Kunshu



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 10 avril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lazuli Neledanor
Jouet de Sunahama
Jouet de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 249
Age : 29
Emploi : Jouet
Date d'inscription : 28/09/2007

Identité
Affinités: Onyx, Calintz, Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 21 ans

MessageSujet: 10 avril   25.02.08 21:52

[ 10 avril / Petit matin / Auberge - Rues ]

Les doux rayons du soleil commencèrent à bercer le village. Sa lumière chaude et aveuglante se faufilait dans les fenêtres des maisons, venant chatouiller le visage des dormeurs. Le village commençait à se réveiller. C'est ainsi que Lazuli sentit la chaleur des rayons venir se poser sur elle. Elle remua un peu avant d'ouvrir doucement ses yeux sombres. Elle se redressa et frotta délicatement le visage, pour tenter d'émerger plus rapidement. Elle regarda autour d'elle et la mémoire lui revint, elle était dans l'auberge qui se trouvait à une rue adjacente à la rue principale. La pièce était sobrement décorée, fait de bois. Une grande fenêtre donnait sur la petite rue où se trouvait l'entrée, de chaque côté de cette fenêtre se trouvaient des rideaux ouverts à la couleur beige. Une table basse se situait au centre de la pièce, Lazuli y avait déposé sa bourse ainsi que les bijoux qu'elle avait sur elle. Une petite coiffeuse se trouvait juste à la droite du lit. Une brosse y était déposée, soigneusement nettoyée. Lazuli s'assit sur le bord du lit, tentant tant bien que mal d'émerger. Les deux jours précédents l'avaient énormément secouée et épuisée, entre temps, elle avait très mal dormis. Contente de pouvoir enfin dormir dans un lit, Lazuli s'était couchée tôt, d'où le fait qu'elle se lève si tôt. A peine vêtue, elle alla aussitôt à la petite salle pour pouvoir se laver.

Cela fait, elle retourna à la chambre, s'habilla, mit ses bijoux et pour cette fois, elle passa un rapide coup de brosse dans ses cheveux sombres et les attacha en une tresse, pour éviter qu'ils ne la gênent pour la journée. Une fois prête, Lazuli reprit sa bourse sur la table basse. Avant de sortir, elle jeta un rapide coup d'œil pour vérifier que rien n'avait été oublié. C'était surtout les bijoux qui l'inquiétaient puisqu'ils viennent d'Onyx, elle ne pouvait se permettre de les perdre. Elle descendit rapidement la rampe d'escaliers et paya sa note, après avoir demandé une miche de pain et une gourde pleine d'eau et elle sortit. C'était la fraicheur qui l'accueillit. Il ne faisait pas encore très chaud à cette heure la, le soleil se levait à peine. Elle se frotta frénétiquement les bras pour tenter de se réchauffer un peu et regarda autour d'elle. Elle se décida d'aller commencer à chercher à gauche. Elle devait trouver Minos rapidement, elle se sentait mal aujourd'hui encore…Le lien qui la liait à Agarwaen s'était brusquement brisé et elle ne savait quoi en penser…mais la déchirure lui avait fait énormément mal, elle avait sentit comme sa poitrine se déchirer.

Elle secoua frénétiquement la tête. Elle devait oublier, elle devait arrêter d'y penser, s'était peut-être normal. Le lien devait peut-être se briser quand elle prendrait conscience de ses réels sentiments et des choix qui en découleraient. Que croire? Elle ne comprenait pas. Sans qu'elle s'en aperçoive, quelques larmes perlèrent à nouveau sur ses joues. Elle se sentait seule, abandonnée. Elle n'avait plus personne à qui parler, elle n'avait plus de famille. Ce sentiment qu'elle avait ressentit quand elle avait perdu le lien qui l'a liait à son frère, lui faisait ressentir toutes ces choses. La jeune femme passa une de ses mains sur le visage pour en effacer les larmes.

Elle atterrit sur la rue principale et s'arrêta. Il y avait encore beaucoup de patrouilles. Toujours à la recherche de rebelles? Elle soupira.


*Par où vais-je commencer? Maitre Onyx ne m'a rien dit.*

Elle jeta de rapides coups d'œil à droite et à gauche. Tant pis, elle devrait chercher dans toute la ville. Elle se rendit sur sa droite, favorisant les zones ensoleillées pour avoir un peu de chaleur. Le soleil se trouvait face à elle. Cela lui faisait du bien d'avoir un peu de lumière au visage. Cela la rendait un peu plus souriante. La présence d'Agarwaen lui manquait. Et le petit Tom? Et s'il était vraiment arrivé quelque chose à Agarwaen, qu'est-il advenu du petit garçon?

_________________
"La douleur de l'âme pèse plus que la souffrance du corps." de Publius Syrus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordre-d-emeraude.forum-actif.eu
Kara Kiryu
Prêtresse
Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 145
Emploi : Pretresse
Date d'inscription : 18/08/2007

Identité
Affinités: Xyno
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   27.02.08 14:54

[ 10 avril / Matin /Maison de son amie ]

Elle n’avait pas fermer l’œil de la nuit, par contre Miso, lui s’était blottit contre elle et était rapidement tombé dans les bras de Morphée. Kara resta allongeait à ses cotés, observant le minois du petit garçon, sa respiration régulière … un enfant en soit. Il avait beau être le fils de Onyx, il restait un simple enfant qui avait besoin d’amour. La jeune prêtresse réfléchit une bonne partie de la nuit à ce qu’elle allait pouvoir faire avec cet enfant dans les jours futurs. La meilleure solution serait peut être de rester chez son amie. Elle s’était également interrogé sur le prince Calintz … il fallait qu’elle lui parle.

Lorsque le soleil se fut levé, elle s’éclipsa discrètement de la chambre de son petit protégé qui continuait à dormir et alla dans le salon. Elle posa son regard sur le ciel par la fenêtre, Xyno, il devait avoir ses ailes … elle ne le verrait certainement pas aujourd’hui et c’était mieux ainsi. Elle chercha du regard son hôte sans la trouver. Puis pour s’enquérir des nouvelles du prince, elle alla dans sa chambre.
Elle était là, son amie, veillant sur lui comme une mère, un sourire chaleureux accueillit Kara. Des mots de remerciements voulaient sortir de sa bouche mais le regard aimable et pétillant de la femme lui fit comprendre que les mots étaient inutiles. Celle-ci se leva et vint en direction de Kara, elle lui murmure à l’oreille pour ne déranger l’homme.

« Il a dormit toute la nuit, il devrait bientôt se réveiller … et ne t’en fais pas je sais qui il est. »

Kara adressa un sourire à son amie. Puis alors que celle-ci sortait de la pièce, elle s’approcha du lit ou était allongé le prince. Elle retrouvait chez lui la même petit chose qui ne faisait douté de son appartenance aux Grenats comme pour Mino. Si Xyno savait qu’elle accueillait deux Grenats sur son toit … il accourerait sûrement pour les tuer, c’était une triste réalité.
La jeune prêtresse alla ouvrir le volet pour laisser passé un peu de lumière … au moins quand il se réveillera, il ne sera pas perdu dans un environnement noir et inconnu. Kara se retira de la chambre pour aller aider son hôte. Elle était en train d’ouvrir son petit commerce au rez de chausser, là, elle y vendait des tissus, des vêtements, des boutons … Ce matin là, c’était une jeune fille qui tenait l’étal. Kara remonta à l’étage, lieu d’habitation avec Fari, son amie. Ensemble elles préparèrent le petit déjeuner pour toute la maison qui comptait une bonne dizaine de personne. En plus de Kara, Calintz et Mino, elle hébergeait une famille de quatre personnes en plus de ses deux employés. Une fois que tout fut finit, la jeune prêtresse alla s’assurer que Mino dormait toujours et elle apporta le déjeuner dans la chambre du prince.

« Prince, il faut vous réveillez … »

Kara voulait avoir une discussion avec le jeune prince … il fallait qu’elle sache si il ne représentait pas un potentiel danger pour toute la maisonnette. Si il s’était enfui, Onyx le cherchait sûrement et … elle n’osait imaginer ce qu’il ferait à ceux qui l’avait héberger et donc aider à s’échapper. Lorsqu’elle vit les yeux du jeune homme cligné, elle anticipa sa question et lui dit où il se trouvait :

« Vous êtes chez une amie à moi, je vous ais trouver hier soir dans une ruelle déserte évanouis … je vous ais ramenez ici. Ne vous en faites pas, vous êtes en sécurité. »

Kara observa à nouveau le jeune prince une fois réveiller … il était bien différent de son frère comme elle l’avait déjà constaté. Elle remarqua alors le collier qui ornait son coup … une fleur.

« Nous avons beaucoup de choses à nous dire prince. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annice Appolodoros
Capitaine de Shin-sai
Capitaine de Shin-sai
avatar

Féminin
Nombre de messages : 376
Age : 28
Emploi : capitaine
Date d'inscription : 28/06/2006

Identité
Affinités: Alfred, Alex, Onyx, Mel
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   28.02.08 13:13

[poste onyx annice]

[ 10 avril / Matin /refuge]

C’était le matin. Tout était fini? Annice ne le pensait pas, les derniers 24 h qu’elle avait vécus lui avait montré à quel point la souffrance humaine n’avait pas de limite. Elle aurait préféré mourir que de subir tout ça.
Son corps était meurtri, brisé par ses combats, elle ne savait même pas si elle pouvait encore bouger. Alors dieu avait décidé de la faire souffrir comme personne. Pourquoi ne la laissait il pas mourir, elle aurait aimait rejoindre alex. Tout lui était si douloureux.
Elle était couverte de sang séché, de plus son visage avait prit des coups violents. Elle ne savait pas si elle ressemblait encore à une femme.
La douleur ne parait pas. Son bras, ses côtes, son visage, son ventre la faisait souffrir. Elle avait été humiliée en tant que soldat, en tant que femme, par l’homme qu’elle aimait le plus après alex. Le seul êtres qu’elle considérait comme faisant partie de sa famille, son petit frère.
Alfred que lui avait il prit? Pourquoi lui faire ça? Elle voulait le protéger, le protéger de tout même de lui-même. Elle avait eu l’impression qu’Alfred suivait le même chemin qu’onyx.
Elle voulu se lever mais ne fit que tomber lourdement sur le sol. Elle était nu, on lui avait tout prit durant la nuit. Elle s’appuya pour remonter sur le lit. Enfin elle était debout. Elle devait trouver une personne qui soulagerait sa souffrance, qui la protégerait juste un peu.
Elle regarda l’homme qui l’avait forcé à passer la nuit dans son lit. Elle le regarda ne sachant pas quoi penser de lui.
Annice n’avait plus la force de ce battre, elle ne croyait en rien. On avait tué son feu intérieur. Elle savait ce que cette nuit allait engendrer.

"Adieu… mon seigneur…"

Elle devait fuir Alfred si elle voulait retrouver de l’espoir.
Annice sorti de la salle et descendit nu dans le refuge. Tout le monde la vie dans un état pitoyable. Ses homme rigolèrent d’autre tomèrent de haut.
Elle avait un regard vide, comme un zombis qui marcher par ce qu’il ne savait faire que ça. Elle chercha un regard qui lui vienne en aide. Mais personne, personne ne lui tendit la main. Elle sorti du refuge, elle allait mettre fin a ses jours le plus vite possible, arrêter tout ces douleurs.

Mais elle croisa onyx. Celui ci, abasourdi par la triste apparence d’annice alla à sa rencontre.

"Annice!! Annice!"

Elle ne répondait rien. Il la couvrit il demanda une place pour l’allonger.

"Mon dieu Annice qui t’a fait tout ça?"

Il avait gardé un intérêt pour cet ancien jouet. Il l’avait élevé comme ça fille, il lui avait montré comment se battre comment être fort. Cette femme devait être respecté.

"_Seigneur… Grenat, aidez moi..
_Annice? Que c’est t-il passé! Un médecin toute suite."

Un homme arriva sur le champ et examina Annice elle avait beaucoup d’os brisé. Le médecin fit son dianoétique a onyx. Sa dernière constatation choqua onyx.

"_… elle a eu des rapport sexuel dans cette état, ces blessures on du être aggravé à cause de ça. Mais mon seigneur elle a du se prendre plusieurs mur durant le tremblement de terre.
_"Annice il c’est passé quoi.
_ Le seigneur Roderic…
_quoi Alfred? Il ta fait quelque chose?
_il n’est pas lui-même…
_c’est lui!!!"

Annice hocha la tête pour dire oui.
Onyx rentra dans une colère noire. Alors Alfred avait décidé de jouer les durs avec Annice. Peut être la seule personne qui le soutenait les yeux fermaient. Le salaud il méritait 3 claques et encore onyx était prêt à lui faire payer.
Annice avait une importance particulière au yeux d'onyx. même si il l'avait mal traité durant le passé, il avait désiré la voire avec une vie meilleur.
il était quelque peu désenparé, se n'était pas alfred qui avait fait ça! c'est pas possible.
Ce n’était pas admissible! même lui n'avait pas mis annice dans cet éta quand c'était son jouet.
Heureusement onyx garda un certain self contrôle. Il utilisa son pouvoir pour soulager les douleurs d’Annice.

"Faite en sorte qu’elle se repose! Et appelé Lazuliqu’elle s’occupe d’elle."

Onyx lui monta chercher alfred. Il entra dans sa chambre faisait le maximum de bruit possible.
non mais c'est vrais il avait accepté le rôle du méchant abis. alors qu'alfred garde le sien.

"Alfred espèce de salaud! Tu comptais t’amuser avec elle jusqu’à quelle en crève?"

_________________


je vous hais autant que je vous aime!(alfred/ alex)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sloth
Musicien - Fils de Lucifer
Musicien - Fils de Lucifer
avatar

Masculin
Nombre de messages : 441
Age : 29
Date d'inscription : 28/10/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance:
Age:

MessageSujet: Re: 10 avril   02.03.08 1:55

[ 10 avril / Matin /refuge]

Le tremblement de Terre était avait rapidement disparut emportant néanmoins avec lui bon nombre de personnes comme pour satisfaire une soif de sang et de vengeance de la nature s l'être humain. Un macabre calme s'était donc installé sur les cités dévastées mais les gémissements des blessées s'élevaient dans les airs telles une complainte des temps antiques ou le malheur et le désespoir étaient chanté de façon tragique. Mais à ce moment précis il ne s'agissait pas de mythes ou de légendes mais d'une réalité bien trop cruelle pour que l'on puisse croire à son existences, on préférerai détourner les yeux pour ne pas voir ce spectacle mais la souffrance pèse tellement qu'il est impossible de rester là les regards clos , il faut voir l'horreur pour avancer dans la vie. C'est une bien sinistre leçons mais la vie n'est pas rose, elle est grise: tantôt ensoleillée par d'éphémère bonheur tantôt triste car le malheur s'est abattu avec force et colère sur le monde.

Cependant dans ce tourment, les rayons du soleil tente timidement une percée dans le ciel obscurcie non pas par les nuages habituels mais plutôt par les fumées épaisses des multiples incendies ayant ravagé les terres des Abis. L'un des rayons pourtant avait réussi tant bien que mal à venir caresser le visage de Sloth , qui petit à petit batti des paupières et sortit de sa torpeur dans lequel il avait sombré. Son réveil ne fut toutefois pas des plus doux car la morsure de la douleur parcouru ses jambes et lorsque son regard pourpre se déposa sur celles ci , il pu constater qu'elles avaient été bandée , il pouvait essayé de les faire bouger que cela se révélait impossible. Les images lui revinrent alors en mémoire, l'éboulement, son geste désespéré pour protéger Calintz, sa sortie de la caverne aprés que le petit prince ait désobéit à sa demande puis plus rien , qui l'avait mené ici? depuis combien de temps était il là ? Des questions qui cependant n'allait pas tarder à recevoir des réponses car déjà l'un des médecins du refuge l'ayant entendu remué était venu à son chevet et d'une voix calme et professionnelle surtout dans les circonstances il lui dit

- Mieux vos ne rien tenter pour le moment mon jeune ami . Vos blessure ne sont assez multiple au niveau de vos jambes alors resté calme.

Mais Sloth voulais des réponse aussi au lieu de s'interroger dans ses pensées il lui demanda directement

- Mais ou suis je ? Depuis combien de temps suis je ici ? Et ou se trouve le prince Calintz

Calintz, il venait de lui percuter l'esprit car se fut la dernière personne qu'il avait vu , il espérait que ce dernier aille bien mais comment savoir . Heureusement le médecin le rassura

- Vous êtes ici dans le refuge pour les personnes blessées par le tremblement de terre , vous avez dormit pendant plus d'une journée et demi et rassurez vous, le prince va très et ...Mais qu'est ce que vous faite?

Et oui , Sloth essayait de sortir de son lit , il devait retrouver le petit prince, Onyx et les autres . Mais tandis qu'il tentait vainement de s'extraire de son lit , il se sentit soulevé dans les airs, l'action fut douloureuse pour ses membres meurtries et lui serra avec force ses lèvres pour éviter de crier. Son voyage dans les airs fut très rapide car il fut posé sur une sorte de fauteuil grossié munit de roues à sa plus grande surprise car il ne connaissait pas ce genre de chose. Son interlocuteur reprit alors

- L'Abis de la mine de la terre à demandé à ce que vous ne partiez pas tant qu'il ne vous avait pas vu , par ailleurs vous devez éviter de faire trop de mouvement avec vos jambes car plus vous tenterez de les utiliser plus votre cas s'aggravera et les conséquence pourrait être irreversible , me suis bien fait comprendre?

Un simple hochement de la tête en signe d'approbation lui fut donné pour que le médecin sorte de la pièce aprés lui avoir couvert les jambes d'une morceau de tissus comme pour éviter qu'elles ne soient à l'air libre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   02.03.08 18:51

[ 10 avril / Matin / Chambre inconnue ]

Encore des rêves étranges … et terrifiants. Toujours la même voie hantant ses pensées, oppressant son esprit, conditionnant son cœur à ne plus aimer, à ne plus faire confiance. Il s’était perdu dans cette sorte d’enfer lorsqu’il avait tenté de retirer le collier que lui avait offert Onyx, plusieurs questions se bousculaient en lui mais la Voie balayait tout. Ses pensées étaient dirigées sur une unique personne, une personne qu’il haïssait plus que tout au monde comme il n’avait jamais pensé pouvoir haïr à ce point. Il revoyait le visage de ce frère, des scènes de jeux qui étaient en fait un calvaire pour lui, il payerais le mal qu’il avait fait à sa chair, il le payerais coûte que coûte. La Voie insinuait en lui un doue poison, de ces poisons dont on ne voit que les bons effets : la force et la capacité à pouvoir pour la première fois de sa vie tenir tête à quelqu’un.

Cette Voie le couvait comme son enfant, elle le chérissait et comptait en faire une arme dans la lutte divine qui se préparait. Elle s’insinuait avec douceur dans toutes les fibres de son corps, comme une mère elle veillait sur lui et comme un père elle le remettait sur le droit chemin lorsqu’il s’avérait que cella soit nécessaire. Elle avait dut agir la vielle au soir, ce crétin avait été sur le point de renoncer à sa haine pour retrouver l’amour d’un homme perdu … une leçon s’était donc imposé. Le sommeil du jeune prince avait été agité, les douleurs de l’âme étaient bien plus sordides que celle du corps, si bien qu’il préférait oublié … oublié cette étrange chose qui était venu le hanter, le torturer, le soumir à ses ordres. Il se disait tout simplement que tout cela venait de sa tête, qu’il avait subit une sorte de traumatisme, un choc psychologique … et qu’il s’inventait tout cela même si la douleur, elle, était bien réelle.

Longtemps après que le calvaire ait commencé, il retrouva la perception de la réalité et s’accrocha au son, aux sensations que lui offrait la vie. Il se trouvait dans un lit avec une couverture soyeuse, il sentait son torse nu touché par le tissu. Il écoutait les bruits de pas de la maison, les conversations montant d’une rue. Puis il sentit, sans ouvrir les yeux, les rayons du soleil couvrir la pièce. Il était parfaitement réveillé mais préférait resté ainsi, profitant de la chaleur sans même se demander ou il se trouvait. Onyx était peut être venu le chercher, par culpabilité … il fallait absolument qu’il arrête de penser à cela !
Il entendit alors des bruits de pas rentré dans la pièce, les pas étaient légers et fluets … c’était une femme.

« Prince, il faut vous réveillez … »

Cette voie était bien celle d’une femme, Calintz ouvrit doucement les yeux mais il dut les refermer à cause de la lumière qui avait envahis la pièce. Après un temps d’adaptation il put enfin reconnaître la jeune femme qui l’avait secourut, c’était la fille du refuge, celle qui avait les cheveux aussi blonds que ceux des anges … *même si il ne connaissait aucun ange à se jour*. Le regard bleu de son hôte suffit à chasser l’instant de quelques secondes le douloureux souvenir de la nuit. Il se releva et s’appuya sur le dossier du lit, gêné de se retrouver dans une telle situation.

« Merci de m’avoir héberger pour la nuit et … pour le petit déjeuner aussi. Je ne sais pas quoi vous offrir en échange, je n’ai rien hormis ce que je porte. »

Un sourire joyeux s’étira sur son visage tiré par les évènements de ces derniers jours. Il était plaisant d’entendre qu’il n’avait rien, pas de richesse, pas de titre, juste sa vie à vivre. Soudain, il se rappela de comment elle l’avait appelé, elle savait qu’il était le frère de Onyx …

« Si vous savez qui je suis et comme vous ne semblez pas me craindre ou craindre mon frère … je suppose … que vous attendez quelques chose de moi en échange de cette nuit mais sachez que je n’ai plus aucun lien avec l’abis, je suis un homme comme tout le monde maintenant. »

Son visage s’était refermé, ne savait il pas que l’Homme ne faisait rien gratuitement, par générosité, il y avait toujours une compensation à donner en échange d’un service. Pourtant le visage bienveillant le jeune femme lui faisait dire le contraire … il y avait peut être des exception finalement, de bien belle exception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazuli Neledanor
Jouet de Sunahama
Jouet de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 249
Age : 29
Emploi : Jouet
Date d'inscription : 28/09/2007

Identité
Affinités: Onyx, Calintz, Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 21 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   02.03.08 23:15

[ 10 avril / Matin /refuge]

Le soleil inondait a présent toute la ville de ses rayons chauds et lumineux. Le ciel était à présent clair, vide de tous nuages. Lazuli n'avait plus très froid à présent mais elle préférait toujours marcher en plein soleil car à l'ombre il faisait encore un peu trop frais pour qu'elle ne puisse y marcher tranquillement. De plus, le soleil lui faisait du bien et lui rendait le sourire, ce qui l'aidait à oublier ce frisson qu'elle avait ressentit la veille au soir, ce frisson qui lui avait indiqué que ce lien si fort qui la reliait à son frère avait subitement été brisé. Ne sachant comment l'interpréter, la jeune femme préférait éviter d'y penser que de se tracasser à essayer de comprendre. Agarwaen était bien trop loin à présent de toute façon, de plus elle ne savait pas où il se trouvait. De plus, elle n'aurait quand même pas su s'y rendre. Elle se devait de chercher Minos, le frère aîné de son maitre Onyx. Seulement, ce dernier était introuvable. Elle ne savait pas où chercher, de plus elle le connaissait à peine, étant un jouet d'Onyx, elle se devait d'être dans les quartiers du palais qui lui était réservé et pas ailleurs.

Cela faisait maintenant une bonne heure qu'elle cherchait vainement dans la ville après ce Minos. Si elle avait pu, elle aurait envoyé valser Onyx sur les roses avec sa requête et serait allée ailleurs, peut-être aurait-elle rejoint son frère, pour peu qu'elle sache où il se trouve. A bien réfléchir, elle doutait qu'elle se serait détachée d'Onyx pour rejoindre Agarwaen. C'est vrai qu'à l'origine, elle avait acceptée d'être un jouet pour la libération de son frère mais après réflexion, il aurait été libre, mais elle? Elle aurait du continuer d'être un jouet, ce qui n'apportait pas grand changement, sauf que les situations s'inversaient. Au final, les erreurs qu'elle avait faites, elle les payait à présent. Elle n'eu pas le temps de poursuivre ses pensées. Un soldat s'était approchée d'elle et l'avait interpellée.


"Qu'y a-t-il?"

" L'abis Onyx vous a demandée au refuge."

Lazuli était quelque peu surprise. C'était quoi cette histoire encore? Elle ne pouvait pas tout faire en même temps. Chercher Minos et être au refuge. La jeune femme soupira, décidément Onyx la prenait réellement pour un petit chien. Il l'énervait, qu'il était cruel. Non content de l'avoir remise en place de façon sèche et brutale, elle se devait tout faire pour lui faire plaisir à cet abis plus que capricieux…Elle osa les épaules.

"Très bien, je m'y rends."

Elle salua le soldat qui repartit aussitôt mais ailleurs que le refuge, il ne semblait pas trop apprécier la présence de l'abis de la mine de sable. Lazuli redressa la tête et contempla le ciel un moment. Elle se dit qu'elle aimerait tellement être libre comme un oiseau, avoir des ailes pour pouvoir voler et se rendre où elle le désirait. Par moment, elle avait l'impression d'être un oiseau dont on avait brisé les ailes pour qu'il ne s'échappe pas. Elle baissa la tête pour revenir à la réalité. Elle regarda autour d'elle. Elle n'aurait plus jamais sa liberté et elle ne serait sans doute plus jamais la même. Peut-être qu'elle ne reverrait plus jamais son frère. Elle n'aurait peut-être plus de prince qui viendrait la délivrer de sa tour. Lazuli effaça d'un doigt qui avait commencée à perler sur sa joue. Elle serait seule à présent.

Elle prit la direction du refuge, qui n'était pas très loin, elle avait enfin réussit à se repérer et en quelques minutes, elle se trouvait face au refuge. Elle s'arrêta. Elle ne voulait pas y rentrer. Elle ne voulait pas voir Onyx. Elle ne voulait pas se souvenir, désirant tout oublier. Elle inspira un bon coup et se décida à entrer dans le bâtiment. Il était toujours aussi bruyant et bondé. La jeune femme se demandait comment elle allait faire pour retrouver Onyx dans tout ce remue-ménage. Elle ne chercha pas longtemps, il suffisait d'écouter si une voix donnait des ordres par-ci par là et bingo, vous l'avez trouvé. Elle entra dans le refuge et cherchait du regard. Cependant, Onyx n'était pas dans le refuge. Etrange, c'était bien lui qui l'avait faite demandée. Un autre soldat s'approcha de Lazuli.


" Mademoiselle Lazuli, Onyx vous a demandée pour que vous vous occupiez de cette demoiselle."

Le soldat lui montra une jeune femme un peu plus loin à la magnifique chevelure bleue mais elle, elle semblait être dans un piteux état. Lazuli hocha la tête. Elle ne la connaissait pas, du moins, elle ne lui disait rien, mais son visage lui semblait familier. Elle s'approcha de la jeune femme et donna quelques instructions. Elle devait se reposer et avoir des soins rapidement. On alla mettre la jeune femme dans une chambre à l'étage. Lazuli fit ce qu'elle pu pour désinfecter les nombreuses blessures et de mettre des bandages. Elle ne la connaissait peut-être pas, mais elle ne pouvait pas laisser mourir quelqu'un encore en plus. Elle avait déjà vu suffisamment de morts comme cela.

" Tenez bon. Je vais m'occuper de vous."

Douce et calme, Lazuli posa sa main sur le front de la jeune femme qui était à présent couchée dans un lit. Elle lui sourit et lui assura qu'elle pouvait se reposer à présent et qu'elle veillerait sur elle.

_________________
"La douleur de l'âme pèse plus que la souffrance du corps." de Publius Syrus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordre-d-emeraude.forum-actif.eu
Kara Kiryu
Prêtresse
Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 145
Emploi : Pretresse
Date d'inscription : 18/08/2007

Identité
Affinités: Xyno
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   04.03.08 17:03

[ 10 avril / Matin /Maison de son amie ]

Lorsque le prince se releva, la jeune prêtresse resta un moment pensive, il avait le torse nue. Ce n'était pas cela qui la troublait mais les traces étranges qui s'étalaient sur sa peau mate. Elle avait déjà vue ce type d'œuvre sur une autre personne à un degrés bien supérieur mais il s'agissait bien de la même nature de blessure. A force de côtoyer les êtres divins, Kara savait reconnaitre leur mal et ces traces étaient l'œuvre d'un ange ou autres créatures divines. Elle reprit contenance, se posant tout de même une multitude de question. Le mystère qui entourait le jeune prince de la mine de la mer de sable s'étoffait de plus en plus. Kara sourit aux paroles de Calintz, il lui redonnait espoir, lui qui avait côtoyer Onyx presque toute sa vie, lui qui l'aimait disait on, restait un homme plein de gratitude. Peut être que Onyx n'était pas aussi mauvais qu'il y paraissait mais ses crimes ne pouvaient resté impunis, il avait mit fin à bien trop de vie et était aller trop loin dans les ténèbres. La vision de Kara se flouait à mesure qu'elle tentait de comprendre le monde qui l'entourait, lorsqu'elle était petit fille, elle croyait qu'il y avait d'un côté les bon et de l'autre les méchants ... Mais maintenant tout avait changé, elle aimait un "méchant", et certains méchant s'avérait gentil à l'image de Calintz ou même encore de Sayuri.

La jeune prêtresse resta interdite devant le sourire de Calintz et ses paroles ... en tant que prince n'avait il pas tout ce qui lui fallait pour vivre ? La famille Grenat étaient pleines de rebondissements, s'était il passé quelques choses avec son frère. Xyno lui avait raconté bien des histoires, dont celle de cette famille d'abis tourmenté et entre autre plus spécifiquement, elle avait entendu parlé de Calintz. Elle avait eut connaissance des différents qui avait opposé les deux frères trois auparavant, l'histoire se serait elle répéter ? Calintz ne semblait pas plus affecté que cela par ce qui s'était passé, fallait il en déduire, qu'elle se faisait des idées ?
Le sourire du jeune prince s'envola rapidement pour laissé place à un visage refermé, celui qu'on connaissait aux Grenats.

"Prince Grenat ... vous vous trompez sur mes intentions, je ne souhaite rien en échange de cette nuit. Lorsque je vous ais trouvé hier soir, je vous ais reconnut du premier coup d'œil et pourtant je vous ais secourut. Je ne vous veux aucun mal, croyez moi."

Kara était resté très calme face aux allusions de Calintz ... mais elle sentait que quelques choses se préparait. Trop de chose avaient changé trop brusquement. Elle alla chercher le petit déjeuner qu'elle avait posée sur un table pour le tendre au prince. Tandis qu'il commençait à manger, elle s'assit sur une chaise et se mit parler d'une voie lente et laconique, sans rien lui caché.

"Je ne sais pas ce qui s'est passé entre vous et votre frère mais je vous dois au moins une chose prince, c'est la vérité. Hier soir, l'abis Onyx a fait ordonné le massacre de centaines de personnes qu'on nommait rebelle ou encore les alliées de l'élu. Sachez tout d'abbord que en quelques sortes je fais partie de ces gens, bien que je reste pacifiste. Toute la nuit, les buchers de cadavre ont éclairés les patrouilles des soldats ... la population est terrifiée. Je voudrais savoir une seule chose : Onyx vous cherche t'il ? Si c'est le cas, je ne vous cache pas que vous ne pourrez demeurer dans cette maison. Je ne veux pas mettre les gens habitants ici en ...danger."

La voie de Kara était resté platonique, son ton était dénué de sentiment.

"Si ce n'est pas le cas, se sera un plaisir que vous partagiez notre table à midi."


Son visage avait retrouvé un large sourire bienveillant. Elle avait omis volontairement de lui avouer que son neveu était également ici. Tant qu'elle n'avait pas une petite idée de ce qui avait put se passer entre Calintz et Onyx, elle ne voulait pas prendre le risque d'exposer le petit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   08.03.08 22:21

[ 10 avril / Matin / Chambre inconnue ]

Calintz resta interdit devant la réaction de son hôte. Loin de s’énerver ou de s’offusquer, elle resta calme et sereine, conservant son sourire. Le jeune prince se détendit après les paroles de Kara, son naturel insouciant et confiant était revenu bien vite malgré toutes les phrases scandait par la Voie. Le raisonnement de la jeune femme était vrai. Si elle avait vraiment voulut lui faire du mal, elle l’aurait fait lorsqu’il avait été évanoui et non à son réveil avec un petit déjeuner en guise d’arme. Le sourire revint bien vite sur les lèvres de Calintz, et en pensant au petit déjeuner, une faim le pris. Cela faisait presque vingt quatre heures qu’il n’avait rien mangé.

« Excuser moi mais le statue de Onyx me pousse à me montrer méfiant. Je vous crois volontier et encore merci. »

Comme si elle avait lue dans ses pensées, son hôte se leva et lui amena le plateau contenant le petit déjeuner. Le jeune prince savoura la simplicité des mets, il n’y avait rien de superflue comme ce qu’il mangeait au palais … c’était simple et bon. Tout dans sa nouvelle vie l’enchantait, l’indépendance, la liberté même si il n’avait pas encore était confronté à l’aspect purement matériel de la vie des hommes. Ses yeux brillaient de surprise et de joie … il n’avait jamais vue pareil petit déjeuner. Il était tant absorbé par ces découvertes qu’il n’en avait pas remarqué le discret assombrissement de la jeune femme, ni même son attitude calme qui dissimulait une petite inquiétude. Alors qu’il allait s’âpreté à entamer une grosse tartine de pain traditionnel de la mine de pierre, Kara commença ses révélations …

L’appétit de jeune prince s’évanouit d’un seul coup lorsqu’il apprit les faits de son frère. Il était partit il y a si peu de temps et pourtant il avait déjà créer tant de malheur. Sans qu’il ne s’en rende compte ses poings se contractèrent et ses yeux virèrent à un rouge inquiétant. Il sentait une étrange chaleur envahir son corps, coulait dans ses veines … la rage … et l’envie de tuer. Les images des bûchers lui vinrent à l’esprit, il lui semblait même sentir l’odeur caractéristique des corps brûlais … La question de Kara remit au second plans les actes barbares de Onyx. Il la fixa intensément, ne mesurant pas vraiment la portée que pouvait avoir son regard et le rictus de rage qui déformé son visage. A sa grande surprise, ce fut un sourire qui lui répondit … cette femme était pleine de surprise. D’une voie qu’il voulait douce mais qui parut sûrement assez sèche il lui répondit :

« Onyx ne me cherche pas, c’est plutôt moi qui le cherche … vous n’avez pas à vous en faire, mais je comprend votre anxiété, je ne resterais pas bien longtemps ne vous en faites pas. Il faut que je prenne en main ma vie désormais, je partirais avant le repas … mais merci beaucoup. »

Calintz tourna sa tête et regarda la fenêtre, le ciel était bleu … les beaux jours d’avril arrivaient … tachées se sang. Il fallait qu’il lui parle avant que Onyx ne reparte vers la mine de sable. Sans regarder la jeune prêtresse, fixant de son regard redevenu normal le ciel, il lui dit :

« Je vous doit aussi la vérité … Onyx ma renié et je l’ai renié également … Nous ne sommes plus rien l’un pour l’autre à part deux ennemis. Il m’est très difficile d’entendre le récit des massacres qu’il a perpétré allongé sur un lit ! Je ne veux plus être un simple spectateur mais un acteur de la vie. D’après ce que vous m’avez dit, vous croyez en l’élu de Dieu mais sachez que tout le monde se trompe, cet envoyé est de la même nature que les abis … il n’apportera pas le bonheur à notre monde. Seul les hommes peuvent apporter leur liberté, seul les hommes peuvent châtier les abis … à prés tout, c’est bien sur eux que durant des siècles s’est abattu leur glaive destructeur. Vous êtes une femme formidable … et je vous admire, c’est de gens comme vous qu’à besoin notre monde. »

Un sourire sincère éclairait Calintz mais soudain un rictus de douleur passa sur son visage. Une douleur transperçante se faisait sentir dans sa tête … la Voie résonnait dans son esprit en écho :

*Arrête de perdre ton temps chez cette bonne femme ! Va au refuge !*

Calintz leva la tête, tournant un regard suppliant vers Kara … il voulait résister à ce que lui imposait son esprit … il ovulait être libre ! Il devait être libre !

« Je vais devoir … partir … il faut que … j’aille au refuge … je dois y retrouver … un ami … merci … encore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annice Appolodoros
Capitaine de Shin-sai
Capitaine de Shin-sai
avatar

Féminin
Nombre de messages : 376
Age : 28
Emploi : capitaine
Date d'inscription : 28/06/2006

Identité
Affinités: Alfred, Alex, Onyx, Mel
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   09.03.08 17:50

[ 10 avril / Matin / Chambre inconnue ]


Une femme s'occupa d'elle, elle avait envi de mourir. Alex pourquoi, Alfred pourquoi?
Dieu avait donc si peu d’estime pour elle? Demander de 'laide a onyx c'était la plus grande des hontes, elle avait tout raté.
Annice se trouvait insignifiante, inutile,... elle devait mourir. Mais cette chose en elle, le fruit du péché.
La femme était douce, une vraie femme Annice ouvrit les yeux et la regarda. C’était une jolie femme comme onyx les aimaient. Alors qu'elle sentait la chaleur l'envahi et la rassuré, son bras bleu la tortura.

"Haaaaa!"

Son ventre ne noua en elle, que ce passait il maintenant? Son corps se refroidit la vie lui échappait d'une drôle de façon. Son bras je bougea tout seul il s'approcha du visage de zuli. Annice prit peur, au risque d'aggraver ses blessures elle se jeta au sol loin de zuli pour que son bras ne fasse rien.

"Harg!"

Elle cracha du sang.

"Appelez le seigneur grenat!"

Elle avait comprit ce qui se passait, elle été stupide! 2 Abis ne pouvait avoir des rapports sexuels! Cela évité l'accumulation de pouvoir de la génération qui pouvait être engendré. Annice gardait en elle le pouvoir de la mine de glace, qu'elle ne pourra jamais utiliser. Alfred devait lui aussi souffrir, onyx devait le sauver.

"Il... il faut sauver le seigneur roderic... harg"

Elle cracha encore du sang. Son bras incontrôlable caressait son ventre. Il y avait donc véritablement quelque chose qui se passait en elle.

"Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!"

C’était tellement douloureux. Elle se leva et regarda zuli.

"S’il vous plait, appelez un médecin, qu'il prenne des pierres de la mine de glace! Dépêchez vous!"

Elle devait faire vite combien de temps allait elle tenir? Elle devait sauver alfred. Après tout elle croyait encore qu'il n'était pas lui même. Elle devait garder espoir.

"Vite, sinon! Je vais mourir! Et …"

Elle n’avait pas envie de mourir, non! Elle avait perdu la raison! Annice ce rappela qu’elle devait vivre, elle devait attendre Alex à jamais! Quoi qu’il arrive elle était capitaine, la femme la plus forte du royaume!

_________________


je vous hais autant que je vous aime!(alfred/ alex)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kara Kiryu
Prêtresse
Prêtresse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 145
Emploi : Pretresse
Date d'inscription : 18/08/2007

Identité
Affinités: Xyno
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   11.03.08 21:18

[ 10 avril / Matin / Chambre d’ami ]

Kara remarqua avec amusement la joie que procurée ce petit déjeuner banal au prince. Elle qui avait mangé durant toute son enfance ces tartines typiques de la mine de pierre n’en savourait même plus le goût bien particulier des céréales. Calintz avait dut toujours vivre protéger, loin de la réalité et des difficultés de la vie … mais peut être pas si loin que sa. La sensibilité de l’homme était peu commune, même exceptionnelle, pour un Grenat et plus généralement pour un Homme.

Après qu’elle eut prit la parole, le comportement du prince vira du tout au tout … elle sentit en lui un regain de haine bien naturel après tout. Mais il y avait autre chose, l’envie de tuer … de tuer son frère. Elle remarqua soudain le brutal changement de couleur de ses yeux, ils étaient devenus aussi rouges que le sang. Elle avait déjà vue des yeux rouges, ceux du roi des voleurs, mais ceci lui semblait tellement différent, animé de haine et de rancœur. Des sueurs glacées lui parcouraient le dos sans qu’elle ne sache pourquoi. Cette sensation ressemblait étrangement à celle qu’elle avait éprouvé à l’approche de Métatron, les êtres divins …
Lorsque le jeune prince se retourna vers elle, elle ne céda pas face à son regard de feu continuant à sourire avec simplicité déconcertante. Peut être avait elle été trop sèche envers le jeune prince. Elle se rendit compte que ces paroles avait put sonner comme un ordre de départ alors que c’était tout le contraire. Si Calintz le désirait, il pouvait resté durablement ici avec l’accord de la propriétaire de la maison. Le tremblement avait fait de nombreuse victime et l’homme en faisait partie au même titre que les gens qu’accueillait déjà son amie ici.

« Si tel est votre souhait … mais sachez que si vous avez besoin d’aide, n’hésiter pas à venir demander Kara ici, vous trouverez toujours une main tendue. »

Calintz sembla soudain nostalgique d’un temps désormais révolue, il tourna son regard vers le ciel … cherchant peut être des réponses à ses questions. La jeune prêtresse observait avec attention le prince, ses yeux étaient redevenus normaux … le mystère autour de cet homme devenait de plus en plus opaque … fallait il informer Xyno de ses déduction ou laisser croire à l’ange qu’elle était un peu « simple » d’esprit et ne comprenait pas vraiment son combat.

* Onyx … vous vous enfoncez dans votre erreur, avoir renié votre frère … vous le regretterez tôt ou tard, surtout si j’en informe Xyno.*

Le prince semblait apaisé, il avait dit ce qu’il avait sur le cœur … mais Kara était partie dans ses pensées. Il connaissait donc Xyno pour le décrire ainsi. Au fond, il n’avait pas tord, qui mieux que les hommes pouvaient juger les abis ? Dieu était il donc comme le décrivait Chica … non elle croyait en Dieu ! Il lui faisait confiance, il avait envoyé un ange l’avertir des dangers … mais il n’avait rien fait pour les empêcher.

« Je croie n Dieu et en l’élu … je donnerais ma vie pour mes croyances Prince …* comme vous auriez donné votre vie pour votre amour* »

Kara rendit son sourire au jeune prince. Alors qu’elle allait prendre congé pour lui apporter des vêtements, le visage de Calintz se tordit de douleur … sans que rien d’apparent ne puisse le faire souffrir. Le regard suppliant qu’il lui adressa chamboula la jeune prêtresse. Elle s’approcha de son lit s’asseyant sur le rebords, lui tenant la main pour lui apporter une petite aide.

« Qu’y a t’il ? »
« Je vais devoir … partir … il faut que … j’aille au refuge … je dois y retrouver … un ami … merci … encore. »
« Vous ne pouvez pas partir dans cet état … je peux vous aidez à trouver votre ami. Et puis Onyx est toujours au refuge. »


Kara serrait de plus en plus fort dans sa main celle de Calintz pour le retenir. Elle sentait qu’elle devait le retenir ici, pour son bien, il ne fallait pas qu’il vit Onyx maintenant, dans cet état. Ses cheveux blonds tombaient en cascades autour de son visage inquiet … ses yeux bleus étaient brillants.

« S’il vous plait rester … »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazuli Neledanor
Jouet de Sunahama
Jouet de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 249
Age : 29
Emploi : Jouet
Date d'inscription : 28/09/2007

Identité
Affinités: Onyx, Calintz, Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 21 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   11.03.08 22:43

[ 10 avril / Matin / Une des chambres du refuge ]

Lazuli s'occupait comme elle pouvait de la jeune femme couchée sur le lit. Elle avait réussi à soigner et bander les nombreuses blessures. Cependant, Lazuli était fortement attristée. Elle avait peut-être réussie à soigner ses blessures corporelles mais pas celles de son coeur. Elle avait comprit que cette jeune femme avait subit quelque chose d'inhumain et cela lui faisait de la peine. Elle ne pouvait rien y faire. Elle se sentait un peu concernée, dans le sens qu'elle avait du un peu subir la même chose...volontairement. Forcée mais consentante...un peu à regret. Mais c'est cela être un jouet. Fais ce que l'on te dit et ne pense pas.
Dans un premier temps, la chambre était calme. La jeune femme à la chevelure bleue semblait s'être un peu calmée, toutefois, le silence ne dura pas longtemps. Elle se mit soudainement à hurler en se serrant le ventre et alla même jusqu'à cracher du sang. Lazuli ne fit qu'un bond et ne savait pas trop quoi faire, inquiète et un peu paniquée.Elle déchira un petit bout de sa jupe et frotta le sang sur le pâle visage de la blessée.


"Je vous en supplie, calmez-vous!"

Inutile, la jeune femme semblait vraiment avoir le ventre douloureux et Lazuli ne savait pas quoi faire. En revanche, elle lui dit de trouver Onyx. Elle voulait bien mais ou. Onyx ne devait peut-être plus être au refuge à cette heure-ci. Mais la jeune femme ne lui laissa pas le temps de réfléchir et elle désirait qu'un médecin aille chercher des pierres de la mine des glaces.

La mine de glaces, la mine d'origine de sa mère. Une mine que Lazuli n'avait jamais connue et qu'elle ne connaitrait sans doute plus jamais. Lazuli prit une main de la jeune femme et lui souriat tendrement.


"Ne vous inquiétez pas. Je ne vous laisserai pas mourir."

Elle lacha cette main froide et accouru sur la porte de la chambre et y hurla que l'on fasse appeler un médecin pour qu'il aille chercher des pierres à la mine de glace. On lui répondit que cela serait fait tout de suite. Elle en profita pour donner l'ordre de trouver et amener Onyx dans la chambre.
Ceci fait, Lazuli se retourna vers la jeune femme qui avait toujours horriblement mal à son ventre.
Lazuli posa ses mains sur le ventre de la jeune femme et se concentra. Elle n'avait peut-être pas de pouvoirs, mais elle voulait que cette jeune femme vive. Poser ses mains comme cela n'arrangerait peut-être rien mais elle espérait que la jeune femme ne se sente mieux et que la douleur se calme le temps que le médecin ne ramène les pierres et qu'Onyx ne vienne.

_________________
"La douleur de l'âme pèse plus que la souffrance du corps." de Publius Syrus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ordre-d-emeraude.forum-actif.eu
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   16.03.08 20:37

[ 10 avril / Matin / Chambre d’ami -> Refuge ]

Kara ... tel était donc son prénom. Il le grava dans sa mémoire, un jour, si il en avait l’occasion il lui revaudrait ce qu’elle lui avait fait. Le jeune prince était dans une sorte de flou qui s’épaississait de seconde en seconde. Il sentit seulement la main douce de la femme prendre la sienne. Ce contact lui donna des frissons et dans un élan de colère qui lui venait de la Voie, il fit un mouvement, comme pour gifler la prêtresse. Son geste fut arrêté avant d’avoir atteint le visage de Kara. Il regarda un moment, incrédule, sa main avant de la baisser lentement. C’était bien lui qui avait arrêté son geste mais … comment avait il put montrer autant de violence envers cette femme qui lui avait donné tant de générosité. C’était bel et bien lui qui avait faillit frapper Kara. D’une main tremblante, il se mit une légère baffe à lui-même avant de tourner ses yeux vers ceux de Kara.

« Laissez moi partir, Kara. Je ne vous apporterais rien de bon … laissez moi partir, s’il vous plait. Je suis comme mon frère, je n’apporte que le malheur … je suis un Grenat, un maudit. »

Lentement, il fit lâcher son emprise à Kara et se leva. Il remit sa chemise préalablement lavée par son hôte et se chaussa. La jeune prêtresse n’avait pas fait un seul geste et c’était mieux ainsi. Sans se retourner, il se dirigea vers la sortie de la chambre … il hésita un moment lorsqu’il se retrouva devant la porte entrebâillé. Regardant toujours fixement le bois brut de la porte, il dit d’un ton calme et désolé.

« Encore merci … et adieu. »

Il sortit de la pièce et se dirigea d’un pas rapide vers l’escalier qui menait à l’étage au dessous. Il croisa une autre femme mais ne lui adressa pas la parole, ayant les yeux rivés au sol. Il déboucha sur une petite boutique qui possédait une vitrine ouverte sur la rue, on vendait ici des tissus et toutes sortes de choses. Il s’arrêta quelques secondes devant son reflet face à un miroir. Les hématomes de la veille se voyaient beaucoup moins mais son visage était tiré, il ne s’était pas rasé depuis plusieurs jours … il n’avait plus rien du jadis prince de la mine de la mer de sable. Mais ce qui le choqua le plus dans ce reflet, ce fut ses yeux … son regard avait l’air éteint, comme vitreux. Finalement il quitta ce regard si embrumé et se remit en marche. La boutique venait juste d’ouvrir et quelques clientes étaient déjà là, commentant les évènements de la nuit avec force. Calintz entendait de toute part des critiques contre Onyx mais aussi contre Alfred. Comment pouvait il laisser de telle agissement se faire dans sa mine ? Etait il tombé sous la coupelle de Onyx ? Parmi ses paroles il discernait aussi des mots sur l’élu, le massacre des rebelles était à double tranchant. Il avait permis de faire connaître cet espoir et en ce matin sanglant, beaucoup reposait leur mince espoir sur cet élu.

Le jeune prince quitta rapidement la boutique pour se réfugier dans les rues encore dégagées. Il marchait d’un pas lent, il n’était pas pressé d’arriver au refuge … il ne savait même pas ce qu’il allait y faire, chercher Alex ? Voir Onyx ? Voir Alfred ? Rien de tout cela en fait … il suivait juste les consignes qu’on lui avait dicté. Il passa devant des scènes de malheur inimaginable … les stigmates du tremblement de terre étaient encrés partout. Des bâtiments en ruines, des corps … Puis sans qu’il ne si soit préparé, il tomba nez à nez devant les bûchers encore fumant. L’odeur qui s’en dégageait était insupportable, une odeur fétide de corps décomposés et de chairs brûlées. Il détourna le regard de ces amoncellements de cendres, sentant son estomac se tordre. Une envie de vomir le submergea mais il se retint.

D’un pas rapide, il s’éloigna des bûchers et se rapprocha du refuge qui se trouvait non loin de là. Il ralentit au niveau de l’entrée qui n’était pas encore envahit par la foule … devait il vraiment y aller ? Il sentit ses mains tremblaient, un frisson glacé lui parcourait l’échine … il mit un pieds devant l’autre et rentra finalement dans le refuge. Une odeur de sueur et de malade lui noua la gorge. La plupart des gens étaient couchés ou bien accroupit contre un mur. Des soldats des deux mines patrouillaient entre les malades et les soignants, il régnait ici une ambiance surréaliste, suspendu entre la vie et la mort. Durant quelques secondes, il faillit faire demi tour et partir loin d’ici mais quelque chose le retint dans ses lieux.

*Onyx n’est pas dans les parages … sa va.*

Il s’avança hésitant vers le centre du refuge, faisant attention à chaque pas … la peur qu’on le reconnaisse était omniprésente alors lorsque quelqu’un s’approcha de lui, sa respiration se fit saccadé et il resta planté comme un piqué au beau milieu de la pièce. Il s’agissait d’un soldat de la mine de pierre … il semblait l’avoir reconnut mais pas lui vouloir de mal.

« Prince, je sais que je ne devrais vous dire cela mais l’homme que vous aviez fait amener ici avec l’espionne s’est réveiller ce matin. Je crois qu’il vous demande. L’abis Onyx n’est pas encore au courant … si vous voyez ce que je veux dire. »

Le jeune prince voyait très bien ce que cela signifiait … Sloth, il l’avait complètement oublié ces dernière 24 heures, il lui avait pourtant sauvé la vie au péril de la sienne. Il demanda ou il se trouvait. Le soldat lui indiqua une chambre à l’étage. Calintz s’y précipita sans même faire attention à la présence possible de Onyx. Il monta les marches de l’escalier quatre à quatre et se rua vers la porte que lui avait indiqué le soldat. Il pénétra dans la chambre, à bout de souffle pour trouver Sloth assis sur une sorte de fauteuil, les jambes recouvertes … Un sentiment de culpabilité le prit à la vue de son ami blessé. Il s’approcha de lui après avoir refermer la porte. Il voulait lui dire à quel point il était désolé, lui demandait des nouvelles mais aucun mot ne sortait de sa bouche … Ses yeux allaient du fauteuil aux jambes de Sloth puis à son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Abis de Shin-sai
Abis de Shin-sai
avatar

Masculin
Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 20

MessageSujet: Re: 10 avril   16.03.08 22:22

La chambre était baignée de lumière : la fenêtre, dont les rideaux n'avaient pas été tirés, laissait passer les rayons du soleil qui éclairaient le plancher de la pièce et rendaient d'un blanc éclatant le drap du lit.

Allongé, nu, un adolescent dormait paisiblement, le corps partiellement recouvert d'une couverture légère. Sous lui, le Refuge s'était agité : si la majorité des blessés avaient pu recevoir les soins d'urgence nécessaires, certains restaient encore. Cela faisait la deuxième nuit passé dans ce lieu de mort.
La poitrine du brun s'éleva une nouvelle fois au rythme de sa respiration tranquille.

Après, la porte s'ouvrit en fracas, et la tranquilité disparut.

- Alfred, espèce de salaud !!

Le dit Alfred ouvrit les yeux d'un coup. Sa vision mit quelques secondes à se mettre au point, lui permettant à peine de se souvenir du lieu où il se trouvait tandis qu'une voix désagréablement familière vociférait :

- Tu comptais t'amuser avec elle jusqu'à ce qu'elle en crève ?!

Qu'est ce que c'était que ce foutoir... ?

- Onyx, espèce d'imbécile heureux, marmonna t'il en se tournant vers lui, j'adore me faire insulter par toi, mais est-ce que ca peut pas attendre qu'on se croise dans un couloir, ou il fallait absolument que tu viennes me voir au réveil pour tes mots d'amour?
- Après ce que tu as fait, il me semble normal que je vienne te pourrir ! J'ai honte de toi !

Alfred se permit le luxe d'hausser les sourcils.
Ce qu'il avait fait? Lui?
Monsieur Onyx-j'extermine mon monde-Grenat venait lui faire des leçons de morales, c'était pas mal niveau culot.

- La dernière fois que je t'ai croisé, Onyx, tu étais celui qui arrachait la langue à un malheureux, et j'étais celui qui essayait de le préserver de ton courroux. Au risque de poser une question dont la réponse est évidente : Tu ne serais pas devenu crétin pour de bon, dis moi?

S'il ne vit pas la gifle partir, il la sentit parfaitement arriver. Les yeux grands ouverts, la joue brûlante, il resta silencieux tandis que l'Abis sifflait, d'une voix emplie de colère :

- Je me fiche des parfaits inconnus, mais ce que tu as fait à Annice est impardonnable !

Eyh, il n'avait rien fait à Annice ! Qu'est ce qu'il -

- Tu n'es pas comme ça !

Alfred ouvrit la bouche, mais Onyx ne semblait pas d'humeur à le laisser protester:

- Et elle, elle pense encore à te défendre, rajouta t'il avec mépris : Le crétin c'est toi.

Alfred se redressa - et s'apperçut qu'il était nu juste à temps pour rattraper sa couverture et l'enrouler autour de sa taille. Sa joue l'élançait suffisament pour que, en temps normal, il se soit jeté sur Onyx et ait invoqué la moitié de ses pouvoirs dans l'espoir de lui faire mordre la poussière. Mais ses propos le troublaient : il n'avait rien fait à Annice.

- Onyx, la dernière fois que j'ai vu Annice, je la dissuadais de tuer mon demi-frère, dit-il.

D'ailleurs, il ne se souvenait pas vraiment de la manière dont les choses avaient tournées, ni du reste de la journée, ni même d'être allé se coucher.
Alors, tout d'un coup, son sang se glaça.

- Qu'est ce que j'ai fait? demanda t'il.
- Comment ça tu ne sais pas ce que tu a fais! Elle est entre la vie et la mort et toi tu as oublié!
- Onyx, bordel, pour une fois dans ta vie ferme ta gueule et réponds à ma question ! Qu'est ce que j'ai fait ?!!
- Comment veux-tu que je sache, elle a plusieurs os en morceaux et elle... haaa c'est écoeurant venant de toi!

Alfred palit.
Non, il ne pouvait pas avoir fait ça. Son amnésie de la veille lui avait déjà fait peur, mais ce n'était pas possible - il n'aurait jamais levé la main sur Annice.
Sa tête tourna violement, et il lui fallu s'asseoir.
Pitié, pitié qu'il n'ait rien fait à Annice.

- Où est-elle? demanda t'il d'une voix blanche.
- En sécurité, répondit Onyx, méprisant: Loin de toi.
- Onyx, il faut que je la vois, où est-elle ?

Les yeux rouges d'Onyx le fixèrent. Il ne cilla pas, le visage résolu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sloth
Musicien - Fils de Lucifer
Musicien - Fils de Lucifer
avatar

Masculin
Nombre de messages : 441
Age : 29
Date d'inscription : 28/10/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance:
Age:

MessageSujet: Re: 10 avril   16.03.08 23:14

Depuis son réveil Sloth n'avait pas bougé de la chaise sur laquelle on l'avait installé, il ne souffrait plus trop et s'était habitué à la douleur qui petit à petit disparaissait . Cependant le refuge baignait dans une atmosphère moiteux et sinistre, les gémissement des personnes en bas lui parvenait aux oreilles , la douleur et la souffrance s'échappait de l'endroit avec une facilité déconcertante, tout cela à cause de ce tremblement de terre, pourtant quelque chose n'allait pas. Pour le jeune homme sa faiblesse d' il y a quelque jours juste avant le tremblement de terre devait avoir une explication, mais laquelle? Il devait chercher cela mais une fois qu'il serait sortit du refuge.

C'est alors qu'un soldat à l'apparence sévère fit éruption dans la chambre du jeune homme. Le regardant de haut ce dernier pu constater une lueure de mépris dans le regard qul lui adressait mais le jeune homme était bien décidé à ne pas se laisser faire et d'une voix tranchante et glacée tout en s'attachant les cheveux pour avoir accés à une meilleur visibilité de celui qui se montrait si irrespectueux

" Que me vos cette désagréable visite matinale soldat, j'ai fait ce que votre Abis avait demandé ou plutôt on m'y à d'une certaine façon forcé la main alors que voulezvous de plus? "

" Pour ma part rien de particulier, je venais juste constater que vous étiez bien réveiller pour en avertir l'Abis de la mine de pierre..."

"Alors faite ce que vous avez à faire , ne retez pas stupidement planté là..."

Sloth était bien décidé à ne pas se laisser marcher sur les pieds et surtout pas dans l'état au il se trouvait pour le moment.Son regard s'était perdu dans l'horizon que lui apportait la fenêtre de sa chambre, à l'extérieur le calme semblait être revenu mais tout n'était pratiquement plus qu'un champ de ruine, les maisons ressemblait à des gravas ou plutôt des montagne de rochers grossièrement empilés les uns sur les autres, le ciel bleu offrait une tranquillité éphémère car une épaisse fumée noire s'élevait vers les étoiles accompagnée d'une étrange odeur capable de vous soulever le coeur. Cependant Sloth quitta ses pensées pour revenir à la triste réalité du moment, son échappatoire avait été brisé par une pensée plus profonde que les autres que l'adolescent voulu mettre en pratique. Dirigeant sa main droite en direction du sol, Sloth ferma les yeux un moment pour se concentrer mais lorsqu'il les rouvrit rien e c'était passé, son inquiétude venait de se confirmer par cette tentative d'employer son pouvoir sur la terre, plutôt son ancien pouvoir car il était évident que le jeune homme l'avait perdu et avec lui une part qui le composait, l'esprit de la terre l'avait quitté bizarrement aprés le tremblement de terre, mais pourquoi ? ca n'avait pas de sens? Mais une fois encore ses pensées furent interrompues mais par l'intervention d'une personne extérieure cette fois ci , et par n'importe qui car la personne qui venait d'entrer n'était autre que Calintz lui même, le demi frère d'Onyx mais également le sien, toutefois il vaut mieux que certaine chose reste secrète pour éviter de faire souffrir inutilement des gens.

Le petit prince commenca à s'avancer lentement dans sa direction et son regard trahissait ses pensées, surtout lorsque ce dernier observait le fauteuil dans lequel Sloth était installé . Calintz devait culpabiliser mais Sloth lui tendant la main lui dit en souriant


" Mon prince je suis ravi de vous revoir sain et sauf, j'aurais au moin réussit quelque chose dans mon existence..."

Puis de nouveau Sloth se tut pour laissa la parole au nouvel arrivant, il était extrêmement heureux de le revoir mais il était néanmoins dangereux pour lui de venir ici car il pouvait être reconnu ...


Dernière édition par Sloth le 18.03.08 0:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   17.03.08 21:07

Réponse commune Xyno X Kara (aprés échange intensif d'email)
[ 10 avril / Matin /Mine de pierre]

La jeune prêtresse fixa avec intensité la main de Calintz qui venait de se stopper dans son geste. Elle vit avec soulagement le prince laisser tomber sa main … qu’avait elle bien put faire pour provoquer cette violence ? Les mots du frère de Onyx n’arrivait pas à la convaincre, il lui semblait qu’elle avait échoué quelques part … en fait qu’elle avait tout loupé avec Calintz.

« Vous êtes avant tout un homme, souvenez vous de moi prince. »

Elle relâcha sa main avec douceur se demandant si elle aurait l’occasion un jour de revoir le visage si jovial de cet homme si spécial. Tandis qu’il se rhabillait et qu’il partait, elle ne fit aucun geste, scrutant toujours le ciel qui s’étendait par la fenêtre.
Sa y est … il était partit. Un soupir s’échappa de sa bouche, pourquoi avait elle cette sensation de ne pas avoir fait tout son possible pour aider le jeune prince ? Elle resta quelques minutes immobiles, sentant encore l’odeur de Calintz. Puis elle se leva et alla directement dans la chambre du petit Miso qui venait juste de se réveiller …



Durant ce même temps, une forme noire dans le ciel s’était approchée du village de la mine de pierre. Xyno arrivait enfin à son but. Il finit par se poser sur une corniche assez éloignée du village de sorte qu’il ne pouvait être visible mais qui lui offrait une vue imprenable.

*Alors tu es prêt pour passer à l’action. *

« Je t’ai déjà dit que je me passerais de tes commentaires. »

*Quelle jolie petite ville que voilà… quelque peu détruite mais très jolie quand même. Cela lui donne un certain cachet. Alors c’est ici qu’elle est … tu vas enfin pouvoir la retrouver. Il me tarde d’assister à ces joyeuses retrouvailles hihi. *

Xyno ne préféra rien répondre, cela avait été comme cela pendant toute la matinée. Sendalfon n’avait pas arrêté une minute avec ces remarques et ces commentaires, pour la plus part désagréables et touchant aussi bien à sa vie d’ange que d’homme. La plus part du temps, Xyno s’était contenté de garder le silence espérant que cela ferait arrêter ces commérages incessants. Ce qui n’avait pas remporté un grand succès.

*Bon mettons nous en chasse maintenant, je suis sure que je vais encore bien m’amuser avec toi mon petit ange. *

Sans prononcer d’autres commentaires inutiles, Xyno s’envola, il voulait de plus en plus en avoir rapidement terminé avec cette mission pour se débarrasser de ce parasite … et pour savoir Kara en sécurité.



« Papa est ou ? »

Kara venait de prendre l’enfant dans ses bras, il baillait encore mais pensait déjà à son père. La jeune prêtresse lui répondit par un sourire et elle l’embrassa avec tendresse sur le front. Après le frère, elle s’occupait du fils de Onyx … cet abis devait bien être triste au fond de lui sans aucun proche que la mort.

« Il travaille … tu le reverras bientôt j’espère. »

Elle mesurait ses paroles pour ne pas donner de faux espoirs au petit mais aussi pour ne pas alerter Métatron de son souhait de rendre l’enfant à Onyx. Un enfant ne devrait jamais être séparé de ces parents à cet âge là …

« Ara, c’est papa qui ta demandé de me garder comme pour toute mes autres mamans ?

-Non Miso, je ne suis pas ta maman, je veille sur toi un petit moment. »

Elle lui adressa un grand sourire qu’il lui renvoya de suite … cet enfant était encore un petit ange.



Se souciant peu des habitants de Shin-sai, Xyno s’élevait haut dans le ciel et survolait le village, dans l’espoir de sentir la présence de Kara ou l’aura de Métatron. Il découvrait la nouvelle perception que lui conférait sa fusion avec l’archange et était aigris de ces nouveaux sens.

*Ils te plaisent mes pouvoirs hein ? Pourtant ils auraient put être tient si tu n’avais pas … *

« Ne commençons pas à refaire le passé je te prie. Cela deviendrait vite ennuyeux et surtout cela serait très fastidieux et inutile. »

Sendalfon n’y trouva rien à répondre et laissa – momentanément – l’ange déchu tranquille. Celui ci se concentra sur les milliers de vie qui fourmillaient sous lui. Alors qu’il survolait une partie un peu excentrée du village, il perçut distinctement et subitement la présence de Kara, mais elle était différente … l’empreinte de Métatron était présente, les poings de Xyno se serrèrent.

*C’est bien, cultive ta rage, elle augmentera encore plus tes pouvoirs.*

Sans perdre plus de temps, l’immortel se posa avec légèreté dans une ruelle sombre, essayant de ne pas se faire remarquer par la population, excitée par cette vision de l’ange aux ailes noires. Telle une ombre et profitant des recoin de ténèbres, il se glissa jusqu’à l’entrée de derrière de la maison ou il avait sentit Kara. Elle devait s’y trouver, il en était certain.
Prenant un grand bol d’air, il tourna la poignet et s’engouffra dans le couloir. Avançant à pas feutrée, difficilement avec ces ailes encombrantes, il fut surprit quelques secondes plus tard par un gamin qui venait de débouler d’une pièce adjacente.

« He t’es qui toi ? Maamm … »

L’immortel venait de poser ces doigts sur le front du jeune garçon, plus aucun son ne sortait de la bouche de l’enfant qui paraissait soudain calme et dans le flou. Ces yeux étaient devenus vitreux et lourds et il ne tarda pas à s’endormir, son corps récupérer dans les bras de Xyno qui l’allongea avec douceur au sol. Continuant sa progression, il fit de même pour tous les habitants de la maison qui se trouvaient au rez de chaussée.
Sendalfon ne disait rien et se contenter pour une fois d’observer. L’immortel, laissant sur son passage quelques plumes noires monta l’escalier, puis continua dans le couloir. Il venait de sentir distinctement l’aura de Kara et se dirigea immédiatement vers la pièce ou elle se trouvait. Séparer d’elle juste par la cloison, l’ange déchu posa sa main sur la poignet …

*Qu’attends tu ? Aurais tu peur par hasard ?*



Kara entendit ou plutôt n’entendit plus le fourmillement de l’activité de la maison, Miso venait de lui poser une nouvelle question qui l’avait fait rigoler.

« Ara, elle est ou Emma ? Moi je l’aime bien. »

Elle perdit son sourire au moment ou elle entendit une marche de l’escalier craquer sous le poids d’une personne … Cela pouvait être n’importe qui mais des frissons glacés parcouraient son corps. D’une voie basse et tendu, elle dit au petit garçon :

« Va te cacher dans le placard, n’en sort pas avant que je vienne te chercher … et pas un bruit Miso. »

Voyant son hésitation à quitter ses bras, elle lui fit un clin d’œil amical pour qu’il prenne la chose comme un jeu.
Kara se leva lorsque Miso se fut engouffré dans l’armoire et qu’il eut refermé la porte, elle se mit face à la porte … tremblante comme une feuille.

La suite au prochain épisode ^_^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   18.03.08 19:41

[ 10 avril / Matin / Refuge ]

Calintz fixait la main que lui tendait Sloth, il se sentait tellement coupable de l’avoir oublier … de ne pas être venu le voir, de n’avoir pas penser à lui. Il n’avait été obnubilé que par Onyx, encore Onyx. Il était partagé entre l’envie de se jeter à genou au pied de son ami pour s’excuser et celle de se précipiter dans ses bras … Il ne fit aucune des deux, restant simplement debout, immobile face au fauteuil et à son occupant. Les mots de Sloth finirent de l’achever … était il si important à ses yeux ? Avait il vraiment de la valeur auprès de quelqu’un ?

« Ne dis pas sa ! Ton existence m’est précieuse alors ne retente pas l’exploit de me sauver au dépend de ta propre vie. Si tu étais … enfin … si tu étais mort, je ne serais pas se que j’aurais fait. »

Tout en parlant, il s’était approché de Sloth et s’était agenouillé devant son fauteuil. Ses yeux étaient brillants d’émotion, il posa son regard opaque sur les jambes couvertes de l’homme … il ne pouvait plus marcher … à cause de lui ? Calintz ne se rappelait pas avec précision ce qui s’était passé dans la mine, tant de choses s’étaient enchaîné. Il se souvenait seulement de cet horrible mal de tête et des tremblements incessants de la terre. Sloth était venu le sauver … il l’avait d’une mort certaine.

« Je suis tellement désolé Sloth … tout cela, c’est de ma faute. »


Il passa une main dans ses cheveux pour se donner un petit air cool avant de dire d’un ton faussement ironique.

« Je ressemble à Onyx tu ne trouves pas ? J’apporte le malheur quoi que je face … on ne change pas sa nature hein ? »

Ce n’était pas vraiment une question, plutôt une affirmation. Il tenta un sourire à son ami mais il ne put obtenir qu’une grimace face au visage efféminé de l’être. Sloth était bien un jouet de Onyx, cela se voyait, c’était un être beau et très spécial comme les aimer son frère … un animal rare et précieux. Lui n’avait été qu’un objet tout au long de sa vie.

* Il faut que j’arrête de penser à lui, cela ne servira à rien …*

« Sloth … Onyx ne t’as rien dit ? »

* Rhhhhaaa je peux pas m’en empêcher !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 10 avril   18.03.08 21:35

Minos était dans les cartiers qu’on lui avait donnés. Il se sentait bien et y travaillait ne sortant que très peu. Il décida de prendre une petite pause pendant laquelle il allait se détendre un peu. Il opta pour aller se dégourdir les jambes et observer le peuple à l’ouvrage si l’on pouvait dire. Cela faisait maintenant plusieurs jours qu’il essaya d’esquiver sa femme.

Il trouva qu’elle venait le trouver pour diverse raisons et parfois certaine n’avait pas de sens. Bon c’est vrai qu’ils sont mariés et qu’une femme à besoin de voir son époux mais tout de même. De plus Minos avait clairement dis à son épouse qu’il était gay et qu’il ne l’aimait pas alors pourquoi s’accrochait-elle encore à lui ? Il entendit diverse conversation de gens qui parlaient au refuge. Il souri sur certaines d’elle.

Quelques personnes étaient présentes ainsi que ses deux demi frères qu’il avait aperçut mais il passa le chemin. Apparemment dans le refuge, les filles dominaient par le nombre et bien avec Minos cela comblera le vide. En fait il voulait savoir qui avait survécu et qui était blessé lors du tremblement de terre qui avait eu lieu lors de son absence.

En fait Minos était revenu de là où il était car il avait eu vent de la disparition de ses neveux. Il avait ordonné de faire la recherche sur son neveu en suggérant bien haut et fort qu’il devait le lui ramener sans une égratignure. Sinon le pauvre malheureux subirait la colère de Minos.

Minos n’étais pas homme à s’énerver mais pour lui la famille était sacrée. Il observa encore les quelques personnes ici présent pour aller s’asseoir à l’écart d’eux se perdant dans sa réflexion de comment retrouver le fils de son frère qu’il adorait. Il se foutait royale du regarde que pouvait bien avoir les autres sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Sloth
Musicien - Fils de Lucifer
Musicien - Fils de Lucifer
avatar

Masculin
Nombre de messages : 441
Age : 29
Date d'inscription : 28/10/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance:
Age:

MessageSujet: Re: 10 avril   19.03.08 2:10

« Ne dis pas ça ! Ton existence m’est précieuse alors ne retente pas l’exploit de me sauver au dépend de ta propre vie. Si tu étais … enfin … si tu étais mort, je ne serais pas se que j’aurais fait. »

Ce furent les paroles qui brisèrent le silence qui pendant un bref instant c'était créé entre les deux jeunes gens, l'un silencieux et écrasé par la culpabilité de l'oublie et l'autre entouré d'une sorte de mélancolie mêlée d'une joie éphémère car il avait fait quelque chose qui lui avait tenu à coeur, sauver son demi-frère. Les regard de Calintz trahissait le tourment qui rongeait son coeur et son âme mais bientôt il accepta l'invitation de Sloth à venir près de lui et s'agenouillant près de lui hésitant lorsqu'il s'agissait de regarder les jambes du nouvel infirme; Pourtant ce dernier ne partageait pas les paroles qu'avait dit Calintz et simplement il lui répondit

" Si jamais il m'était arrivé malheur Calintz vous auriez continué à vivre pour moi, pour que je puisse continuer à vivre même après la mort car lorsque deux personnes se sont rencontrées et liées d'amitié un lien invisible les unis pour toujours. Écoutez mes paroles car je tiens à être sincère avec vous. Il faut certes avoir le respect de sa propre vie car lorsqu'on disparaît on laisse un vide dans le coeur de ce que l'on a rencontré, un vide de chagrin et de tristesse qui ne guérira que très voir même trop lentement pour certains. Pourtant offrir sa vie pour en sauver une autre est également un sacrifice que l'on doit être près à faire pour une personne que l'on aime vraiment, croyez vous réellement que j'allais vous laissez vous faire écraser par ces rochers sans rien tenter? Vôtre disparition aurait créé énormément de douleur autour de vous. Si cela était à refaire je le referait sans aucune hésitation, cependant promettez moi quelque chose petit prince. Si jamais il devait m'arriver quelque chose un jour, continuez de vivre en ayant une pensée pour moi, ne sombrez pas dans le chagrin, gardez la tête haute et le sourire sur le visage ..."

Il était à la fois étrange et amusant d'observer la scène car c'était le plus jeune des deux qui apportait des conseils digne d'un vieux sage. Mais les ténèbres qui avait envahit le coeur de Calintz continuaient à jouer avec ce dernier

« Je suis tellement désolé Sloth … tout cela, c’est de ma faute. »

" Vous ne devez pas l'être, ce n'est pas vôtre faute mon prince, personne pas même vous ne pouvez prévoir un tremblement de terre, vous avez tenté de vous protéger comme il fallait le faire. Personne n'aurait pu dire que les galeries étaient trop vieilles et risquaient de s'effondrer tôt ou tard, dans un sens c'est une sorte de bénédiction qu'elles se soient écroulée maintenant car imaginez vous si elles s'étaient écroulées sur des innocents, des pères de familles qui n'avaient rien demandé et qui auraient probablement été enterrés vivant sans espoir de salue. Sachez qu'il faut toujours voir du blanc même lorsque l'on croit qu'il n'y a que du noir"

C'est alors que Calintz fit quelque chose que Sloth n'aurais jamais pu imaginer et qui fit d'abord place à la surprise sur son visage puis le rire. D'un geste de la main Calintz se la passa dans les cheveux puis lui dit ironiquement

« Je ressemble à Onyx tu ne trouves pas ? J’apporte le malheur quoi que je face … on ne change pas sa nature hein ? »

Mais bientôt le rire céda la place à une toux sur un visage crispé par une douleur aux jambes. Sloth n'était pas encore totalement remit mais cette petite intervention humoristique lui avait changé les idées. Hésitant un moment ce dernier commença à passer sa main gauche dans la chevelure blanche de son interlocuteur et lui soulevant légèrement le visage avec sa main droite il plissa les yeux comme pour prendre l'air d'un chercheur ou un médecin puis il laissa apparaître son diagnostique

" Mmmm...Il est vrai que vous ressemblez sur certains point physique à votre frère, néanmoins je puis vous assurez que l'ombre du malheur ne vous entoure pas. Pourquoi ? Parce que notre rencontre n'a pas été malheureuse, la vie nous joue parfois des tours mais il faut savoir aller de l'avant et ce dire que tout n'est pas forcément rose et qu'une touche de gris fait toujours du bien car il permet de mettre en valeur les efforts que l'on fait avec le temps. Vous n'apportez pas le malheur et votre frère non plus, cependant dans le cas de l'Abis le malheur et l'un des attributs que possède les Abis, condamné à vivre souvent seul, à défendre un trône froid et inerte. Je ne souhaite à personne de vivre cela, pourtant il s'agit de son choix Onyx connaissait les conséquences de sa montée sur le trône et à accepter de prendre en charge le malheur de son rôle, ainsi dans un sens le malheur n'est devenu qu'un attribut parmi tant d'autre sans grande valeur. Nous sommes maître de notre destin et de notre nature, certains plus que d'autre alors il ne faut pas vous cachez derrière l'ombre de votre frère et vous dire que parce qu'il est ainsi vous l'êtes également. Chaque personne est différente, alors souriez car vous n'apportez pas le malheur avec vous... Toutefois peut être que mes paroles ne font que vous effleurer car vous êtes convaincu d'être un être de malheur, je ne peux alors que vous dire que vous seul pouvez vous libérer de cette prison dans laquelle vous vous êtes enfermé, vous êtes à la fois le juge, le bourreau et le condamné, alors il faut que vous réagissiez..."

Un sourire s'afficha sur le visage quelque peu pâle du jeune infirme, il avait parlé sans prendre le temps de respirer ce qui n'est pas conseillé pour un "malade" pourtant il se devait de rassurer Calintz, d'ailleurs Sloth continua à passer doucement sa main dans la chevelure de son demi-frère comme le ferait un père pour calmer son fils . Puis tout à coup comme une bombe qui explose son interlocuteur lui annonça une phrase qui fit naître la curiosité dans tout l'être de Sloth

« Sloth … Onyx ne t’as rien dit ? »

" Ne m'a pas dit quoi ? Il faut dire que cela fait deux jours que j'ai dormis profondément sans mettre réveiller une seule fois alors non Onyx n'est pas venu me voir je crois même qu'il ignore totalement ma présence ici. Mais qu'est ce qu'il aurait du m'annoncer? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   19.03.08 21:15

[10 Avril / Mine de Pierre / matin]


*Qu’attends tu ? Aurais tu peur par hasard ?*

La porte s’ouvrit et dévoila l’ange déchu qui entra dans la pièce en dévisageant la jeune prêtresse. Celle ci resta de marbre face à l’apparition de l’être céleste en apparence car son sang n’avait fait qu’un tour devant cette vision. Son cœur battait plus vite qu’à la normale et elle sentait une étrange sensation dans sa tête due sûrement à Métatron.

*Je comprend maintenant pourquoi tu l’as choisit … elle lui ressemble. Je dois avouer que c’est un jolie brin d’humaine que tu as trouvé là … elle serait parfaite au ciel.*

**Tais toi Sendalfon, tu ne peux pas comprendre.**

Xyno s’avança vers Kara, son visage était rester froid et ces yeux pétillaient de rage. Il avait tant attendu de revoir ce visage, encadré de ces boucles blondes, ce ventre qui commençait à s’arrondir… mais il n’aurait jamais pensé que cela s’aurait passé dans de telles conditions. Il sentait la présence de l’ange haït.

« Sors d’elle ! »

Kara écarquilla les yeux… comment savait il pour Métatron ? Pourquoi était il venu ? Et pourquoi ne lui parlait il pas à elle ? Elle se sentait mise à l’écart et dépassé par ce qui se jouait dans cette pièce.
Lui attendait une réaction de son ennemi, mais il préférait encore se terrer derrière l’esprit de la prêtresse, s’en servir contre son gré.

*Allons débusquer notre proie petit ange.*

On pouvait sentir dans la voie de Sendalfon de l’excitation face à la perspective du duel à mort qui allait se dérouler.
La jeune prêtresse ressentit de la peur lorsque l’ange déchu, avec ces ailes imposantes s’approcha d’elle … elle le connaissait parfaitement sous cette forme, mais il y avait quelque chose en lui de différent à cet instant.

« Xyno que fais tu ? »

L’immortel ne répondit rien à cette interrogation et leva un bras vers elle lorsqu’il fut à son niveau.

« Sors d’elle ! »

Sous cet ordre, une forme floue et lumineuse sortit du corps de Kara, sembla flotter dans l’air quelques secondes avant de réintégrer immédiatement son enveloppe de substitution tel un parasite. Le regard de l’humaine devint soudain opaque et froid alors qu’elle s’exclamait avec une voie mielleuse qui n’avait rien de féminine :

« Tu devras la tuer pour me faire sortir de son corps. »

Les traits de Kara retrouvèrent leur pureté et leur innocence et ses yeux bleus se posèrent sur Xyno. Le visage ferme et tiré, il lui murmura :

« Toujours aussi lâche à ce que je vois. »

Il commença alors à psalmodier à basse voie des paroles mystérieuses, au consonance étrangère à l’habitante de la mine de pierre. Au bout de quelques secondes une grimace de douleur apparut sur le visage de l’humaine qui se prit la tête entre ces mains dans une vaine tentative de soulager ces maux.
A cette vue, Xyno hésita un instant à continuer l’incantation, mais la voie impératrice de Sendalfon retentit dans son esprit.

*Sa vie n’est pas importante, aucune hésitation ne doit freiner le bras armé de Dieu que tu représentes. *

Une goutte de sang perla des lèvres de la jeune prêtresse qui se redressa un instant, affichant un sourire serein mais éphémère.

« Fais ce que tu as à faire. »

Xyno reprit le flot incessant de parole et Kara tomba à terre, cognant sa tête contre le rebord du lit. Le regard désormais froid de l’immortel ne quittait pas la silhouette de l’être aimée. Au bout de quelques secondes, une lumière sortit du corps inerte de la prêtresse et se matérialisa en un homme au visage arrogant et fier et à la beauté céleste. Un sourire étirait ces lèvres.
Un sentiment de haine envahit Xyno.

*Le jeu va enfin pouvoir commencer hihi. Montre moi ce que tu vaux petit ange. *

De nouveau les deux anges s’affrontaient, un aux ailes noires, l’autre aux ailes blanches. Mais cette fois ci la lutte aboutirait à la mort d’un des deux êtres célestes.

« Métatron … »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sayuri
Garde du coeur de l'abis - Espionne de Sunahama
Garde du coeur de l'abis - Espionne de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 180
Age : 29
Emploi : Espionne de la mine de sable
Date d'inscription : 31/07/2007

Identité
Affinités: ................
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 20 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   21.03.08 14:37

[10 Avril / Mine de Pierre / Refuge]

Alors elle était de retour à la case départ finalement …
Dans un coin du refuge s’était glissé comme une ombre une jeune fille frêle et pâle. Personne ne l’avait remarqué, dans ces habits simples de villageoise et ces yeux vers le sol. Elle paraissait si … banale. Au moins elle était forte pour ça, se fondre dans la foule et disparaître, il suffisait juste dans ce monde déchiré d’avoir les épaules courbés et la tête penché vers le sol pour paraître inexistant aux yeux des autres. Mais les yeux noirs de l’espionne gardaient en mémoire toute l’agitation du refuge, scrutant les visages divers qui s’offraient devant elle… Mais elle ne trouva pas celui qu’elle cherchait. Avec dépit et soulagement à la fois, elle soupira et se glissa jusqu’à un des escaliers qui menait aux étages. Il n’était pas question pour elle de monter, elle ne devait pas se faire remarquer d’une part et puis sa place n’était pas la haut. Elle allait donc attendre sagement son maître…

S’appuyant dans un coin et abandonnant sa posture légèrement rigide, Sayuri se détendit légèrement, comme profitant des derniers instants avant la tempête. Elle se doutait de ce qui l’attendait et ne cherchait point à le fuir. C’était d’ailleurs pour ça que dés son réveil elle avait voulut se rendre prés de Onyx et tout lui raconter … Mais à vraie dire elle ne pourrait pas tout lui dire, car sa mémoire était flou en ce qui concernait les évènements qui s’étaient déroulés la veille. La jeune espionne se souvenait bien de sa course poursuite avec l’ange déchu, et de leurs quelques paroles échangées ainsi que de la façon dont elle avait dut tuer un garde. Mais après c’était plus vague. Elle l’avait poursuivie quand il s’était engouffré dans la jungle … et puis plus rien. Elle ne se rappelait plus de ce qui s’était passé. A cette pensée, Sayuri se mit à trembler sans pouvoir se contrôler comme si son corps exprimait ce qu’elle ne pouvait se souvenir. Ces yeux noirs se posèrent un instant sur sa poitrine ou elle pouvait distinguer sous sa robe les stigmates de son ancienne blessure. D’une main elle pressa son corset contre sa poitrine pour cacher à ces yeux la cicatrice. Qu’est ce qu’avait put lui faire l’élu ?
Cette question la hantait. Elle devait le retrouver et savoir ! Il n’y avait pas d’autre alternative.
Lorsqu’elle s’était réveillée chez ce villageois qui l’avait recueillie, elle s’était rendue compte qu’on l’avait changé … on avait donc vue sa cicatrice. Le villageois lui avait en suite racontée qu’il l’avait retrouvé prés d’une vielle cabane, les vêtements à moitié déchirés avec quelques bleus qui la lançaient encore. Elle était alors immédiatement partit … laissant sa bourse en compensation au vieil homme.

Et elle était maintenant ici, dans ce refuge, attendant et redoutant sa rencontre avec Onyx. Elle allait devoir lui révéler les informations qu’elle avait récoltées sur Xyno mais aussi lui avouait sa faute. Pourtant dans les yeux noirs de la guerrière, aucun sentiment n’était visible, juste une sorte de résignation froide et calculée. Elle ne savait pas trop ce qui s’était passé durant son absence, elle entendu quelques bruits un ange qui était apparut, une violente répression contre les rebelles et une cruauté sans commune mesure venant de Onyx. Cela n’était pas vraiment rassurant pour elle, mais son visage, même tiré par la fatigue était serein. Non en vérité la seule chose qui la hantait vraiment était ce trou de mémoire.

Sayuri vit passer devant elle un homme portant un sac en bandouillère et courant vers deux femmes dont une semblait en mauvais état, elle vit un docteur fermait les yeux d’un mort, une petite fille rire en voyant son père faire une grimace, les embrassades de deux jeunes gens venant de se retrouver. La vie et la mort se côtoyaient étrangement dans cet endroit, l’espionne s’y sentait étrangement à l’aise, elle qui n’avait pas de chez elle, elle qui n’avait pas de famille …

« Sayuri que fais tu ici ? »

Un jeune garde de la mine de sable qui l’observait depuis un moment venait l’aborder avec une mine sombre.

« Le seigneur Grenat t’avait pourtant donner une mission à ce qui me semble … encore en train de tirer au flan hein ? »

L’espionne redressa la tête vers l’homme qui avait au moins une tête de plus qu’elle et lui dit d’une voie sèche :

« Idiot. »

Le soldat, surprit de cette réaction mit un moment à réagir et s’exclama soudain en s’avançant d’un air menaçant vers la jeune guerrière :

« Comment oses tu espèce de **** ! Ne te crois pas supérieure, tu n’es qu’une espionne. Une petite espionne facilement remplaçable.
_ Tout comme toi. Et évite de crier sur les toits des informations confidentielles je te prie … Maître Onyx risquerait de ne pas apprécier. Quand à ma présence ici, elle ne te regarde pas. Alors passe ton chemin et fait comme si tu ne m’avais pas vue. Compris ? »

D’un geste provocateur, elle porta son doigt à sa tête et la tapota deux fois, soutenant le regard du garde qui ne savait pas trop quoi dire. Finalement il prit la bonne décision et se retira, feignant de devoir aller s’occuper d’une petite dispute qui venait d’éclater entre deux hommes. Mais avant il murmura à l’intention de Sayuri :

« On se retrouvera.
_Oue c’est ça. »

L’espionne regarda l’homme s’éloigner et s’accouda de nouveau au mur, attendant sagement Onyx. Elle avait l’habitude de ce genre de réaction au sein de l’armée … elle n’était guère aimé par les autres soldats, de par son statut de femme mais aussi d’espionne. Et puis il fallait dire que la guerrière n’hésitait jamais à envoyer quelques piques moqueuses à ces tas de muscles qui se croyaient au dessus de tout. Le fait qu’elle ait refusé les avances de ce soldat il fut un temps devait aussi jouer dans sa réaction. Enfin ce n’était qu’un petit incident sans réel intérêt que Sayuri eut vite fait d’oublier, se replongeant dans son attente et sa réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   22.03.08 17:34

[ 10 avril / Matin / Refuge ]

Calintz rigola intérieurement aux paroles de son mai, il n’avait pas changé. Toujours ces longs discours qui avaient pour but de remonter le moral au jeune prince et de lui faire entendre raison. Toujours cette sagesse venue dont ne sait ou pour son jeune âge. Calintz écoutait ces paroles mais il se sentait comme en opposition avec la philosophie du jeune homme. Le prince ne savait pas si lui, il serait prêt à donner sa vie pour sauver quelqu’un. Est-ce que le moment venu, il ferait ce geste fatidique de prendre la place d’une personne dans la mort ? Il ne releva pas le fait que son décès aurait put causer beaucoup de chagrin car il ne voyait pas vraiment à qui il pourrait manquer. Certainement pas à sa famille qui le voyait comme un pariât, et il n’avait aucun hormis Alex, mais celui-ci était trop fort et fier pour ressentir du chagrin, c’était du moins ce que pensait Calintz.

Du noir … et du blanc, pour lui c’était clair, des êtres comme Onyx ou Xyno étaient totalement noir, comment pouvait il y avoir une once de lumière chez eux, alors qu’ils avaient fait coulé tant de sang inutilement.

« Toujours le même Sloth, tu sais maintenant, je crois qu’on se connais suffisamment pour que tu me tutoie. En plus je ne suis plus le prince, je suis un simple homme. Alors arrête les titres et faisons comme si nous étions de simples amis. »

Calintz s’affola lorsque Sloth eut une grimace de douleur. Il était prêt à aller chercher un médecin dans la panique lorsque le jeune homme lui passa une main dans ces cheveux. C’était à lui d’être surprit par ce geste. Néanmoins il se laissa faire, fermant les yeux pour ne pas laisser passer les larmes qui montaient en lui sans qu’il ne sache pourquoi ? Une sensation familière et si lointaine venait de s’imposer en lui et un sentiment d’infinie tristesse s’était emparé de son esprit… un sentiment qui ne lui appartenait pas ou plus… comme s’il avait touché une autre personne que lui.
L’impression d’être une fois de plus faible habitait son esprit sans pourtant le déranger, il se sentait en sécurité entre les mains de Sloth, comme si rien ne pouvait l’atteindre ici, ni Onyx, ni Xyno, ni la misère du monde, et même pas la voie.

Le diagnostic du médecin n’était pour le moins pas très encourageant. Calintz détestait l’évocation que faisait Sloth de Onyx, comme si il y avait de la pitié ou de la compréhension dans la voie de son ami. Comment pouvait on comprendre l’incompréhensible ? Le comportement monstrueux de Onyx était au-delà de ce qu’avait put imaginer Calintz de l’horreur du monde.

« Onyx apporte toujours le malheur ou il passe, et si tu ne l’as pas encore vue, tu le verras forcément en restant à ces côtés. Je ne veux pas devenir comme lui, je ne veux rien avoir à faire avec lui, mais le fait qu’il soit Abis m’en empêche. Il sera toujours dans ma route et je serais toujours sur la sienne …
Pour les simples hommes comme moi, nous ne sommes pas maître de notre destin. Les abis, les êtres divins, les forts de ce monde dirigent nos vies et s’en amusent comme on s’amuse d’une marionnette. Tu trouveras mes paroles peut être défaitistes mais certaines rencontres que j’ai faites m’ont permit d’en venir à cette conclusion. Pour la première fois de ma vie, j’ai entraperçu mon monde, l’espoir qu’il change est bien mince. »


Calintz avait gardé les yeux fermés, il appréciait la caresse régulière de la main de Sloth dans ses cheveux.

" Ne m'a pas dit quoi ? Il faut dire que cela fait deux jours que j'ai dormis profondément sans mettre réveiller une seule fois alors non Onyx n'est pas venu me voir je crois même qu'il ignore totalement ma présence ici. Mais qu'est ce qu'il aurait du m'annoncer? "

Finalement le prince entrouvrit les yeux surprit. Il aurait crut que Onyx serait venue sa « chose », son jouet et qu’il lui aurait confié ce qui s’était passé, mais après tout il avait tellement d’objet de divertissement à sa disposition : des vies, des jouets, Alfred …
Un soupir de soulagement s’échappa de sa bouche.

« Je ne sais pas comment tu voyais mon rapport avec Onyx, d’ailleurs, il n’y a jamais eu de rapport autre que physique entre nous, mais … j’ai décidé d’ouvrir les yeux, enfin … je ne sais pas ce qui m’y a décidé, mais je suis libre désormais. Je le hais plus que tout au monde. Je ne laisserais plus jamais mettre la main sur moi, me toucher. »


Il baissa la tête, son corps entier tremblait sous l’évocation des souvenirs avec son frère.

« Désolée … j’avais oublié, tu es son jouet, tu dois l’aimer, ou du moins l’apprécier. Je ne te demande de partager mon point de vue ou de prendre partit entre nous deux, seulement de ne rien lui dire sur ma venue ici. Tu me le promets ? »

Lorsqu’il se redressa, ces yeux étaient humides et il regardait avec intensité Sloth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sloth
Musicien - Fils de Lucifer
Musicien - Fils de Lucifer
avatar

Masculin
Nombre de messages : 441
Age : 29
Date d'inscription : 28/10/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance:
Age:

MessageSujet: Re: 10 avril   23.03.08 0:31

« Toujours le même Sloth, tu sais maintenant, je crois qu’on se connais suffisamment pour que tu me tutoie. En plus je ne suis plus le prince, je suis un simple homme. Alors arrête les titres et faisons comme si nous étions de simples amis. »

Les nouvelles que Calintz venait de lui apprendre surprirent quelqu peu Sloth qui se rendit compte que durant son sommeil beaucoups de choses semblaient s'être passées. Ainsi Calintz n'était plus prince ? Comment cela était arrivé? Bah le jeune magicien saurait cela en temps et en heure car déja son demi-frère commençait à lui répondre avec énergie sur sa vision qu'il avait d'Onyx

« Onyx apporte toujours le malheur ou il passe, et si tu ne l’as pas encore vue, tu le verras forcément en restant à ces côtés. Je ne veux pas devenir comme lui, je ne veux rien avoir à faire avec lui, mais le fait qu’il soit Abis m’en empêche. Il sera toujours dans ma route et je serais toujours sur la sienne …
Pour les simples hommes comme moi, nous ne sommes pas maître de notre destin. Les abis, les êtres divins, les forts de ce monde dirigent nos vies et s’en amusent comme on s’amuse d’une marionnette. Tu trouveras mes paroles peut être défaitistes mais certaines rencontres que j’ai faites m’ont permit d’en venir à cette conclusion. Pour la première fois de ma vie, j’ai entraperçu mon monde, l’espoir qu’il change est bien mince. »


Cette réponse apporta une image de tristesse sur le visage du jeune homme car il se rendait compte que Calintz n'observait qu'une partie de son frère, la face dure et glacée qu'il était constament forcé de montrer . Les êtres divins...Voila quelque chose qui enfonca un peu plus le pieux déja planté dans le coeur de Sloth par son interlocuteur mais comment lui dire qui il était exactement. Non, il ne devra jamais le savoir mais posant deux de ses doigts sur les lèvres de ce dernier Sloth d'une voix calme et sereine lui répondit

"Oui tu as raison je suis toujours le même Calintz, un internel optimiste qui voit dans toute personne une part de lumière même minuscule. Pourtant et bien que je ne partage pas les actes d'Onyx toi et moi ne pouvons imaginer le rôle et les fonctions de ce dernier. De nos jours malheureusement la seule façons pour que le peuple reste calme s'est qu'il soit plongé dans la crainte. Je sais mes propos son froid et sans vie ce qui normalement est tout le contraire de ce que je dit . Toutefois il ne faut pas accabler une personne si l'on ne connaît pas toute son histoire, même pour toi Calintz, tu étais proche d'Onyx mais pour ta sécurité je suis sur qu'il a passé bon nombre d'acte sous silence. Le malheur condamne tous les Abis . Nous serons toujours sur sa route car nous sommes proches de lui , toi en temps que frère même aprés les difficulté et moi ... en temps que jouet, un simple jouet"

Sloth avait hésité avant de terminé sa phrase mais continuant son récit

" Tu ne partageras pas mon opinion et je le sais parfaitement car tu vois en Onyx un monstre qui a tué et tueras probablement encore, demon côté je vois un homme ou plutôt une âme en peine condamnée à errer sur cette terre condamné à diriger un royaume en se faisant craindre . Effectivement tu ne seras jamais comme Onyx et je ne le souhaite à personne , sache également que ton destin se trouve même si tu l'ignores entre tes mains. Une connaissance m'a dit un jour que l'on était chacun maître de son destin, car penser différement , être différent des autres et faire des choix dans la vie se sont des actions qui faconne ta propre destinée..."

Mais déjà Calintz lui donna une réponse à propos de la question qu'il lui avait posé tout à l'heure

« Je ne sais pas comment tu voyais mon rapport avec Onyx, d’ailleurs, il n’y a jamais eu de rapport autre que physique entre nous, mais … j’ai décidé d’ouvrir les yeux, enfin … je ne sais pas ce qui m’y a décidé, mais je suis libre désormais. Je le hais plus que tout au monde. Je ne laisserais plus jamais mettre la main sur moi, me toucher. Désolée … j’avais oublié, tu es son jouet, tu dois l’aimer, ou du moins l’apprécier. Je ne te demande de partager mon point de vue ou de prendre partit entre nous deux, seulement de ne rien lui dire sur ma venue ici. Tu me le promets ? »

" En réalité j'ignorais totalement quel genre de rapport tu avais avec ton frère car il s'agissait de ta vie privée et donc toi seul pouvait en parler aux autres si tu le jugeais utile. Tu dis que tu le hais mais n'oublies pas qu'avant d'avoir hait il faut avoir aimé, c'est cet amour que tu lui portais et que tu lui pore encore inconsciement même si tu le refuse qui te pousse à le hair. Alors écoute, plus tu le hairas et plus cet amour que tu lui portes sera fort, tu dois faire abtraction du passé et aller de l'avant s'en penser à lui , je sais que ce sera dure et que parfois la difficultée en sera grande mais je te garantis que le temps effacera les blessures du passé, certe sa prendre un certain temps comme je te l'ai dit mais rien n'arrive du jour au lendemain... De plus, je suis peut être un jouet comme tu le dis mais rien ne m'oblige à aimer Onyx ou a l'apprécier, aprés tout ce n'est pas lui qui à voulu que je devienne son jouet , ni moi , c'est un garde qui m'ayant vu dans la rue m'a embarqué pour le palais et ma offert comme présent et vulgaire objet à Onyx . Je n'ai pas choisit mon rôle ..."

Le regard de Calintz était embué et intense car il avait demander à Sloth de garder secrète cette entrevue qu'il avait eu avec lui . Le jeune magicien de son côté lui prit alors sa main et la posa sur son coeur tout en lui disant

" Tu sents les battements de mon coeur Calintz? Et bien sache que temps qu'il vivra et même aprés cette discussion y restera à jamais scellé..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
0nyx grenat
Abis de Sunahama
Abis de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1164
Age : 28
Emploi : Abis
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités: Calintz, Lazuli, Annice, Abyssion, Sayuri
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 34 ans 26 ans physiquement

MessageSujet: Re: 10 avril   23.03.08 19:20

[ 10 avril / Fin De Matinée / Refuge ]

[poste annice onyx]

Ça devenait ridicule, pourquoi après l’avoir fais souffrir il désirait tant la voir. Onyx lui-même avait eu le cœur serré quand Annice c’était présentait devant lui dans cet état. Annice lui avait demandé de l’aide, elle était donc désespérée! Jamais onyx n’aurait imaginé que cette femme si fière d’elle serait descendue aussi bas.
Pourquoi Alfred semblait voir oublié ce qu’il avait fait? Onyx ne le trouvait pas plus stupide que d’habitude, pourtant.
Tout ce ci gêné onyx, il devait se mêlé d’une affaire futile. Il haïssait à ce moment même le reste de ses sentiments humains. Ce genre de chose lui faisait perdre du temps, et son cœur subissait des coups très douloureux.
Après un moment de silence onyx adressa la parole à alfred.

"Tu n’es qu’un crétin! Tu devrais savoir mieux que n’importe qui, comment réagit Annice quand elle veut te protéger, contre quelque chose qui ne fera que te rendre fou!"

Onyx était calme, froid, ce n’était pas une dispute habituelle. Onyx savait qu’il y avait sûrement quelque chose qui clochait. Et Annice semblait avoir mis le doigt dessus ce qui lui a valut cette douloureuse punition.

"Alfred! Tu es pitoyable tu as battu Annice à mort et humilier en faisait d’elle ton jouet d’une nuit! Je croyais qu’elle méritait plus que ça venant de toi!"

Alors qu’onyx avait le poing serré, une personne entra en panique dans la chambre.

"_Seigneur grenat! Le capitaine Appolodorose souffre atrocement! Elle vous demande il semblerais que vous soyez le seul a savoir quoi faire pour une douleur au niveau du ventre!
_elle est tout simplement sous le choque calmez la un peu!
_elle demande la pierre de la mine de glace!
_pardon?"

Quelque chose lui revint en mémoire. Une chose qui empêche les Abis de cumuler les pouvoirs: si deux personne contenant le pouvoir propre a sa mis font l’amour, un sort d’auto destruction s’enclenche, détruisant petit à petit tout le corps de l’intérieure. Jusqu’à présent ce n’était que des racontars, mais connaissant dieu cela devait être vrais. Le capitaine n’était d’autre que la descendante de la mine de glace.
Il devait sûrement se passer quelque chose en elle. Même si c’était Azeleen sa sœur qui avait le pouvoir, celui-ci aurait pu se transmettre ou quelque chose du genre.
Enfin résulta des courses, onyx ne savait pas contre quoi il allait lutter et ça l’énervait. Il avait très franchement envie de tous les laissés tomber. De plus était ce vraiment judicieux de se mêler de cette affaire?
Finalement onyx prit sa décision.

"_Va prévenir le capitaine que j’arrive d’ici peu. Demande à quelqu’un de confiance sachant utiliser la médecine de venir me voire toute suite.
_bien Abis Grenat!"

L’homme partie très vite. Onyx regarda Alfred. Étrange que celui-ci n’ait pas encore le symptôme peu être que la faiblesse physique d’Annice les a fait apparaître plus vite.

_______________________________________________________________________________



Pendant ce temps Annice tentait de surmonter sa douleur mais c’était tellement douloureux. Elle allait mourir, aussi misérablement, après avoir été humilier par l’homme à qui elle aurait pu donner sa vie. Annice ai besoin de quelque chose pour lutter, un bute! Elle regarda Lazuli, elle la remercierait convenablement si elle survit. Même les femmes ne la traitaient pas comme l’une d’elle. Et la douceur de cette femme lui réchauffait le cœur, cette chaleur rendant la douleur un peur plus supportable.
Un homme entra dans la chambre.

"_capitaine Appolodoros! Le seigneur grenat est occupé pour le moment, il ne peut venir sur le champ. Mais l’assistant d’un médecin va chercher pour vous le remède à vos douleurs.
_il… faut…. Plus vite… seign… Rod…ric va … mourir…
_pour le moment allongez vous calmement."

Plusieurs personnes l’entourèrent et l’allongèrent sur le lit. Elle avait peur de perdre le contrôle, peur de tellement de chose en faite. Elle en voulait plus mourir!

"_haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa"

La douleur la torturait, elle ne pouvait plus. Que devait elle pensait il y avait tellement de chose dans sa tête.

"_haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa"

Personne n’arrivait à la calmer. Annice elle-même ne comprenait plus rien.

_______________________________________________________________________________



Au même moment onyx tentait de gérer la situation du mieux qu’il pouvait.

"Alfred avant tout tu va prendre ça!"

Il lui tendit une pierre.

"Dépêche toi! Comme tu sembles l’avoir oublié la nuit dernier Annice et la descendant la plus directe de la mine de glace! Elle à sûrement un héritage qui à ce moment bien précis et entrain de la tuer, par ta faute. Deux Abis ne peuvent se reproduire! "

Onyx avait dit cette dernière phrase en criant. Alfred en bon Abis devrait savoir ça. Quand on a le rôle d’Abis on ne couche pas avec un autre. Mettre sa vie en danger et celle d’an pour une dispute stupide: sur la vie et la mort d’un frère.
Non, il n’avait pas envie d’en savoir plus. Enfin un jeune homme dont le visage était cachait entra. Onyx lui tendit une pierre.

"donne la au capitaine. Elle doit être entrain de souffrir à l’heure qui l’est! Et conduit cet imbécile prêt d’elle!"

Onyx quitta la chambre il devait aller se changer les idées, n’importe ou mais pas prêt d’Annice et encore moins d’Alfred.
Finalement il se fit oublier un instant dans un coin du refuge. Il se laissa tomber contre un mur. Sa tête son cœur le faisait souffrir. Il avait envie d’éteindre sa conscience pour enfin se reposer. L’’impuissance face au sentiment était quelque chose qu’onyx ne pouvait supportait.

"_seigneur grenat, vous allez bien?
_oui oui!
_une pesionne du nom de sayuri est rentré de mission bien trop rapidement, c'est louche!
_Va voir là bas si j'y suis!
_mais, seigneur!
_je ne suis pas d'humeur pour ce genre de bêtises! alors laissez moi ou je devrais tefaire taire."

l'homme partie sans en demander plus.

_________________


On aime tellement toutes les choses nouvelles qu'on a même quelque plaisir secret par la vue des plus tristes et des plus terribles événements, à cause de leur nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tcim.livejournal.com/
Calintz
Noble - Demi Frère de Onyx
Noble - Demi Frère de Onyx
avatar

Masculin
Nombre de messages : 708
Emploi : Noble (toutou de Onyx)
Date d'inscription : 28/08/2006

Identité
Affinités: Onyx, Alex, Sloth, Lazuli, Aga
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 10 avril   23.03.08 22:12

[ 10 avril / Fin De Matinée / Refuge ]


Le jeune prince se sentit soudain en danger … Sloth croyait en Onyx … Sloth voulait garder Onyx comme abis … Sloth n’était pas dérangé par l’odeur pestilentielle qui s’élevait des bûchers dresser par Onyx. Instinctivement il commença à se reculer doucement, restant au sol. Il avait peur des paroles de son ami, il ne voulait pas entendre son discours et ses arguments, il voulait fuir tout ce que lui disait cet homme : la Voie lui disait de fuir ! Il rentra alors dans un sorte d’hystérie dut à tous ses sentiments contradictoires.

« Ne lui dis jamais rien ! Ne lui dis jamais que je veux le tuer ! Sloth sache que jamais je ne l’ai aimé ! Tu crois peut être que lorsque je traînais derrière lui comme un chien j’étais heureux mais NON ! Tu crois que lorsqu’il m’abusait pour oublier son chagrin avec Gaïa je prenais du plaisir ! Est-ce que tu crois vraiment que je l’ai aimé alors qu’il ne m’a jamais vu que comme un objet, un vulgaire objet ! Je me fous qu’il soit abis en fait … »

Des larmes s’étaient mises à couler sur ses joues alors qu’il se relevait déjà.

« Je ne veux rien oublier tu comprends ! Je ne veux pas oublier la douleur des brûlures, je veux tout garder en mémoire pour lui faire payer ce qu’il m’a fait ! Et même si je dois mourir pour cela, il payera, je te le jure ! Toi qui est son jouet, j’aurais crut que tu m’ais compris … mais il est ainsi, les gens sont irrémédiablement attiré vers lui. J’ai peur tu sais … je suis seul … mais au moins je suis libre. Tu crois que j’ai le droit de vivre moi ? De vivre ma vie sans lui … Non, je ne peux et je ne veux pas d’ailleurs ! »

Les paroles de Calintz devenaient de plus en plus incohérente. Il ne laissait pas le temps à son ami de lui répondre emporté par ses sentiments …

« Je suis désole Sloth, je vais partir … on n’est pas dans le même camp mais tu restes mon ami …alors s’il te plait, ne m’oublie pas … Pardonne moi. Je ne suis pas à la hauteur. Rétablie toi bien … pardon. »

Calintz essuya d’un revers de la manche les larmes qui coulaient toujours le long de son visage et d’un pas rapide il sortit de la pièce en fermant la porte derrière lui. Il se mit à courir dans les couloirs, il ne savait plus quoi penser. Il avait l’impression de devenir fou … de perdre sa raison et ses souvenirs, il n’arrivait plus à se contrôler et il en venait même à devenir violent et désagréable.

Il s’obligea à s’arrêter et à respirer un grand coup pour retrouver un peu de sérénité. Que lui avait il prit de parler ainsi à Sloth … il ne lui avait rien fait. Un sentiment de mal aise s’était emparé du jeune prince, il se sentait suffoqué, emprisonné dans un tourbillon qui le dépassait, entraîné contre son gré par des courants trop forts.
Il commença à marcher dans le refuge sans vraiment savoir où il allait et ce qu’il allait faire.

Soudain il se figea, au bout du couloir il reconnut la chevelure blanchâtre de son frère. Il resta interdit, son sang battait à ces tempes. Non il ne devait pas le voir, pas maintenant. Un élan de haine renversa ses pensées. Rien de comptait à présent à part faire souffrir Onyx. Ses yeux étaient devenus rouges, comme ceux de son frère. Il s’avança en serrant les poings. Lorsqu’il fut à moins de deux mètres de lui, il se stoppa et lança d’un ton narquois :

« Hey Onyx, comme on se retrouve. »

Il s’approcha encore plus et sans laisser son frère répliquer quoi que ce soit, il lui mit un coup de pied dans le ventre.

« Dis moi tu as mauvaise mine, frérot. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
0nyx grenat
Abis de Sunahama
Abis de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1164
Age : 28
Emploi : Abis
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités: Calintz, Lazuli, Annice, Abyssion, Sayuri
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 34 ans 26 ans physiquement

MessageSujet: Re: 10 avril   23.03.08 23:08

[ 10 avril / Fin De Matinée / Refuge ]


Ce fut un coup violent, qui ramena onyx dans e monde des vivants. Ou il était durant quelque minutes, lui même l'ignorait? Son esprit avait comme quitté son corps pour vagabonder. Mais ce moment de flottement c'était fini dans la douleur.
Qui avait osé lui porte un coup, avec une telle force? Onyx reprit ses esprit et le va la tête, c’était Calintz que faisait il encore ici? Le collier devait faire effet! Onyx était surprit mais trop mal dans sa peau pour montrer la moindre surprise ou douleur.
Son cœur n’avait pas oublié Calintz cette retrouvaille lui faisait mal, car cette fois il était le seul à aimer. Il n’avait pas encore eu le temps de l’oublier.
Alors qu’onyx restait silencieux et ne répondait pas a Calintz il se stoppa sur els yeux de celui-ci. Des yeux rouges sang comme les siens. Onyx se leva d’un coup et regarda le frère dans les yeux.
Les enfant de la famille grenat avait tous les yeux rouge ceux qui trahissait tout la haine de cette famille. L’âme même des nouveaux était tachée de sang, enfin c’Est-ce que disait les nobles.
Onyx eu un frisson de frayeur quand il vit a travers câlins et ses yeux rouge, leur père. Il était là dans son frère!
Non ce n’était pas possible, il l’avait tué. Onyx se ressaisit, tentant d’oublier sa vision, mais aussi oublier Annice et alfred. Il devait vite fermer son cœur pour que personne ne le brise. Il devait se débarrasser de ces sentiments gênants.

"Encore là! Je crois que tu viens de battre ton record! Une journée sans moi et tu es toujours vivant! Bravo!"

Il devait le repousser le plus loin possible.
Onyx souffrait atrocement de voir son frère le haïr, mais c’était la règle du jeu. Ce qu’il aurait aimé c’est que celui-ci ne vienne plus le voir. D’ailleurs pourquoi Calintz revenait? Le collier ne suffisait il pas?
Onyx se colla contre le mur pour ne pas avoir des vertiges. Se laissé entraîner pas la haine était quelque chose d’effrayant.
Finalement onyx releva les yeux. Il avait un bute, éloigne ce frère de sa personne et c’est tout.

"Je tu suis chassé, tu n’es plus mon frère! Et pourtant tu reviens a moi en m’appelant frérot! Tu es pathétique! Tu n’es même pas capable de me haïr correctement il faut aussi que je te tienne la main pour ça?"

Onyx se redressa. Il avança vers Calintz et se mis à quelque centimètre de lui.

"Je ne veux plus te voir! Je veux que tu partes loin! Tu me hais, alors tu n’as rien à faire ici! A moins que tu es besoin que je te repousse sans cesse?"

Onyx devait provoquer Calintz pour que celui-ci ne vienne plus jamais le voir, c’était la seule solution.

"A moins que tu veuille encore que je t’humilie, comme un simple jouet?"

Chaque mot devenait tranchant comme des lames pour celui qui les prononçait il souffrait, de dire ces choses, juste par ce que le Calintz qu’il avait priver de son amour pour lui, le pensait. La maintenant il avait envie de l’enlacer.
Onyx avait conscience que son amour a lui disparaîtrait si Calintz lui faisait horriblement mal au cœur. Mais jamais il n’allait exposer le peu de cœur qui lui restait.
Il prit une décision qui lui donnait envie de pleurer comme un enfant. Il prit ce Calintz étranger dans les bras.

"Tu as besoin de vengeance n’est-ce pas? Tu me hais pour ce que je t’es fais subir! Mais ne devrais tu pas te haïr d’avoir toujours était aussi faible? Tu ne pourras me blâmer que quand tu seras en mesure de me tuer!"

La voie d’onyx restait neutre. Il savait ne plus faire confiance à son cœur. Seul l’Abis avait le droit de parler à présent.

"Par Calintz! Tu ne m’apportes plus rien!"

Son cœur souffrait et mourrait petit à petit. Il allait y arriver. Il ne manquait plus que Calintz joue le jeu. Et dans l’état actuel des choses il allait faire exactement ce que onyx voulait.

_________________


On aime tellement toutes les choses nouvelles qu'on a même quelque plaisir secret par la vue des plus tristes et des plus terribles événements, à cause de leur nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tcim.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 10 avril   

Revenir en haut Aller en bas
 
10 avril
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Topic Unique] Lyon 6, 7, 8, 9 & 10 Avril 2011
» [Musical] Hairspray à Paris en avril 2011
» Convention Tim Burton (23 au 25 avril 2011)
» [Topic Unique] Rennes 14, 15, 16 & 17 avril 2011
» La journée du 5 avril ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kunshu :: Mines de Pierre plus couramment appelé: Shin-sai :: La Ville-
Sauter vers: