devaient attaquer. Le blondinet n’avait plus qu’à faire quelques pas et … c’était bon !
Ash leva sa main et instantanément, une pluie de pierre déferla sur le groupe. Le chef de la bande et son amie sautèrent du toit, tombant juste à côté du prisonnier dont ils saisirent les bras avant de l’embarquer dans une folle course poursuite.

Courant comme jamais ils n’avaient courut, Ash et Ivy avaient le sourire aux lèvres, en entendant derrière eux les gardes qui se précipitaient à leur poursuite sous la pluie de pierre.

« Ils sont coriaces ce soir.
- Oui on va pouvoir s’amuser. Allez Monsieur, suivez nous.
- Ouep on s’occupe de vous maintenant. »

De toute façon le blondinet n’avait pas vraiment le choix et était bien obligé de suivre le rythme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   28.07.08 22:30

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Rue ]

Entouré d’une dizaine de gardes, Calintz était balloté dans les rues fraiches de la ville de la mine de pierre. Il ne savait pas ou on l’amenait, personne ne lui avait donné d’information. Le jeune prince avait le regard dans le vide suivant docilement les soldats à travers le dédale des avenus, il était placé sous bonne escorte. La formation se déployait autour de lui de façon à l’encercler. Mains attaché dans le dos, Calintz ne pouvait pas envisager une fuite. Et même si il avait été libéré de toute entrave, il ne savait pas se battre … Abattu et ayant accepté sa condition de prisonnier, il se laissait mener avec mollesse renvoyant parfois des regards interrogateurs aux gardes. Dans quoi était il encore entrainer … tout cela le dépassait, la visite impromptue de Xyno à la maison des plaisirs puis l’arrivée fracassante d’Agapanthe. Et lui était au cœur de tout cela. Qu’est ce qui pouvait amener ces deux hommes à venir le chercher dans sa fuite au bout d’un mois ?

La brise d’air frais qui soufflait en cette nuit de pleine lune sur la ville tirait quelques toussements au jeune prince couvert d’une cape de voyage fine. Les soldats étaient plutot relâchés croyant être en totale sécurité dans leur ville. Il y avait bien eut quelques petites agressions mais aucun hors la loi tenant à sa vie n’aurait osé s’attaquer à un dégroupement de leur taille. Les directives de l’abis s’étaient durcit depuis un mois, si bien même que la population commençait à le craindre au même titre que Onyx.

Le convoi venait de s’engager dans une rue étroite et qui aurait dut normalement mettre en alerte les soldats mais ils n’en firent rien gardant leur démarche paisible sans se tenir sur leur garde. Calintz observait avec une minutie étrange la poussière qui se soulevait à chacun de ses pas réveillant en lui les souvenirs du tremblement de terre. Ce jour là, la ville s’était recouverte d’un immense nuage de poussière sous l’effondrement de nombreux bâtiment tuant bien des civils. Après s’être rendue compte de l’ampleur des dégâts, il avait prit conscience de l’énorme chance qu’il avait eut de ne pas être ensevelie vivant dans les mines. Et sa vie, il la devait à Sloth, Sayuri … encore des gens qui le rattacher à Onyx. Foutu frère !

« Hé les gars, regardait, voilà de la compagnie ! »

Calintz releva ses yeux sur deux silhouettes qui venaient d’apparaître au bout de la rue. A leur démarche gauche il semblait avoir but un verre en trop. A la rigueur il devait s’agir de plus d’un verre. Les gardes s’étaient mis à rire se moquant de ses deux habitants. Seul le chef du détachement prenait ce contre temps au sérieux fixant les alentours gardant un œil sur son prisonnier et sa main sur la paume de son épée.

Alors tout se passa très vite, une pluie de pierre s’abattit sur eux, arrachant une petite égratignure sur le visage de Calintz. Mais avant que celui-ci ait fait le moindre geste pour se protéger, déjà deux autres volaient vers eux … non sautaient du toit pour atterrir en souplesse dans la rue à quelques mètres de lui. Décidément cette soirée était chargée en surprise ! Une lueur de surprise dans le regard, Calintz vit les deux ombres s’approcher de lui et lui saisir les bras en l’embarquant dans une course folle. C’était désormais prouvé, Calintz n’était pas doué pour les courses poursuites et il faillit à de nombreuses reprises trébuchées sans comprendre ce qui se passait. Une chose était sure, les deux personnes qui le tiraient vers l’avant venait de le libérer des chaines d’Agapanthe et il leur en était d’or et déjà redevable. Pouvant désormais détailler ses deux sauveurs, il se rendit compte que ce n’était que des gamins … enfin de jeune sortant à peine de l’adolescence, une fille et un garçon qu’un sourire énigmatique faisait rayonner.

Soufflant péniblement, Calintz avait de plus en plus de mal à suivre la cadence et il sentait ses bronches brûlaient à chacune de ses respirations. Pourtant, derrière lui, il entendait distinctement le tintement des armures des soldats qui les poursuivaient déjà s’étant dépêtré de l’attaque aux lances pierre.

« He … je ne vais pas pouvoir tenir encore longtemps … »

Des perles de sueur étaient apparues sur son front mat tandis qu’une violente migraine venait de se réveiller dans sa tête. La Voix ne paraissait pas enchanter de ce revirement de situation et se fut motiver par cette pensée que Calintz dépassa ses limites, continuant de courir comme un beau diable. Dans un murmure réservé à ses deux sauveurs, le jeune prince laissa échapper de ses lèvres sèches.

« Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Maître du jeux
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: 10 Mai   29.07.08 15:16

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Rue ]




Les deux jeunes adolescents courraient facilement, ils étaient habitués à gambader dans les rues de la ville, qu’ils connaissaient par cœur. Et cette course poursuite au lieu de les inquiéter les amusait, l’insouciance de la jeunesse les berçant de ses douces illusions, ils leur semblaient que rien ne pouvait leur arriver tant qu’ils étaient unis et ensemble. Par contre leur nouveau compagnon n’avait pas l’air aussi frais qu’eux et peinait déjà à les suivre soufflant comme un bœuf. Leurs amis n’avaient pas put retenir les soldats bien longtemps, déjà les fuyards entendaient dans leur dos les bruits métalliques des armures s’entrechoquant dans la folle course des soldats pour les rattraper. Ils devaient maintenant se retrouver tous au QG mais avant, il fallait semer ses poursuivants.

Ash jeta un rapide coup d’œil au prisonnier qu’il venait de secourir lorsque celui-ci trouva le souffle pour leur dire un merci. Il lui adressa un rapide sourire alors qu’il commençait à s’inquiéter de son état. Des perles de sueur étaient apparues sur son front, signe qu’il ne pourrait plus tenir bien longtemps.

« De rien M’sieur, mais on est pas encore à l’abri. »

Cherchant un conseil dans les yeux de Ivy, Ash n’y trouve que amusement et espièglerie, la jeune fille n’était pas vraiment sérieuse et prenait tout ou presque à la rigolade et au seconde degré. Il ne pouvait pas compter sur elle pour qu’elle trouve une idée qui les sauverait. Bon la priorité, c’était que le blondinet s’évade, après tout pour avoir un convoi de 10 soldats, il devait être important. Les cheveux mauves du garçon virevoltaient autour de lui alors que ses yeux aux pupilles rouges jetaient de fréquent coup d’œil dans son dos pour suivre l’avancement des soldats. Ils mangeaient du terrain, leur petit groupe étant ralentie par leur nouveau compagnon.

« Ivy je vais faire diversion. Va pas tenir longtemps sinon. Au prochain embranchement, vous vous cacherez et moi je continuerais, les soldats ne se rendront compte de rien avec l’obscurité.
- Ok Ash, mais après, tu fais quoi ?
- Je les sème et on se retrouve au QG, ok ?
- Promit ?
- Promit ! »

Le jeune homme souriait à son amie, ça allait être du gâteau … enfin c’était ce qu’il croyait. Ivy finit par acquiescer et passa un bras sous l’épaule du blondinet pour le guider dans l’obscurité. Se rapprochant de l’embranchement, Ash fit un signe de tête à la jeune fille pour lui indiquer que c’était le moment. Aussitôt, elle disparut dans les ténèbres des petites rues adjacentes, embarquant avec elle leur compagnon prisonnier.

Maintenant, restait à maintenir une certaine distance avec les gardes et à les semer. Rien de bien difficile. Mais jusqu’à maintenant, le chef du petit groupe de jeune ne s’était confronté qu’à des soldats inexpérimentés, de petites patrouilles et il n’avait pas conscience que les hommes qu’il avait en face de lui était loin d’être stupides. Courant à toute allure, le garçon ne se rendait même pas compte qu’il allait droit dans une embuscade, dans un guet-à-pant.

- - - - - - - - - - -

Ivy aida le jeune homme à reprendre son souffle, lui donnant quelques conseils. Le plan de Ash avait marché. Les soldats étaient passé devant eux sans qu’ils ne les remarquent.

« Inspirez et expirez bien M’sieur, voila comme ça. »

Revenant un peu sur le chemin principal, elle regarda vers ou Ash avait disparut. Elle lui faisait confiance, il allait revenir. Puisqu’il lui avait dit.

« Bon vous venez, je vais vous emmener jusqu’à notre QG. Les copains seront contents de vous voir libres. »

La jeune fille âgée d’à peu prés dix sept ans lui adressa un sourire et lui fit un signe de tête pour qu’il se mette en route. Ils marchaient désormais, pour laisser le blondinet se remettre de ses émotions. Les mains dans le dos, Ivy était bien dans la nuit, se sentant en sécurité dans ses rues qu’elle connaissait par cœur.

« Vous savez Ash, c’était un vrai rebelle. Il va nous rejoindre à notre base. On peut lui faire confiance. »

- - - - - - - - - - -

*Ivy … je suis désolée mais je ne pense pas que je vais pouvoir tenir ma promesse …*

Devant le jeune homme s’alignait une troupe de soldat, et derrière lui, le garçon n’avait même pas besoin de se retourner pour savoir qu’une ligne de 5 soldats l’attendait, à entendre leur souffle saccadé. Ils l’avaient bien eut. Le groupe s’était séparé et lui avait coupé la route. Ash se retrouvait encerclé. Immobile il regardait les soldats face à lui, leur souriant. Au moins il n’avait pas eut le blondinet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   25.09.08 12:49

[Nuit du 9 mai au 10 mai / Maison Close ]

Les pupilles dorés de l'élu de dieu fixaient le jeune prince de la mine de Shin sai. Il savait que quelque chose lui échappait, et d'ailleurs sa présence ici n'était pas anodine. Être si près d'Agapanthe lui rappelait forcément des souvenirs, leurs corps au moins se souvenaient des contacts échangés. Soumission et torture pour l'un, distraction et amusement pour l'autre. L'immortel fronça légèrement les sourcils en voyant le regard de son jeune compagnon le défiait, espérait même avoir le dessus, mais cela n'altéra pas le masque de calme qu'il avait sur le visage.

Une main passa dans le dos de Aga, le pressant un peu plus contre le corps de Xyno, alors que celui-ci sentait avec délectation un frisson remontait l'échine de sa proie.

"Menteur."

Sa voix était suave mais chargée de fermeté. Murmure glissé à l'oreille avant que son visage ne se recule et qu'il constate le fin sourire qui étirait les lèvres du prince. Il en était sur maintenant, si cela n'avait été qu'une intuition au début, désormais il était persuadé qu'il se tramait quelque chose dans son dos … Le comportement d'Agapanthe en attestait, et à bien y réfléchir, l'autre petit prince était lui aussi de la partie. Rien n'arrivait jamais par hasard, l'Ange déchu le savait.

"En effet cette situation est mystérieuse, mais elle semble te convenir à merveille."

Xyno se faisait plus dur dans ses intonations et les traits de son visages étaient plus graves qu'à la normale. Il ne fit as attention à l'arme qui tomba à ses pieds, gardant son regard dorée dans celui de Agapanthe. Il avait finalement grandit ce petit, il avait apprit de ses erreurs. Dommage, le regarder se tromper et recommencer dans la même voie avait été plutôt amusant, mais le jeune homme n'en était pas moins distrayant aux yeux de l'élu de dieu. Même s'il avait grandit… c'était dans le cours des choses après tout. Comme l'instant ou il finirait pas mourir.

Un sourire ironique vint prendre la place sur les lèvres de l'immortel lorsque Agapanthe chercha à partir de ses bras. Il le laissa fuir, mais répondit tout de même à son attaque avec une voix moqueuse.

"Les abis … augmenter leur pouvoir ? Ils se terrent dans leur palais, ignorant la révolte qui gronde dans le peuple, la faisant taire par la terreur et la violence. Je n'ai pas peur d'eux. Et qui te dit que ses simples humains après qui je cours n'ont pas un rôle à jouer dans le dernier acte qui approche ?"

Xyno dégageait toujours une sorte d'aura dominante, qui écrasait les autres. Il paraissait très sur de lui, sa voix ne tremblait pas et était déterminé, comme ses yeux qui n'avaient jamais flanchés devant quiconque.

"Regarde toi, et demande toi qui est le plus pathétique de nous deux mon pauvre Agapanthe ? Toi qui ne peux survivre que grâce à des maîtres qui tirent tes ficelles. Tu n'es qu'un pantin."

Les humains qui regardaient la scène étaient médusés et n'osaient pas faire un geste, de peur d'attirer l'attention sur eux. L'immortel resta silencieux à l'évocation de la clé … la clé de tous les mystères. Il avait bien une idée sur son possesseur, et ce long mois d'inaction allait bientôt prendre fin.
Xyno observa sans ciller le manège des soldats et d'Agapanthe, restant dans le fond de la chambre. Enfin lorsque les deux hommes partirent, il eut l'occasion d'observer ce qu'il voulait voir. Un air intéressé sur le visage, il garda ses pupilles rivés sur la silhouette du prince de Shin sai. Un nouveau froncement de sourcil vint plier les traits de son front alors qu'Aga avançait vers lui en parlant d'une voix qui n'était la sienne.

La clé se trouve à Sunahama.
Un soupir s'échappa de sa gorge. Elle ne pouvait se trouver que là bas…

Restant stoïque face au garde qui arriva et à l'annonce de la capture de Calintz, Xyno s'était tourné vers la fenêtre et contemplait la voûte céleste ou brillait des multitudes d'étoiles. Tout les protagonistes allaient être réuni là bas … pour le dernier acte de cette histoire. Écoutant distraitement les railleries de Agapanthe, il restait impartial, bien loin de ses petites piques qui ne l'atteignaient pas. Il ne se retourna que lorsqu'il entendit le bruit mat d'un corps tombé à terre et ses yeux dorées tombèrent sur le prince de la mine de pierre à terre.

"Ma déchéance n'est rien par rapport à la tienne stupide pantin. Tu es le plus ridicule ici."

La voix de l'immortel avait retrouvé une froideur impartiale, et alors qu'il s'approchait de Agapanthe, toujours à genoux, son aura se faisait plus menaçante. S'agenouillant auprès du jeune homme, il passa sa main sous son cou et lui fit relever la tête pour le regarder en face. Aucun sentiment ou expression ne perçait son masque d'indifférence.

"Nous nous retrouverons à Sunahama. Il me tarde de voir ses jeux de mes propres yeux. A bientôt Agapanthe. Je compte sur toi."

Cette fois ce fut à lui de laisser échapper un petit rire, loin d'être agréable, celui-ci était mesquin et moqueur. Enlevant sa main de sous le menton du jeune prince, il le laissa choir à terre alors qu'il s'éloignait pour sortir de la chambre. Un dernier regard à son attention … finalement il n'avait pas si grandit que ça.
Puis la silhouette de l'ange déchu disparut dans les couloirs de la maison des plaisirs pour se fondre dans les ténèbres. Telle une ombre, Xyno se faufila sans se faire voir, intouchable. Il fut bientôt à l'air libre de la nuit et partit en direction des montagnes.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   26.10.08 17:43

[10 mai/petit matin / Maison Close ]


Ile sentait son passé était a portait de main. Les pouvoirs de son maître ne pouvaient les retenir plus longtemps.
Agapanthe comptait quand même sur les pouvoirs de celui-ci pour le lui effacer une seconde fois cela lui était possible.
Xyno représentait un passé qu’il haïssait tout au fond de lui. Un passé qui l’avait rendu faible.

"C’est.. C’est toi qui parles de l’obéissance que j’ai envers mon maître… qui n’a pas de maître ici? Toi comme moi nous dois obéir à des forces qui nous dépassent et il n’y a que toi qui sois aussi prétentieux pour croire agir par ta seule volonté."

Agapanthe sourit. Malgré son malaise permanant en présence de Xyno

"Je suis peut être qu’un pantin… ce la ne me dérange pas car j’en tire une satisfaction personnel."

Ridicule, lui ridicule… agapanthe en était presque convaincu, mais c’était comme ça il ne pouvait changer son rang en ce monde il était faible et on le traitait comme tel. Mais aga avait un atout, il arrivait encore à manipuler le cœur des gens. Et il devait en user de ce dont pour arriver a terminer sa mission. Il ne répondit donc pas à Xyno baissant la tête. Aveux lui dans la salle il ne pouvait rien faire.
Celui-ci lui levât le visage ce contacte déplu a aga qui ne montra rien.

"Sunahama… la roue du destin est en marche…"

Xyno parti enfin. Agapanthe pu enfin se relever et reprendre ses esprits. Il était en colère de ne rien pouvoir faire pour se défendre contre Xyno. Pourquoi était il un simple humain? Pourquoi dieu l’avait mis à cette place?

"HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!!!"

Aga tapa plusieurs fois contre le mur pour expulser sa colère. Quand enfin la froideur envahir son corps et son esprit. Il devait trouver Calintz a tout prit.

"Apport moi Calintz au palais! Je vais rentrer."

Il avait besoin de souffler sinon tout allait exploser dans sa tête. Il devait devenir encore plus fort. Pourvut qu’onyx se débarrasse de Xyno un fois pour toute!
Aga sauta par la fenêtre et commença à déambuler dans les rues de la ville, on voyait encore des souvenirs du tremblement de terre.

Alors qu’il marchait une silhouette lui sembla familière… Calintz il était accompagné d’une autre personne.

"Je croyais qu’il été capturé lui!"

Aga ne bougea pas il attendit que celui-ci s’aperçoive de sa présence, lui laissant une chance de s‘enfuir a nouveau. Il ignorait pourquoi il lui accordait cet attention, peut être pour éviter obéir tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   08.11.08 23:04

[10 mai/petit matin / Maison Close ]

Qu’importe les paroles de la jeune fille qui l’accompagnait.
Qu’importe le courage de son ami.
Ils ne comprenaient rien, ils ne savaient pas qu’ils venaient de libérer une bombe à retardement et que cela pouvait conduire à leurs perte. Calintz était trop habitué à voir les gens qui l’entouraient mourir et il ne voulait pas que cela se reproduise. Sa vie était faite de solitude alors pourquoi tant de personnes se mettaient elles sur sa route voulant l’aider ou le détruire un peu plus. Pourquoi Xyno était il venu le chercher dans cette maison insalubre ou chaque jour était pire que la veille ? Pourquoi Agapanthe le voulait il soudain à ses côtés après l’avoir si longtemps repoussé ?

Pourquoi Onyx l’avait il abandonné ?

Au final c’était bien cette question qui revenait dans son esprit alors que les pétales de son collier se détachaient les unes après les autres. Les yeux sombres du jeune prince de la mine de la mer de sable se posèrent sur la silhouette qui continuait de le suivre malgré ses paroles. Cette fille était vraiment têtue, n’avait elle pas entendu ses paroles disant qu’il ne voulait pas d’aide ? Se retournant, il lui adressa un air faussement courroucé figeant son regard dans celui inquiet de la rebelle en herbe.

« Je te l’ais déjà dit, arrête de me suivre ! Merci à toi et tes amis de m’avoir sortit de ce mauvais pas mais inquiète toi plutôt pour lui et laisse moi. Je ne peux t’apporter que des ennuis … et je me débrouillerais seul. »

Seul … la liberté lui tendait les bras et pourtant, lui, il les fuyait de tout son être comme si cela allait le détruire. Tout était finit à la mine de pierre et tout recommençait à Sunahama. Derrière les fenêtres de sa chambre, Calintz n’avait put ignorer les misères de son pays et la folie de son frère. Il n’avait put totalement faire abstraction de cette famille à laquelle il appartenait de façon si étrange, suspendu à un fil invisible qu’était la magie. Lui, être nait de l’union d’une magie interdite et de la folie d’une femme, se disait Grenat, endossant avec ce nom toutes la lourdeur de l’histoire de cette famille. Et maintenant qu’il était libéré de ce poids là, il n’arrivait pas à prendre son envol. Si Alex était là … il le giflerait surement … Mais Alex n’était pas là. Alex était avec l’élu. Alex avait disparut dans une brume compacte trois ans auparavant.

La jeune fille qui le suivait ignora ses paroles lui adressant un sourire crispé continuant de marcher sur ses pas. Calintz marchait sans réel objectif ne savant ou il allait aller. Il n’était plus question pour lui de retourner à la maison close après les évènements de la soirée, ni même d’aller trouver Alfred dans son château. Il pouvait peut être allé … non surement pas là bas. C’était le dernier endroit ou il devait aller.

« A ton avis, comment puis je aller à Sunahama ? »

Le jeune prince s’était arrêté net faisant abstraction de la voix intérieure qui lui criait de ne pas retourner là bas. Il devait percer la brume qui enveloppait sa mémoire et trouvait la clé qui le mènerait à Onyx. L’adolescente s’arrêta à sa suite le dévisageant d’un air surpris et voyant qu’il ne plaisantait pas, elle se mit à réfléchir à haute voix.

« A pied, il vous faudrait plusieurs jours … et les campagnes sont dangereuses de nos temps, il y a de nombreux brigands ainsi que les soldats de Grenat. Eux sont surement pires. A cheval, vous pourriez y être dés demain si vous chevauchez toute la nuit. Mais … pfeuh faudrait déjà que vous ayez un cheval ! Y a que les princes et les nobles qui en ont de toute façon. »

Il irait donc à cheval … maintenant il lui fallait juste en trouver un. Adressant un regard complice à la jeune fille, il se remit en marche d’un pas déterminé revenant vers les quartiers malfamés de Shin-Sai. Lors de sa fuite, il avait remarqué dans la cours de la maison des plaisirs plusieurs chevaux, appartenant surement aux soldats. Il ne lui restait plus qu’à en voler un … s’il en restait encore. Accélérant l’allure, le jeune homme tourna à l’angle d’une rue s’enfonçant dans les allées sombres de cette partie de la ville. La plupart des soldats devaient être partit à sa recherche et Agapanthe l’attendait surement au château … Murmurant dans la nuit noire sans s’apercevoir de la présence d’une nouvelle personne, Calintz se retourna vers la jeune rebelle.

« Maintenant, tu pars. Merci de ton aide mais si sa tourne mal je ne veux pas que tu sois là. »

Le jeune prince s’approchait de la maison de plaisir et il ne voulait pas que l’adolescente reste dans les parages avec tous les gardes qui devaient grouiller ici. Finalement, elle finit par partir après l’avoir longuement regarder. D’un pas rapide, Calintz s’engagea dans une ruelle lorsqu’il s’aperçut de la présence d’une personne à l’éclat de lune … Agapanthe. Se stoppant net, le jeune prince observa quelques secondes le nouveau prince de la mine de pierre :

« Si tu veux m’arrêter, fais le maintenant sinon je t’échapperais pour de bon Aga. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   08.11.08 23:35

[10 mai/petit matin / Maison Close--->sur la route ]


Finalement il venait à lui, bon garçon il n'allait pas devoir a lui courir après. La rencontré avec Xyno lui avait donné un de ces mal de tête. Le passé était quelque chose qu’il voulait ne jamais avoir à se remémorer.
Aga le savait parfaitement il n'avait jamais était libre durant toute sa vie. Et il ne le sera sûrement jamais. Il était même revenu d'entre les morts à cause d'un évènement inconnu. Cette marque sur ses coups le dégoûtait, son corps il le haïssait.

"Calintz suis moi, se serait plus facile si tu coopères."

La voit d'aga grincé, on avait l'impression qu'a chaque fin de phrase il ne pourrait continuer la suivante.

"Calintz, il tu possède quelque chose qui intéresse une personne bine plus forte que nous tous. Résister serait inutile c'est le destin qui à choisie les rôles de chacun."

Il s’approcha sans geste brusque et attrapa sans violence le poignet de Calintz. Il lui fit un sourire

"Nous somme les frères des Abis, malgré nos différents nous somme lié par le sens le même destin. Je le sais maintenant tuer mon frère me sera à jamais impossible. Pourtant je tenterais jusqu’à ma mort, enfin ma nouvelle mort."

Il l’entrain avec lui tout en continuant de parler. Pour faire passer plus vite le trajet. Il devait réussir sa mission ainsi le grand moment aller enfin commencer. Le monde aller changer. Et lui allait enfin trouver la paix.

"Calintz, de ce que sais tu as toujours aimé onyx? Il te la toujours bien rendu… je pense que si il te fait chercher c’est qu’il à réaliser quelque chose d’important. Mon frère n’a jamais su que j’étais en vie et le jour où il l’apprend il veut me défendre, mais il est bien trop tard. Toi ton frère ta aimé et ta protégé des le premier regards. Alfred ma croisé tant de fois, tant de fois j’ai tenté de le tuer. Mais Annice était toujours là… jamais il ne s'est posé de questions…"

Agapanthe regarda Calintz tout deux avait des chemin si différent, mais tout deux avait 2 frère qui portaient un point sur leur épaule. Tout allait changer à présent. Aga voulait une nouvelle fois tout oublier effacer, pour devenir quelque un de bien, quelque un de libre.

"Ils arrivèrent à la ruine du palais d’Alfred, agapanthe fit entrain Calintz dans les écuries, il était devenu bien silencieux tout à coup. Son regard avait changé il était devenue bien plus vide. Il invita le prince a monté dans un espèce de caravane tirée par des chevaux et ils partirent."

Alors que le voyage se passait en silence les yeux d’agapanthe redevinrent plus expressifs et celui-ci se remit à parler comme si de rien était.

"Je sais qui es en toi. Elle sait aussi pourquoi nous allons à Sunahama. Je suis désolé mais ton frère ignore que tu viens, et il vos mieux qui ne le sache pas sinon il va tenter de t’éloigner. Et mon maître ne serait content que tout soit perturbé à cause de l’amour."

Il regarda dans les yeux, d’un aire sérieux, mais cela se voyait aga faisait tout ça à contre cœur. Il ressentait de la sympathie pour Calintz une certaine complicité qu’il avait oubliée. Cela lui faisait un peut de peine d’agir de la sorte, mais on ne lui avait pas laissé le choix.

"Calintz, désolé pour ce qui va se passer."
Revenir en haut Aller en bas
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 Mai   09.11.08 21:39

[10 mai/petit matin / Maison Close -> sur la route ]

L'homme qu'il avait face à lui avait il encore une seule chose de semblable avec l'Agapanthe que Calintz avait rencontré dans ses appartements à la mine de la mer de sable. Il se souvenait encore de cette première rencontre avec précision ne pouvant oublier les mots qu'avait prononcé le serviteur à son égard. Des mots destructeurs. Mais au fur et à mesure de leur rencontre, les deux hommes avaient fait connaissance pour se lier d'une amitié solide encré dans une promesse, celle d'aider l'autre. Et il avait faillit. Est-ce pour cela que Agapanthe n'était aujourd'hui que l'ombre de lui-même ? Irrésistiblement le regard du jeune prince fut happé par le ventre de son ami d'antan et il revit distinctement le poignard se figer dans la peau maculée de sang. Ce poignard que lui-même avait enfoncé. Et pourtant malgré le mort, Agapanthe était toujours là.

Calintz ne pensait plus à fuir désormais, à quoi cela aurait il servit. Agapanthe l'entraînait sûrement ou il voulait aller ; la mine de la mer de sable alors autant se laisser conduire jusqu'à là bas. La voix de Agapanthe aussi hésitante qu'elle était ne montrait aucune concession lui révélant des vérités que le prince ignorait.

" Justement, je ne crois pas au destin."

Et cette chose qu'il possédait, il croyait bien savoir ce que s'était. Depuis que cette voix était apparut dans son esprit, les choses avaient constamment mal tourné autour de lui. Ses cauchemars se peuplaient de monstres et des scènes de mort apparaissaient dans son esprit. Quel que soit cette voix, elle devait avoir son importance pour que Xyno et Agapanthe se déplace pour le retrouver. Mais par contre, Calintz ne voyait absolument qui pouvait être la personne "puissante" qui s'intéressait à lui.

Sans aucun geste de recul, le prince se laissa prendre par Agapanthe qui l'entraîna dans les ruelles sombres de la mine de pierre toujours endormis. Aucun sourire n'éclairait le visage morne de Calintz. Son air habituellement jovial et enfantin avait été tué par les hommes de la maison des plaisirs et par le souvenir de Onyx. Les pas défilaient dans un silence pesant entre deux amis qui ne l'étaient plus … pour finir par être rompu.

"Tu ne peux pas comparer nos deux histoires. Moi je n'ai jamais tenté de tuer mon frère."

Son ton était plus sec qu'il ne l'aurait voulut mais il ne pouvait pas cacher entièrement l'amertume qu'il avait pour son geôlier de fortune. Non leurs histoires n'avaient rien en commun à part qu'elles s'axaient autour des abis. Calintz se souvenait avec nostalgie des années qu'il avait passé avec son frère dans la bonne entente, mais ce temps était révolus. La guerre avait briser leur couple insolite et depuis rien n'avait était comme avant. Le prince le comprenait maintenant, il vivait dans le passé alors que son frère voyait le futur … sans lui. Sur un ton plus doux, Calintz rajouta ;

"Je suis désolé pour toi et Alfred mais laisse lui une chance."

Au bout de plusieurs minutes de marche, Agapanthe et Calintz arrivèrent au palais de Alfred … ou du moins ce qu'il en restait. L'édifice portait toujours les traces du tremblements de terre et à cette heure de la journée, les lieux paraissaient plus hanté que peuplé de vivant. Un frisson lui parcourant l'échine, le jeune prince suivit à contre cœur Aga dans les écuries. Là, il l'invita à monter dans une calèche tiré par deux chevaux à l'aspect vigoureux … il semblait que le trajet serait long.

S'asseyant en silence, le jeune prince contempla avec amertume le paysage défilé par la fenêtre au rythme du pas des chevaux. Le voyage se passait en silence, aucun des deux hommes ne voulait prendre la parole berçait par le bruit des sabots sur le chemin terreux. Ce fut alors que Agapanthe se mit à parler comme si de rien n'était stupéfiant pourtant Calintz qui se retourna vers son compagnon le regard surpris.

"Tu sais … qui elle est ? Tu connais l'existence de cette Chose ? Arrête avec tous tes mystères, je veux savoir la vérité … Qui est la personne qu dirige toutes ses opérations. Et arrête de me parler de mon frère."

Calintz se tint sur ses gardes, avec Aagapanthe, il ne pouvait rien exclure et le fait qu'il connaisse l'existence de la Voix le tracassait. Se reculant un peu plus sur son siège, le jeune prince prit peur aux dernières paroles de son ancien ami.

" Arrête ! Parle moi, dis moi la vérité ! Qu'est-ce qui se passe à Sunahama et que vous prévoyez de faire toi et ton maître ! Qui est cette chose qui vit en moi ! Répond !"

Les chaos de la route secouèrent la calèche laissant la scène en suspend. Les deux regards des hommes se croisaient, se défiant dans un silence de plomb.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 Mai   09.11.08 22:19

[10 mai/fin de matinée /sur la route--> sunahama ]


Le voyage était long et agapanthe devais faire attention a ce que Calintz ne perde patience, il devait le suivre gentiment jusqu’à leur arrivé. Aga savait qu’il attisait la curiosité du prince, mais il ne pouvait répondre a toutes ses questions il ne pouvait que l’entraîné dans une mauvaise direction ou rester dans le vague.

"Crois tu vraiment que je peux te révéler les chose que j’ignore. J’obéi à une personne qui m’a dérobé. Je ne peux pas en dire plus Calintz."

Et il avait déjà donné beaucoup d’informations. Mais aga ignorait quand allait arriver cet événement.

"Tu sais pour Alfred… non rien oublie"

Il aurait aimé dire e qu’il avait sur le cœur mais il n’en avait pas le droit. Aga devait rester stoïque; ce qui allait suivre n’allait pas être très amusant pour les deux princes.

"Je connais cette chose comme tu l’appel car on ma révélé son identité… tu sera ce que c’est bien assez tôt, tout comme moi-même si tu ne veux pas y croire le destin a choisi un chemin. Il va conduire à la fin d’une aire, pour la terre, pour le pays que gouverne ton frère. "

Agapanthe marqua une pose il se sentait mal comme si son âme s’endormait une nouvelle fois. Ses yeux se fermèrent un instant. Il les recouvrit et regarda Calintz.

"Ce n’est pas le moment de poser des questions n’y le moment d’y répondre, ton frère et a la tête des évènements. C’est a lui de poser les questions il y répondra."

La voie d’aga était devenu plus fluide ce n’était pas lui, ses yeux bleus étaient devenue gris. Après cette phrase les yeux redevinrent bleus et le visage aga eu l’aire plus humain.
A partir de la aga préféra resté mué, il avait lui-même comprit le message.
Comment allait se dérouler cette journée pour lui? Allait t-il se rendormir dans les bras d’une femme ou au fond d’un caveau avec ceux qu’il aurait du rejoindre depuis longtemps?
Tout était mystère et bientôt le voile allait tomber. Ce moment approchait trop vite agapanthe le redoutait. Il été humain et avait envie de continuer sa misérable vie libre si il le pouvait.

Ils étaient enfin arrivé au début du désert, le jour venait de se lever il y avait de belles couleurs. La fraîcheur allait bientôt laisser sa place à une terrible chaleur. Agapanthe fit claquer le fouet pour que les chevaux aillent plus vite. Dans le sable ceux-ci allaient fatiguer bien plus vite et si la chaleur si mêlaient il ne risquaient pas d’arriver.

Agapanthe tendis dune gourde d’eau à Calintz.

"Bois cela te fera du bien. L’eau et l’essence même de la vie après tout. Onyx a un pouvoir bien particulier je trouve comparé au autre enfin maintenant comparé a alfred. Le feu détruit la glace stoppe le temps qui passe. Mais la terre et l’eau réunie peuvent créer la vie. Cela veut il dire que nos frère son les plus puissant ou que…"

On pouvait apercevoir le portail rouge qui indiquait l’entré de sundanais agapanthe fit claquer une nouvelle fois le fouet pour que les chevaux se pressent.
Il entrer dans la ville aga tendit un morceau de tissu à Calintz et lui mis son masque.

"Il vos mieux passer inaperçu dans la ville le peuple ne demande que vengeance. Si il te reconnaisse s’en ai fini de nous. Aujourd’hui seul onyx fait peur au gens. Sa garde ne vos riens fassent à la haine de ces personnes."

Le palais était maintenant à porté de vus, aga laissa les chevaux aller à leur rythme. Il devait aussi faire attention que Calintz ne tente rien à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 10 Mai   

Revenir en haut Aller en bas
 
10 Mai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kunshu :: Mines de Pierre plus couramment appelé: Shin-sai :: La Ville-
Sauter vers: