Kunshu



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 8 avril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: 8 avril   17.09.07 19:24

[8 avril/ petit matin /vers l'appartement de sheythan]

Agapanthe avait dormit toute la nuit. La douleur qu'il avait ressentait la veille avait puisé toutes ses batteries.
Il se réveilla dans une totale confusion. Alors qui n’en comprenait pas ce qui se passait le sol trembla sous lui. Mais il se passait quoi? Alors qui chercher à comprendre pourquoi, les évènements de la nuit dernière lui revinrent en mémoire, ce qui lui fit froid dans le dos.
Que ce passait il qu'elle était le rôle de sa maîtresse dans ces évènements?
Alors qu'il tentait dé démêler les ne que faisait son esprit les secousses s'accentuèrent. Agapanthe ne savait pas comment agir, il n'avait jamais vécus de chose aussi effrayant (pourtant il a vu la mort en face).
Alors qu'il commençait à tenir debout, la montagne fit un bruit monstre qui glaça le sang de agapanthe.
Il avait les yeux fixés sur la montagne, alors qu'il était encore confus une secousse terrible le fit tomber au sol. Et à ce moment il entendit des cris. C’était sûrement les nobles qui étaient pris de panique.
Agapanthe eu alors une pensé pour sheythan, ce noble insupportable, mais qui l'avait accepter à son service. Grand dilemme pour notre petit domestique. Devait il agir pour le protéger au cas où, ou le laisser se débrouiller et même peut être y laisser la vie?
Agapanthe se leva une nouvelle fois. Malgré sa fatigue il devait retrouver sheythan, le faire sortir du château et le mettre en lieu sur.
Il commençait déjà à avoir des blessés, le château e la mine de pierre n'allait pas tenir longtemps si ça continuait comme ça.
Agapanthe était paniqué le sang avait commencé a couler. Mais qui avait déclencher quelque chose d'aussi violemment.

*_je t'interdis de mourir idiot!
_maitresse?_agapanthe du ne dois pas mourir, met ton corps à l'abri
_je dois protéger mon maître
_c'est moi ton maître!
_laissez moi sauver au moins lui.
_si tu meurt je te tue.*

Depuis que chica était revenu agapanthe avait beaucoup moins de liberté. Mais il devait sauver sheythan, au moins pour se donner bonne conscience.
Alors qu’il était dans les couloirs et qu’il devait se tenir au mur pour en pas tombé il recroisa le domestique qui l’avait presque condamner au fouet. Il était là à fuir sans son maître.

«_ Agapanthe que fais tu ici, il faut sortir du château?
_ou est le maître?
_je ne sais pas! Si il meurt on sera libre, c’est pas ce que tu veux?
_tu n’as vraiment rien comprit, imbécile.. »

Alors qu’il allait lui mettre un baffe une poutre se cassa et tomba sur le domestique le sang gicla sur agapanthe. Finalement le hasard, l’avait punit. Agapanthe devait continuer son chemin et trouver sheythan, il savait qu’il était fort. Mais il avait besoin d’être sur que celui-ci était en vie, et en sécurité. Il ne se posait pas la question pourquoi? Il savait qu’il devait le faire, même si cet homme était vraiment insupportable.
Revenir en haut Aller en bas
Alfred
Abis de Shin-sai
Abis de Shin-sai
avatar

Masculin
Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 20

MessageSujet: Re: 8 avril   17.09.07 22:53

[8avril/appartement annice]

Alfred courrait comme un dératé. A toutes les personnes qu'il croisait, il ordonnait de sortir du château le plus vite possible. Il avait dû donner plus d'ordre en une heure qu'en une semaine entière.
Le château tremblait toujours, de plus en plus violemment. Et il n'y pouvait toujours rien.
Si Onyx y est pour quelque chose, je le TUE ! se jura t'il (en espérant qu'Onyx y soit effectivement pour quelque chose, histoire de se donner une excuse).
Des pans du plafond se détâchait lentement et atterissait lourdement au sol. Mais c'était plus le mobilier et les décorations que le tremblement envoyait au sol.
Il dérapa devant la chambre d'Annice et en frappa la porte.
Pourvu qu'elle soit là, implora t'il mentalement : le mieux serait qu'elle soit déjà en sécurité à l'exterieur. Mais s'il ne la trouvait pas, il lui faudrait la chercher dans le château pour être sûr.
Il ne pouvait pas prendre le risque de la perdre.

"Annice!"

Elle était allongée.
Le soulagement qu'il avait ressenti en la voyant se volatisa en remarquant son état.

"Annice, il faut évacuer!" dit t'il en se rapprochant d'elle, lui posant la main sur l'épaule : "Tu m'entends?! Viens, il faut sortir ! Je vais t'aider, attends..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annice Appolodoros
Capitaine de Shin-sai
Capitaine de Shin-sai
avatar

Féminin
Nombre de messages : 376
Age : 28
Emploi : capitaine
Date d'inscription : 28/06/2006

Identité
Affinités: Alfred, Alex, Onyx, Mel
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   17.09.07 23:09

[8 avril/appartement annice]

anncie avait passé une très mauvaise, nuit, même si la doulheur c'était apaisé, et qu'elle avait reprit une attitude a peut pret normale, elle était exténué. elle avait qu'alex en tête, sa disparition l'a hanté, elle devait pensait a changer d'aire, mais c'était imposible. son coeur lui refusait une tel chose. mais la souffrance qu'un simposait était encore pire que la mort.
elle finit par fermer les yeux, et put dormir quelque heures, rechargent que très peux ses batteries.
alors qu'elle dormait, un bruit sourd la sortit de son sommeil. elle se redressa avec difficulté, que ce passait il?
le sol commençait à trembler.

*seigneur roderic!*

il n'y avait qu'a demander, et le voila arriver criant encore son nom. il avait l'aire paniquer. ce qui en changer pas vraiment à d'habitude. mais cette fois si annice comprenait son inquiettude enfin elle croyait.

"mon seigneur je peux marchez, et vous devez vous inquitter pour votre sécuritez. pourquoi vous êtes ici? sortez totue suite."

annice se leva elle devait mettre alfred en lieu sur. elle avait un peu de mal mais c'était son devoir. sa main droite était toujours bleuté et froide, elle savait qu'a partir d'aujourd'hui elle allait devoir vivre avec ça.

"attendez si ce n'est aps vous qui faite trembler le sol... c'est qui?"

_________________


je vous hais autant que je vous aime!(alfred/ alex)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Abis de Shin-sai
Abis de Shin-sai
avatar

Masculin
Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 20

MessageSujet: Re: 8 avril   17.09.07 23:23

"mon seigneur je peux marcher, et vous devez vous inquiéter pour votre sécurité. Pourquoi vous êtes ici? Sortez tout de suite."

"Je suis venu te chercher" expliqua t'il rapidement -l'heure n'était pas vraiment à savoir s'il avait bien fait ou pas : elle lui ferait un sermon une fois qu'ils seraient sortis.

Il lui jeta un regard inquiet quand elle se leva (est-ce qu'elle allait tenir le coup? Elle n'avait vraiment pas l'air bien), mais ne tenta rien, certain que l'honneur d'Annice le prendrait mal.

"attendez si ce n'est pas vous qui faites trembler le sol... c'est qui?"
"Je penche pour Onyx" dit t'il avec dégoût "On s'est disputé hier -oui je sais, pardon- et je me suis évanoui juste après, et depuis... Enfin, sortons, je t'expliquerais en chemin!"

Il saisit l'épée d'Annice et la passa en bandouillère sur son dos (vu son état, c'était déjà un miracle qu'elle supporte son propre poids).
Il voulut lui attraper la main pour la tirer, mais bloquant en voyant la peau bleue. Il fronça les sourcils, et attrapa son autre main.

"Viens, dépêchez-nous avant que le plafond nous tombe dessus!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annice Appolodoros
Capitaine de Shin-sai
Capitaine de Shin-sai
avatar

Féminin
Nombre de messages : 376
Age : 28
Emploi : capitaine
Date d'inscription : 28/06/2006

Identité
Affinités: Alfred, Alex, Onyx, Mel
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   18.09.07 18:09

[8 avril/appartement Annice]

Il était venue la chercher... et puis quoi encore! Mais vraiment cet abis avait des problèmes de notion de base.

"Me chercher!"

La phrase qui suivit la fit craquer alors que ça faisait que quelque minute qu'il était là.

"Mon seigneur vous avez encore répondu à ses provocations? Mais quand allez arrêter tout les deux!"

Annice se stoppa une nouvelle fois dans ses mouvements

"Mon seigneur c'est vous qui avez le pouvoir de la terre onyx c'est l'eau. Si il aurait voulu vous nuire il aurait fait un ra de maré."

Cette pensé lui fit froid dans le dos. Sont moment d'inattention lui fallu un étonnement quand Alfred l’attrapa par la main. Elle vit alors son épée.

"Mon seigneur vous inversez les rôles encore une fois. Je vais m'occuper de faire évacuer la grande personnalité de la mine."

Annice avait légèrement plus de réflexe que Alfred voyant une poutre dangereuse elle tira Alfred contre, l'épée qu'avait Alfred dans le dos lui blessé la poitrine.
La poutre tomba une un domestique le sang gicla Annice cacha les yeux de Alfred avec son autre main bleu.
Le sol tremblait de plus en plus Annice, avait du ma a garder son équilibre dans cet état.
Les pierres commençaient à tomber. Mais que ce passait il enfin? Pourquoi les éléments se déchaîner?

"Mon seigneur, je ne suis pas en mesure d'assurer votre protection si nous passons par là. Il va falloir sauter."

Annice attrapa Alfred sans lui laisser voire qu'elle était blessé et qu'il commençait à y avoir des cadavres en grand nombre. Elle le fit regarder par la fenêtre.

"On va descendre par là."

_________________


je vous hais autant que je vous aime!(alfred/ alex)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Abis de Shin-sai
Abis de Shin-sai
avatar

Masculin
Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 20

MessageSujet: Re: 8 avril   18.09.07 23:19

[8 avril/appartement Annice]

"Mon seigneur vous inversez les rôles encore une fois. Je vais m'occuper de faire évacuer la grande personnalité de la mine."

Alfred sourit. Sans aucune joie.
Il n'eut pas le temps de répliquer qu'il sentit deux mains l'aggriper et le tirer en arrière. Un cri étouffé et les doigts d'Annice contre ses paupières. Il resta figé quelques secondes, aveugle.

"Mon seigneur, je ne suis pas en mesure d'assurer votre protection si nous passons par là. Il va falloir sauter."

Sauter? Il espérait ne pas comprendre. Il espérait sincèrement ne pas comprendre.
Les doigts quittèrent ses paupières, et il eut juste le temps de voir le cadavre d'u domestique (vision qui lui provoqua un haut le corps) avant qu'Annice ne le force à se retourner.

"On va descendre par là."

Par le vide.
Il jeta un regard consterné à Annice, s'apprêtant d'hors et déjà à répliquer que c'était hors de question lorsque le reste du plafond céda, n'étant plus retenue par la poutre.
Il était impossible de définir lequel avait protégé lequel - mais il ne restait à présent de la chambre que deux mètres carrés : eux et la fenêtre. Le reste menant vers la porte était totalement obstrué.

"... Très bien" concéda t'il, blanc comme un linge "Allons y"

Il inspira fortement et jeta un regard dans le vide. Bordel.

"Tu es blessée..." dit-il. Ce n'était pas un reproche ou une marque de pitié : juste un fait : "Tu ne pourras pas supporter une descente aussi abrupte très longtemps. Je suis incapable de faire marcher mes pouvoirs, alors je ne pourrais pas nous aider... Mais essaye de tenir, ok...?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   19.09.07 18:41

[8 Avril / Trés tôt le matin / Appartement de Xyno]

Que s’était il passé ?
Xyno s’éveillait juste, le soleil était en train de se lever, illuminant la mine de pierre et ses montagnes de ses rayons dorées. L’ange se redressa sur son lit. Il ne fallut pas longtemps pour qu’il se souvienne avec limpidité ce qui s’était passé la veille. La nuit avait été agité pour l’immortel, tout autant que son sommeil peuplé de cauchemars. Son corps portait encore les stigmates de la veille, chacun de ses mouvements lui tiraient une grimace de douleur, ses muscles étaient encore endoloris. Lange prit donc encore quelques minutes de repos dont il profita pour faire le point.

Après la visite de Agapanthe, il avait reçut Calintz, le prince de la mine de sable s’était montré surprit par ses révélations …Après leur entrevue, ou plutôt pendant, Xyno avait entendue une chanson. Il ne l’avait jamais auparavant entendu, pourtant elle lui avait apparut étrangement familière, comme si elle portait un message qu’il connaisait. Il avait voulut s’avoir d’où elle venait, et s’était d’un coup effondré au sol, comme si toute son énergie l’avait abandonné, une douleur sourde avait envahis quelques instants plus tard toutes les parties de son corps sans qu’il ne puisse rien faire pour contenir cette souffrance.
Il devait maintenant à tout prix résoudre ce mystère, de plus il devait aussi s’occuper de Calintz. Les choses commençaient à changer, l’immortel devait tout faire pour que ses changements tournent à son avantage.

Il se leva enfin et alla dans le salon. Il avait dormit tout habillé, Alex n’avait même pas prit la peine de le couvrir. D’ailleurs ou était il celui la ? L’appartement était bien calme, même en ce petit matin. C’est alors que Xyno vit la porte entrebâillée de la chambre d’invitée et il n’eut pas à y entrer pour savoir qu’il ne trouverait personne à l’intérieur. L’ange venait de comprendre ce qui s’était déroulé durant la nuit. Il regarda autour de lui et vit le voleur assis à même le sol dans un coin de la pièce encore en train de dormir. Il s’approcha de lui, il avait l’air en colère.


« ALEX ! Debout ! J’attends des explications ! Je pensais pourtant t’avoir ordonner quelque chose ! »

Sans ménagement, il mit un coup de pied dans le corps du voleur. Mais en disant ses mots l’immortel venait de se rendre compte qu’il n’avait pas formellement interdit au voleur d’aider son ami, enfin il n’avait rien qui allait contre. Dans sa fatigue et sa douleur il avait négligé ses mots. Un sentiment de frustration et d’énervement montait en lui.

Les deux amis avaient profités de sa faiblesse pour que Calintz puisse s’échapper. Alex ne l’avait certainement pas suivit de peur de faire souffrir Annice … mais le voleur était loin de se doutait des conséquences qu’allait avoir son geste, il allait le payer plus cher qu’il ne l’avait imaginé. Ses yeux se faisaient dur. Il était très tôt, mais Xyno se sentait déjà parfaitement réveillé !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annice Appolodoros
Capitaine de Shin-sai
Capitaine de Shin-sai
avatar

Féminin
Nombre de messages : 376
Age : 28
Emploi : capitaine
Date d'inscription : 28/06/2006

Identité
Affinités: Alfred, Alex, Onyx, Mel
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   20.09.07 21:44

[8 avril/appartement Annice -->couloirs -->façade du château]

Annice ne laissa pas Alfred tenter de débattre sur ce qu'ils devaient faire. le temps pressait ils devaient évacuer le château et vite.
Annice ne laissa pas Alfred rouspéter, elle prit son arme et le poussa par la fenêtre le suivant toute suite après. elle fit en sorte qu'elle puisse attraper Alfred pas la main.
il allaient vite et chutaient d'une hauteur qui devait les tuer.
au dernier moment Annice ce saisi de la main d'Alfred et planta son épée dans sur le mure, par chance l'épée se cala entre pierre. le choque fut trop violent pour son bras qui se déboîta. elle devait tenir le cou pour assurer la protection d'alfred.
il ne se trouvaient plus très loin du sol. Annice ne pouvait restait dans cet état, elle regarda combien il restait avant le sol.

"mon seigneur s’il vous plait faite attention a l'atterrissage."

elle décrocha l'épée aggravant l'état de son bras. elle serra fort les dents. il ne devait rester que 3 4 mètres Annice se réceptionna parfaitement. Elle posa son épée sur le sol, sa respiration était rapide, elle avait fait énormément d’effort ces derniers jours. Mais son devoir était protéger alfred.
Une fois au sol ils ressentir les tremblements, qui devenait de plus en plus fort.
Alfred ne contrôlait peu être plus ses pouvoirs. Ça réplique n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Et Annice était inquiète, trop de chose restait dans l’ombre. Elle avait côtoyait assez onyx pour savoir qu’il n’avait pas les moyens de faire ça.

"Mon seigneur vous allez bien. On ne doit pas traîner ici!"

Elle attrapa son bras déboîté et le tira en espérant qu’il se remette de lui-même, se qui se passe dans la plus pas des cas, et c’est-ce qui ce passa, même si il était plus prudent de ne plus le bouger, elle en avait encore besoin pour protéger alfred.

"Mon seigneur!"

C’était à elle de montrer, qu’elle avait ça place dans ce monde d’homme. Elle devait tenir jusqu’au bout. Elle attrapa la main d’Alfred. els vêtement de celui ci était taché de sang de la personne qui avait eprdu la vie devant eux. mais qui leur infligeaient une tel horreure?

"Il faut partir bientôt on en tiendra plus debout. Il faut qu’on trouve un endroit ou vous serez en sécurité."

_________________


je vous hais autant que je vous aime!(alfred/ alex)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Telles
Ex Roi des Voleurs
Ex Roi des Voleurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 606
Emploi : Roi des voleurs
Date d'inscription : 29/08/2006

Identité
Affinités: Annice, Alfred, Calintz
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 23 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   21.09.07 20:50

[8 Avril / Trés tôt le matin / Appartement de Xyno]

Alex avait finit pas trouver le sommeil après plusieurs minutes à ressassé tout ce qui s’était passé durant la journée. Il avait dormit d’un sommeil sans rêve, il était trop fatigué. La voie en colère de Xyno ne lui parvint que lointainement, il cligna des yeux. Qu’est ce que c’était encore tout ce tapage ? Lorsqu’il sentit le pied de l’ange s’enfonçait dans son estomac, il eut le souffle coupé et cette douleur finit de le réveiller. Le voleur surprit resta une minute au sol toussant, la main contre son ventre douloureux. Qu’est ce qui lui prenait à cet ange antipathique de le réveillait de si bonne heure et avec de si mauvaise manière. Il se releva en s’appuyant contre le mur, il avait des cernes sous les yeux, mais il semblait prêt à affronter la punition de l’ange. Alex venait de se rappeler son geste de la veille et sa désobéissance, et le fait de voir Xyno dans un tel état de colère et de rage le rendait plutôt de bonne humeur.

Avoir vu Calintz la veille, et avoir put constater que leur amitié était toujours d’actualité tenait aussi beaucoup dans son comportement plu serein et plus sur de lui.
Un sourire moqueur prit place sur ses lèvres il pouvait enfin jouir, prendre une petite revanche que l’immortel qui lui en avait fait bavé durant plusieurs années.

« Bien le bonjour Xyno, bien dormit ? tu n’as pas l’air très en forme ce matin, tu devrais peut être aller te recoucher, après ton malaise hier, je commence à me faire du soucis pour ta santé … »

Alex n’avait pas oublié la faiblesse de l’immortel la veille, il s’était écroulé d’un coup et avait semblé souffrir. Et au fond de son cœur il n’avait pas put s’empêcher de penser un « Bien fait pour toi ! ». Le voleur regarda pensivement la porte entrebâillé de la chambre des invités, il avait fait le bon choie en aidant Calintz à s’enfuir, il n’avait aucun doute la dessus.

« Tu m’avais ordonner quelque chose ? Ah mais je crois avoir respecté tes volontés, je me suis bien occupé du petit prince … comme tu peux le constaté, il avait besoin de prendre l’air, je l’ai donc sagement guidé vers le sortie. Voyons Xyno ne t’énerves pas comme cela, c’est mauvais pour ta santé … si fragile en ce moment. »

Cela faisait longtemps que l’ex roi des voleurs n’avait pas été si provoquant et si rebelle envers Xyno. Il y avait à peine une journée, il s’enterrait dans un mutisme dont l’avait sortit Calintz grâce à l’espoir qu’il lui avait redonné. Peut être que tout n’était pas perdue et qu’un jour il serait de nouveau libre, libre d’aime de nouveau Annice, au grand jour cette fois ci.

_________________
Blank page. Blank Memory.
A bottomless abyss opens under my feet.
Because you deprived me of my memories.
And in a world or the innocence is next to the blood,
I have no true identity.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   22.09.07 0:52

[8 Avril / tôt le matin / Appartement de Xyno]

Cet air d’arrogance, ce sourire moqueur … vraiment ce matin la Alex avait le don d’énerver Xyno. L’ange se sentait frustré par ce qui arrivait. Il ne savait pas pourquoi, mais quelque chose n’allait pas, il avait changé depuis la nuit dernière … mais en quoi, il n’aurait sut le dire, et cela le frustrait énormément. De plus, voir la porte qui menait à la chambre des invitées entrebâillée lui rappelait comment il avait été trompé par les deux amis, qui avaient profités de sa faiblesse.

Sans avoir donné de signe préalable, gardant son masque de froideur sur son visage, Xyno gifla violemment le voleur. Son air rebelle l’insupportait vraiment, il le préférait en pantin docile.


« Mauvais pour ma santé … vraiment mon cher Alex. Tu me prends pour un idiot ? »

Sa voie se faisait dure, aucune trace de sourire sur ses lèvres. Le soleil se levait, dehors tout était calme, les couloirs ne connaisait aucune agitations ou presque, mise à part les quelques domestiques allant déjà préparé le déjeuner de leur maître. Xyno était vétue d'une simple chemise blanche, entrouverte sur sa poitrine encore bandée, d'un pantalon simple mais élégant. Dans les yeux pétillants d’ors de l’immortel, une rage contenue bouillonnait. A vraie dire il n’en avait pas que contre Alex, mais il était le seul disposé à recevoir son châtiment en cette heure matinale. Le fait d’avoir était aussi faible la veille le mettait hors de lui, alors en plus d’imaginer que son serviteur en ait profité comme il l’avait fait.

« Que crois tu faire maintenant ? Te rebeller, te battre comme aux premiers jours ? Et crois tu vraiment qu’après ce petit écart de conduite, je vais rester neutre, ne pas prendre de disposition… et bien tu te trompes mon cher roi des voleurs. »

L’immortel voulut utiliser ses pouvoirs sur Alex pour lui infliger une nouvelle séance de torture … mais c’est alors qu’il constata que rien ne se passait, tous ses pouvoirs étaient comme bloqués … non à vraie dire c’était comme si ils avaient disparut. L’ange se rendait enfin compte que ce qui lui manquait depuis son réveil, c’était cette partie de lui. Il n’arrivait plus à se servir de ses pouvoirs … devenant aussi vulnérable, du moins physiquement qu’un simple humain.
Tout d’abord une vague de colère l’envahie, et sans dire un mot sur cette découverte il gifla de nouveau Alex avant de lui tourner le dos et d’aller s’asseoir. Il devait réfléchir à tout cela, calmement et posément, analyser ce qui s’était passé la veille et qui avait put entraîner cette perte de pouvoir. Et puis il devait surtout déterminer ce qu’il allait faire aussi vulnérable qu’il l’était à présent.
Du calme et du silence … il avait besoin de calme et de silence !


« BROUMMMMMMMMM »

Xyno avait fermé les yeux … mais il sentit immédiatement la première secousse. Il resta de marbre, ce n’était qu’un simple tremblement de terre comme il y en avait parfois à la mine de pierre, certains provoqués par l’abis. De nouveau une nouvelle secousse et cette fois le vase qu’il avait posé sur une armoire tomba et se brisa dans un bruit de verre cassé. L’ange avait toujours les yeux fermés, essayant de faire abstraction à son environnement pour essayer de trouver la solution à son problème présent. Mais à la troisième secousse quand ce fut carrément l’armoire qui tomba, s’écrasant au sol, Xyno ne put garder son air neutre et impénétrable.

« SILENCCEEEE ! »

L’ange avait crié tellement fort qu’il aurait put réveiller tout les nobles qui habitaient les appartements d’à cotés si ceux-ci n’avaient pas déjà étaient tirés du lit par le tremblement de terre.
L’immortel dut enfin se résoudre à ouvrir les yeux et à se lever lorsque son horloge tomba sur le canapé ou il était assit. Il s’écarta et regarda l’armoire tombée ou il se trouvait quelque seconde plus tôt avec un détachement qui n’avait rien d’humain.
Il commençait à entendre dans les étages le bruit des pas précipités et parfois aussi les derniers cris de nobles ou domestiques, tué par l’effondrement d’une poutre.

Il jeta un regard à Alex.


« Retrouve moi après le tremblement de terre à la ville, devant le café « Chez Nicolle » … ou ce qu’il en restera. » ajouta t’il en jetant un regard au plafond qui commençait déjà à montré des signes de faiblesses.

« … Et c’est un ordre ! »

Même sans ses pouvoirs, le pacte que l’immortel avait passé avec le voleur tenait toujours.
Il ne faisait pas bon rester dans ce salon. Mais sans pouvoir, Xyno se retrouvait aussi démuni que n’importe quel humain, même plus, il avait toujours compté sur ses pouvoirs pour se sortir de situation telle que cela. L’ange aurait voulut crier tout son énervement, mais cela ne servait à rien.

Bon premièrement on pouvait écarter l’idée qu’il se jette de la fenêtre … cale lui ferait une chute de 50 mètres environs … et sans ailes, l’atterrissage risquait d’être brutal (trés brutal ...). Il regarda la porte qui donnait sur le couloir, il entendait déjà de ce coté la, tous les habitants du château se pressaient vers la sortie … Xyno soupira. Se mêler à ces humains était loin d’être à son goût … il se demanda même s’il ne ferait pas mieux d’attendre ici, dans son appartement qui allait certainement être ravagé, la fin du séisme. Mais finalement il opta pour aller dans le couloir et essayer de trouver une sortie. A vraie dire ce tremblement de terre était pour lui plutôt un facteur qui l’empêchait de réfléchir qu’une véritable catastrophe. Il ne paniquait pas à la vue des poutres tombant à ses pieds, écrasant hommes femmes et enfants, mais plutôt à l’idée ne d’avoir plus de pouvoir.

Négligemment, comme par automatisme, il poussa à un moment un enfant pour lui éviter la chute d’une armoire qui aurait dut lui être mortelle. Puis l’ange continua son chemin, l’air toujours aussi tranquille parmi la foule de noble paniqué qui se dirigeait vers un seul point, les escaliers alors que l’immortel allait dans la position inverse : les balcons donnant sur la salle de réception. Il ne s’était même pas rendue compte qu’un enfant le suivait …

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Telles
Ex Roi des Voleurs
Ex Roi des Voleurs
avatar

Masculin
Nombre de messages : 606
Emploi : Roi des voleurs
Date d'inscription : 29/08/2006

Identité
Affinités: Annice, Alfred, Calintz
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 23 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   22.09.07 16:39

[8 Avril / tôt le matin / Appartement de Xyno -> Falaise]

La gifle partit sans qu’il ne put rien faire pour l’éviter, de toute façon sa ne servait à rien d’éviter les coups de Xyno. Alex resta un instant sous le choc de cette subite attaque, il ne s’était pas attendue à cela, redoutant plutôt une douleur autre. Mais bizarrement le retour à cette violence physique lui faisait du bien, il n’avait jamais vraiment accepté l’allure surnaturelle de l’ange, malgré le fait qu’il n’ignore pas sa vraie identité. Et pour lui, doucement l’image de l’élu de Dieu s’était effacée pour laisser la place à l’être qu’était vraiment l’immortel.

Les cheveux de voleur lui retombaient sur les yeux, pourtant Alex continuait à regarder Xyno avec toute sa haine et sa moquerie. Mais ce qui le surprit le plus, c’est qu’après la seconde baffe, que le voleur encaissa comme la première, l’ange alla s’asseoir sans un mot sur le canapé. Alors c’était tout ? Sa punition se résumait t’elle seulement à ça ? Il ne s’en plaignait pas, mais cela le surprenait. Il regardait Xyno stupéfait par son comportement.

D’un air rêveur, il porta sa main à sa joue encore rouge. Seulement deux gifles … Alex trouvait cela bizarre. Et puis à bien y réfléchir la seconde baffe avait plus été une sorte d’exutoire de l’exaspération de l’ange qu’une punition. Non il y avait autre chose sous ses seulement deux gifles. Le voleur regardait le noble sans comprendre … son comportement avait il un lien avec ce qui s’était passé la veille ?

Mais avant qu’il n’ait put réfléchir d’avantage, une première secousse vint le déséquilibré … un tremblement de terre ! Alex essaya de rester debout lors des secousses suivantes, il observait d’un œil Xyno, et lorsque celui-ci cria, visiblement à bout de nerf, un sourire apparut sur son visage. Vraiment il se passait quelque chose de bizarre. Alors que le voleur se tenait au mur pour ne pas tomber, l’ange lui ordonna de le retrouver devant le café qu’il avait l’habitude de fréquenté. Il acquiesça de la tête douloureusement … la liberté lui échappait toujours, mais c’était son choie. Sans attendre de voir ce qu’allait faire Xyno, Alex se dirigea vers la fenêtre.

Devant lui un précipice de 50 mètres, le palais étant construit dans le flan de la falaise, la pente était vertigineuse. Le voleur à cette vue hésita un instant, mais le bruit des pas précipités dans le couloir et dans les étages supérieurs le découragèrent de s’engager dans cette foule qui n’avait qu’un objectif : sauver sa peau !
Avec adresse, il passa par-dessus la rambarde de la fenêtre et posa ses pieds sur une petite corniche. Voila longtemps qu’il n’avait plus pratiqué d’escalade, surtout aussi périlleuse, pourtant il se sentait prêt à relever le défi. Avec l’adresse et la souplesse des voleurs, Alex se dégagea de la fenêtre et commença sa descente lentement. L’important était d’arrivée en bas entier, et non pas de battre un record. Les prises étaient instables et les secousses ballottaient parfois le voleur violemment contre la paroi, menaçant de lui faire lâcher prise. Alex entendait le vent lui sifflait au oreille et s’engouffrer dans ses cheveux, cette sensation lui rappela la liberté qu’il éprouvait lorsqu’il était dans le désert et son cœur sembla revivre sous ce danger.

Avec prudence il continua sa descente.

_________________
Blank page. Blank Memory.
A bottomless abyss opens under my feet.
Because you deprived me of my memories.
And in a world or the innocence is next to the blood,
I have no true identity.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Maître du jeux
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: 8 avril   22.09.07 18:34

PNJ ange Métatron


[8 Avril / tôt le matin / couloire]


Quelle âme si pure, si reconnaissante d'avoir était sauvé, c'est cet enfant que choisi un des anges des plus haut dans la hiérarchie, du ciel. Alors que tout le monde criait paniqué, l'ange apparu aux yeux dés plus sensible ainsi qu'a ceux de xyno. Le petit garçon lui avait permit de localiser l'être qui ne mérité que son méprit. Pour protéger le petit garçon qui l'avait aidé il le prit dans els bras le temps que celui ci reprenne conscience.
C’était bien entendu un être magnifique, remplie de pureté, de légèreté. Il avait un sourire doux quand il regarder cet enfant.
Cet être semblait ne pas être influencé par les évènements qui l'entourait. Il ne touchait pas le sol, ses belles ailes étaient déployées. Il était tellement serin au milieu de ses cris. Les gens avait tellement peur qu'ils étaient incapable de le voire.
Métatron alla ce placer devant xyno doucement.

"Bonjours xyno!"

Il lui sourit tendrement, même si cet ange ne lui inspirait que le méprit. Il avait en lui quelque chose qui l'empêchait d'être aimable avec cet ange déchu. Comment pouvait on trahir à ce point des règles, alors que xyno aurait pu allait loin.

"La justice de dieu est incontestable, et je l'approuve totalement. Tu ne méritais que ça, vivre comme eux, puis ce qu'en faisant cela tu te rapprocher de leur bestialité."

La voix de métraton était très douce, mélodieuse seul xyno pouvait l'entendre. Et ce que ces ange allaient se racontaient devait rester confidentiel d'ou l'invisibilité de métraton pour les être humains.

"Dieu t'a donner un chance de t'excusé, Gaïa et mort par ton manque de vigilance! Et maintenant, tu n'es pas capable d'assumer tes fonctions assez vite. Toi ainsi que ces humains devaient subir la colère de dieu. Du dois te douter quel ange se trouve derrière cette catastrophe!"

Il lui sourit, mais il considérait vraiment cet être comme une sous merde, comment cet ange déchu n'avait pas rejoint lucifer. Xyno avait fait parler de lui là haut, et plus métatron entendait ses actions, plus il avait envie de l'envoyer six pieds sous terre. Mais il gardait en lui un dégoût pour lui.

"Dieu m'envoi pour te donner une punition utile!"

L’être posa l’enfant sur le sol car il venait de se réveiller. Il vérifia que celui-ci n’avait pas sali ses beaux vêtements blancs. Et hélas il y avait une minuscule tache. Il fit comme si il ne l’avait pas vu même si il n’aimait vraiment pas ça.
Il regard alors xyno, il eu finalement un petit rire.

"Une tache n’est rien comparait à ce que tu dois subir, être dans le même corps que cet être qui ne mérite que la mort. Cela doit être dure pour toi. Tu si pitoyable sans tes pouvoirs, ce qui faisait de toi un être proche de dieu n’est plus. Comment peux tu encore vivre avec ces humains! Est-ce vraiment dieu qui te guide ou le trompera tu encore une fois?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   22.09.07 20:17

[8 Avril / tôt le matin / Couloirs]

Xyno marchait déterminé, il regardait l’air calme les nobles et les domestiques se précipitaient dans la direction opposé, il leurs accordait à peine un regard de dénie avant de passer son chemin. Mais à un moment il s’arréta et ferma soudainement les yeux. C’était étrange de voir un homme immobile parmi le flot de gens qui essayaient sans relâche d’atteindre la sortie. Il avait sentit la présence d’un être surnaturel … d’un ange plus précisément et son aura lui était familière.

"Bonjours xyno!"

Toujours cette même voie mielleuse, pleine de sous entendue et d’hypocrisie. L’ange déchu ouvrit les yeux pour voir devant lui son homologue des yeux, resplendissant avec ses ailes d’une blancheur pure, ses habits si finement travaillés. Il n’avait pas changé contrairement à Xyno, toujours le même air de suffisance et de bonté mensongère. Et ce sourire tendre qui dégoûtait au plus profond de lui l’immortel. Non c’était tout cet être qui le dégoûtait, il n’avait plus revue d’ange depuis plusieurs années maintenant, et sa haine envers eux et leurs manières de vivre avaient grandit.

« Bonjour Métatron … cela faisait longtemps … pas assez à mon goût. »

Il lui parlait d’une voie sèche, il jeta un regard à l’enfant dans les bras de l’ange. La foule continuait son exode vers la sortie, des cris déchiraient toujours l’air. Et à travers tout ce tapage, la voie douce de l’ange était le pire des sons pour les oreilles de Xyno.
Il se souvenait de l’archange qui se trouvait face à lui, il n’avait pas perdue ses souvenirs.


"La justice de dieu est incontestable, et je l'approuve totalement. Tu ne méritais que ça, vivre comme eux, puis ce qu'en faisant cela tu te rapprocher de leur bestialité."

« La justice de Dieu … tu y crois encore, j’en déduis donc que rien n’a changé la haut. Toujours autant d’hypocrisie et de sourire cachant les pires sentiments. Vois tu en vivant justement au contact des humains, je me suis rendu compte que Dieu n’avait aucun droit sur moi. Et je préfère ma condition à la tienne, Archange. »

Ce mot la, il l’avait tellement entendu, on lui promettait avant un avenir brillant, une place en tant qu’Archange, une place importante dans le ciel. Mais il avait dérivé du chemin dit conventionnel et ses pairs n’avaient pas apprécié. Métatron avait été un des premiers à le condamner, et sous airs de bon apôtre, de conseiller, et c’était lui qui avait mit fin à le belle idylle de Xyno. C’était lui cet ange quelconque qui avait découvert son secret … un secret qui n’était pas pardonnable.

Le fait de voir le voir, débarqué comme cela, en plein milieu de cette catastrophe et le jour même ou il avait perdue ses pouvoirs ravivaient en lui sa vieille haine pour les anges et pour lui en particulier. Tout cela était lié, cela ne faisait aucun doute. Et cela ne faisait que faire grandir la rage que contenait pour le moment l’être déchu.
Lorsqu’il lui parla de Gaïa, de sa mort avec un tel détachement, Xyno crut s’emporter … mais il garda son calme et son masque de froideur.


« Ne parle pas de Gaïa comme si tu la connaissais, elle a choisit de mourir sans se défendre, elle est aussi faible que son père. Je n’ai rien à me faire pardonner du ciel, Dieu n’avait pas qu’à me choisir et si il n’est pas satisfait, qu’il règle lui-même le sort à ses abis prétentieux et à ses hommes orgueilleux. Evite de me faire la morale, la punition de Dieu m’importe peu. En plus c’est toi qu’il m’envoie pour me gronder … un de ses plus fidèles serviteurs. »

Xyno étouffa un rire, un sourire narquois s’était dessiné sur ses lèvres.

« Ah Métatron, toi qui est un des anges les plus pourrie que la vie m’est donné de connaître. Vraiment mon vieux compagnon, tu as encore beaucoup de chose à apprendre sur moi, sur les choies de Dieu. Et c’est toi qui devrais me punir … va au diable ! »

L’ange déchu exprimait dans sa voie un profond dégoût pour cet être. Il le regarda posé l’enfant au sol et remarqua à son tour la tache qu’il avait faites sur ses beaux vêtements. Un sourire moqueur prit place sur ses lèvres tandis qu’il s’avançait vers l’enfant et le mettait derrière lui dans un geste protecteur.

« Dieu ne me guide plus depuis longtemps pauvre fou. Et vois tu cher Archange, la vie avec les humains est plus jouissive que celle parmi un ramassie de vieil anges se prenant pour des sages et pourtant pourrie jusqu’au cœur. Mes pouvoirs m’ont peut être quittés, mais je ne courbe pas l’échine pour autant. Alors retourna à tes nuages et dit à ton cher Dieu que nous n’avons plus rien en commun, que je n’ai plus aucun compte à lui rendre. »

Si cela pouvait être aussi simple, mais au fond de lui Xyno savait que ce n’était qu’illusion, le lien qui l’unissait à Dieu et au monde céleste était indéfectible, représenté par ses ailes noires. Il ne pourrait jamais se détacher de cette partie de lui. Il sentait derrière lui l’enfant tremblant, ne sachant plus que faire au milieu de tout se tumulte. Sa petite main se raccrocha à la chemise de l’ange déchu, comme s’il avait peur de se retrouver tout seul. Xyno lui restait froid, neutre.

« Ah au fait, fait attention, tu as une tache, je te déconseille de rentrer ainsi pouilleux, certains pourrait découvrir à travers cette tache ton coté obscur. Tu dois encore jouer la comédie, alors que moi, je n’ai jamais joué le moindre rôle pour plaire à la société. »

Xyno finit par tourner le dos à l’ange, il regarda l’enfant devant lui qui le fixait de ses yeux innocents. Négligemment il passa une main dans les cheveux du petit avant de le forcer gentiment à avancer prés de lui vers les balcons.

« Fais passer ce message : que tout ceux qui veulent me voir mort m’attaque, que tout ceux qui veulent me voir disparaître viennent m’affronter. Je suis prêt à tous les recevoir comme il se doit. Et enfin … dit Lui que je ne lui appartient plus. Je ne suis plus le gamin qu’il pouvait manipuler. »

L’ange déchue continuait à marcher, de son pas lent, tranquille, se moquant des secousses et des fissures.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Maître du jeux
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: 8 avril   23.09.07 20:56

PNJ ange Métatron


[8 Avril / tôt le matin / couloirs]

Cet être était tellement méprisable, mais Métatron se devait de le remettre à sa place, xyno avait était complètement pervertit par les humains, il parlait présent comme eux. Qu’elle arrogance! Cet ange déchu débitait tellement de bêtise à la seconde, que métraton si il n’avait pas était prévenu, aurait tournée de l’œil.
Comment dieu pouvait encore accepter qu’il reste encore en vie. Métratron ne répondait pas aux provocations de xyno encore moins aux bêtises qu’il disait. Il savait se contrôler comme personne. Ce qui devait en effet lui donner un côté agaçant, pour ceux qui étaient du genre impulsif comme xyno.
Il sentait que l’ange déchu n’avait nullement oublié le passé ce qui eu pour effet de le faire sourire.
Même quand xyno lui fit l’affront de lui tourner le dos métatron resta très calme il ferma les yeux un moment, il avait mission de lui faire la morale et de lui faire fermer son clapet a cet ange devenue bien trop humain.
D’une seule main métatron fit apparaître des chaînes qui allèrent arrêter xyno dans ses mouvements. Métatron ne voulant plus êtres déranger par tout ces gens, entraîna dans la premier pièce forçant xyno à le suivre, à l’aide de ces chaînes. Une fois la porte fermée il immobilisa toujours avec une seule main l’anche déchue.
Par principe il emmena le petit garçon qui endormit grâce à ses pouvoirs, le corps du garçon restait inerte sur le sol. Il se permit par la suite de s’assoire dans le vide.

"Ta comédie ne marche pas avec moi xyno."

Il le regarda toujours l’aire serin, le travaille intéressant commençait maintenant.

"As tu oublier pourquoi nous existons tous: homme, ange et démon? As tu oublier ce qu’il y a avant nous? Dieu a des projets pour tous: les hommes des êtres possédé par un esprit bestial, ils sont tous ce que dieu aime, grâce à eux son ennuie est supportable. Et nous c’est tu pourquoi nous sommes là, ou as tu aussi oublier? Nous sommes ici pour faire respecter les veux de dieu, au humain. Les démons ne sont hélas que des déchets qui ont été trop faible et qui n’ont pas résisté au péché."

Métatron fit apparaître un pomme qu’il fit tourner sur elle-même dans le l’aire. Il la regarda un instant. Il croqua dedans.

"Le péché et si facile à atteindre que tu n’as pas pu résisté!"

Métatron se leva et alla vers xyno très vite. Sans toucher le sol bien entendu.

"Xyno je n’ais pas besoin de te connaître en particulier, vous les déchus suivaient le même chemin de la destruction. Vous dite tous la même chose sans se rendre comte que vos paroles sont celle des humains.
Es tu devenu aussi bête qu’eux pour dire que tu n’as plus aucun rapport avec dieu. Dire un tel bêtise c’est renier le sens même de ton existence. Tu es ce que tu es, car il l’a voulu et accepté. Tu es dans les projets de dieu, débat toi de toute tes forces, mais le finale sera ta destruction dans la souffrance."


Métatron broya la pomme sous les yeux de xyno. Son sourire ne changeait pas, comme si il avait était figé. Sa beauté non plus n’avait pas changé depuis des siècles. Il se sentait de mieux en mieux, il voyait a quel point cet être été décadent. En fin de compte il avait plus de pitié pour la bêtise de xyno que du mépris. Dieu avait de bien bonne idée et métatron allait encore devoir dire quelque mot avant de punir cet ange.

"Xyno celui qui joue les clowns ici c’est bien toi. Mais passons tu es déjà assez bas pour que je t’enfonce encore plus. A cette vitesse tu vas très vite arrivé en enfer, haha. Tu lui appartiens corps et âme xyno, mais il semble qu’ils t’aient lobotomisé le cerveau, tu n’es plus capable d’utiliser l’intelligence. Tu es devenue une bête à tel point que tu es prêt à tout pour détruire ce qui fait ton existence. Dieu à choisie une punition de taille non?"

Métatron tenait que xyno comprenne bien sa situation, il avait de jouet avec lui et avec ce comportement d’humain répugnant. Il fit apparaître le visage de onyx.

"Tu vie pour tuer les abis, c’est devenue avec le temps ta seul raison de vivre ici, et celle de dieu de te laisser en vie. Mais regarde le bien, cet homme répugnant, taché de sang de ses semblables, cette bête qui n’est plus capable d’utiliser son cœur. Regarde le bien! Tu dois le tuer, mais le tuer c’est disparaître à ton tour. Tu existe sous cette forme parce que lui existe. Tu pourchasses ta propre mort en le pourchassant. Quand les abis seront mort, tu n’auras plus de raison de vivre et tu ne sera plus personne xyno. Xyno, même ton nom existe grâce à lui."

Métatron fini son petit monologue avec une gentille caresse sur la joue de xyno. Il fit ensuite apparaître le visage de xyno à côté de celui de onyx.

"Regarde bien xyno, lui vit pour résister à dieu, cause perdue. Mais toi tu enchaîné par tes origine, tu ne peux pas lutter. Tu sais la différence entre toi et lui? Lui sera pardonné, car les hommes sont les êtres les plus estimé par dieu. Il sera pardonné car il souffre, mais toi, toi tu es damné, quand lui sera mort et pardonné, toi tu te décomposeras, perdant ce qui fait que existe avec eux. Nous existons par ce que eux existe, sans eux nous ne somme plus rien, sans lui tu n‘es plus rien.
Ta punition est digne de divertir dieu!"


Métatron s’éloigna de xyno, il avait assez parlé, sur la cruelle existence de cet être. Il laissa paraître ses véritable sentiment sur son visage son sourire était diabolique. Comme beaucoup d’ange métatron avait une jalousie pour les humains. Mais xyno ne pouvait pas devenir humain il était un être errant, qui aidait dieu a faire le salle travail et à souffrir comme personne.
Il fini par faire disparaître les visages de xyno et onyx, la vie était quelque chose de fascinant et dieu avait bien raison de se divertir devant un tel spectacle. Métatron allait aimer les prochaines années, il n’allait pas s’ennuyer.

"J’ai un autre cadeau pour toi!"

Il fit apparaître un petit cœur, il regarda un moment xyno toujours attaché et à sa merci. Il fit avancer le cœur vers lui et celui-ci entra dans la tête de xyno.

"Voilà une pénalité de retard, tu découvriras par toit même cette punition. Tuer les que leurs souffrances et celle de tout les humains cessent. Ou jette toi d’une falaise ça reviendra au même, haha"

Métatron se permit de rire devant xyno.
durant tout ce temps ou métatron samusait de constater le piteux état dans le quel xyno était, le tremblement de terre faisait beaucoup de mort, et le chateau menasser de sécrouler par endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Abis de Shin-sai
Abis de Shin-sai
avatar

Masculin
Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 20

MessageSujet: Re: 8 avril   23.09.07 22:24

Le vent lui sifflait aux oreilles et la vue du sol se rapprochant trop vite à son goût lui serrait tellement le ventre de peur que, si son corps n’avait pas été à ce point tétanisé, il aurait volontiers hurlé.
Un coin du cerveau d’Alfred trouva le courage de faire de l’ironie en remarquant que c’était la deuxième fois qu’Annice le jetait par la fenêtre – il faudrait qu’il pense à faire installer des barreaux côtés falaises.
Il sentit soudainement la main d’Annice agripper la sienne (il lui rendit la prise sans aucune hésitation) et leur chute se stopper net – dans un craquement horrible.
Il ne voulait pas savoir ce que c’était, décida t’il en frémissant.

"mon seigneur s’il vous plait faite attention a l'atterrissage."

Lentement d’abord, ils glissèrent. Puis reprirent leur chute. Mais ils avaient perdus leur vitesse, et ils étaient proches du sol à présent. Il se réceptionna lourdement, son corps bascula en avant et il se retrouva allongé au sol, les bras en croix.

"Mon seigneur vous allez bien. On ne doit pas traîner ici!"

Il voulut répondre mais son corps refusa d’émettre le moindre son ou mouvement. Un tremblement violent lui fit entendre raison, et il se redressa rapidement, les jambes un peu tremblantes.

"Mon seigneur!"

Ce ne fut que lorsqu’elle l’attrapa par son vêtement qu’il se rendit compte qu’il était poisseux de sang. Sa tête se vida, et ses yeux s’écarquillèrent d’horreur. Il eut un mouvement de recul, se dégageant de l’emprise d’Annice.

« Non… »

C’était trop semblable. Comme lorsqu’ Annice l’avait poignardé au ventre avant de le balancer dans le vide. Ce sang sur son vêtement, ce n’était pas le sien – il savait qu’il n’était pas blessé. Mais c’était trop semblable. Son cœur battait la chamade, il avait du mal à respirer.

"Il faut partir bientôt on en tiendra plus debout. Il faut qu’on trouve un endroit ou vous serez en sécurité."

« Je suis en sécurité ici » répondit-il brusquement, la gorge nouée : « Je suis hors du château, tu vois ?! »

Une nouvelle secousse manqua les envoyer au sol, et il jeta un regard au château, le visage blême.

« Je dois aller voir les nobles et les domestiques » dit-il en commençant à avancer : « Je leur ai ordonner de sortir. Il faut aller les chercher, ils doivent être sur la colline. Viens. »

Il n’avait pas envie de regarder Annice. Il savait qu’elle allait mal, qu’elle était faible dans cet état… Mais qu’elle le protégeait malgré tout. Et il se sentait pitoyable, à être un fardeau pour elle.
Il se sentait pitoyable à ressasser son faux-assassinat sans pouvoir l’exorciser, dès qu’il était tâché de sang ou face à un trop grand vide. Elle le protégeait.
Lui aussi, aurait aimé la protéger.

Elle est capitaine, elle fait son boulot.

Soit. Il était Abis, il avait également un boulot.

« Il faut mettre la population en sécurité »
dit t’il en accélérant l’allure : « Les nobles et les domestiques. Il n’y aura pas assez de chevaux dans l’écurie pour tout le monde, et ça risque d’être la panique si certains veulent s’en procurer à tout prix. »

Il lui jeta un bref coup d’œil.

« Je n’ai pas mes pouvoirs : je ne pourrais pas faire régner l’ordre par la force. Il faudra les convaincre –je compte sur ton aide pour faire circuler les ordres. »

Il ne pouvait pas se satisfaire de se mettre en sécurité seul, et de laisser les autres face au danger. Il était Abis, c’était une réalité à laquelle il s’était faite, au cours des années… Et un Abis n’était rien sans son peuple.

« Il faudra les écarter des bords de la falaise, au cas où elle s’effriterait – et de la pente de la coline, au cas où des morceaux du château roulerait jusqu’au village… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annice Appolodoros
Capitaine de Shin-sai
Capitaine de Shin-sai
avatar

Féminin
Nombre de messages : 376
Age : 28
Emploi : capitaine
Date d'inscription : 28/06/2006

Identité
Affinités: Alfred, Alex, Onyx, Mel
Lieu de Naissance: Ex Mine de Glace
Age: 22 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   23.09.07 23:20

8 avril/ matinée/au pied d'une des façade]

Annice écoutait Alfred, il était trop transparent pour elle. Et elle voyait bien son gène, Annice ne pouvait pas tout expliquer, mais malgré l'ampleur que prenait cette catastrophe, elle entrevoyait une lumière. Alfred était vraiment un être touchant, cette vie ne le méritait pas. Elle aurait tellement aimait qu'il vive selon ses convictions, sans êtres censurer par son rôle.
Cet être était tellement sensible et précieux à ses yeux. Alfred était gênait par son état. Cette situation fit monté les larmes au yeux de Annice. Elle ne savait pas comment tout allait finir, elle devait tout faire pour le protéger, elle le devait bien à ce monde.

Mon seigneur...

Tout ses pensé réchauffèrent son coeur, elle se sentit plus fort que n'importe qui. Comme si la classe de son coeur fondait rien qu'en entendant, les douces paroles de alfred. Malgré la situation délicate elle le prit dans ses bras. Elle lui fit fermer les yeux en moment. Elle avait un sourire tellement doux.

"Mon seigneur, oubliez ma souffrance..."

Sa voie était douce, mais elle devenait de plus en plus saccader a cause de ses pleures. C’était le moment de lui dire tout ce qu'elle pensait. Ce qui lui était arrivé la veille lui avait ouvert les yeux sur sa situation.

"Depuis que je vous ai rencontré, vous m'avez changé par votre gentillesse. Vous vous inquiétez pour les autres, alors que sans vous nous ne somme plus rien, je ne suis plus rien."

Elle le sera très fort dans ses bras.

"Mon seigneur je vous ai toujours demandé de devenir fort... Alfred laisse moi encore te protéger, ne grandi pas trop vite. J’ai besoin de toi!"

Elle c'était pour la première fois permit de le tutoyer, pour lui montrer à quel point il comptait pour elle. Elle voulait le protéger. Elle se fichait de la survit des autres. Seulement, lui. Il devait rester en vie.
C’était le moment des révélations car elle ne savait si elle allait pouvoir lui parler le lendemain. Elle devait tout lui faire comprendre maintenant, elle en avait besoin pour être forte.

"Vous... vous êtes la famille que je n'ai jamais pu avoir. vous m'ête aussi précieux qu'un petit frère. Vous m'avez tellement donné. J’aimerais que tout votre être sort intacte de cette histoire. Restez vous même, même après les horreurs que vous risquez de voire."

Elle le lâcha finalement sentant que la terre devenait de moins en moins stable. Elle lui prit la main lui faisant un sourire des plus doux. Elle avait les larmes aux yeux.

"Laissez espérer que même après cela je pourrait voire votre sourire."

Elle savait que ces évènements pouvaient marquer des hommes à jamais. Elle devait protéger Alfred tout entier. Elle regarda les vêtements de celui ci taché de sang et les siens. Elle enleva les siens et déchira les haut de Alfred elle lui essuya le visage.

"Ne lâcher pas ma main. C’est vous avant tout, car vous êtes unique. Ce n’est pas vos pouvoir qui nous sauverons mais votre êtres. C’est un honneur de vous servir mon seigneur."

Elle ne posséder que sa loyauté, et elle lui en avait cadeau des le premier jour ou elle l’avait rencontré. Il l’avait sauver des ténèbre et il l’avait encore fois sauver sans le savoir.

_________________


je vous hais autant que je vous aime!(alfred/ alex)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   23.09.07 23:34

[8 Avril / tôt le matin / couloirs]

Des chaînes apparurent et vinrent emprisonner dans leur étreinte Xyno, celui-ci regarda surprit les maillons de fer se refermaient sur ses poignets. Alors ils y étaient venus venus à ça. Décidemment on voulait bel et bien le punir. Il jeta un regard attendrit au garçon qui venait de s’endormir sous l’effet du pouvoir de l’archange et se laissa tirer vers une pièce dans un soupir de résignation. Soit on voulait lui taper sur les doigts, qu’on le fasse.
Xyno avait l’air plus calme, il s’était quelque peu défoulé contre Métatron, et à vraie dire il se sentait plus à son aise dans cette situation, dans ce face à face, même s’il était enchaîné et à la merci de cet être.

Il écouta son petit discours sur le rôle que tenaient les anges les humains et les démons dans ce monde. Mais tout cela l’intéressait peu, il ne faisait partit d’aucune de ses classes. D’une voie légèrement lasse qui avait perdue de son énervement, il répondit :


« Non je n’ai pas oublié Métatron … ces règles sont ancrés dans mon esprit aussi profondément que je sais que je ne fais plus partit de ce monde … ton monde. »

En effet lui-même avait succombé au péché, il avait commis l’impardonnable, dans sa condition d’ange, mais aussi dans celle d’ange déchu. Il ne s’était jamais conduit convenablement, bousculant les mœurs. Il regarda avec des yeux pétillants de haine l’ange croqué dans la pomme, puis s’approcher rapidement de lui. Cette simple proximité le dégoûtait … et lui rappelait à quel point il était faible. Il tira légèrement sur ses chaînes, leur tirant un bruit métallique, mais il ne pouvait pas reculer, il devait faire face à cette vie, à cette existence dont on l’avait bannit.

L’immortel démuni, s’était souvent posé la question de son lien avec Dieu. Il réfutait de tout son corps et de toute son âme une quelconque appartenance à cet ancien maître, pourtant il lui parlait toujours à demi voie, cherchant un signe de sa part, guettant un appel. Il ne pouvait ignorer son existence et l’influence qu’elle avait sur sa vie, sur son existence même. Mais le reconnaître était douloureux alors qu’il détestait cette partie de lui. Après tout, y avait il une partit de lui que Xyno aima ?


Il ressentait le plaisir que prenait cet être à le confronter à la réalité, une réalité qu’il n’ignorait pas mais qu’il s’était efforcé de fuir. Pourtant l’ange déchu n’avait pas détourné les yeux et fixé toujours d’un regard ardent l’archange.

« Tu as raison, le lien qui m’unit à Dieu existe toujours, mais tu ne pourras jamais le comprendre. Il est trop fort pour que ton esprit en conçoive l’existence. »

Mais Xyno se tut lorsqu’il fut confronté à son reflet, ou plutôt au reflet de son corps physique, de cet être dont il était la copie. Il oublia l’ange pour porter son attention sur ce portrait. Il entendait en arrière fond les paroles mauvaises de l’archange.
Ses poings se serrèrent, une rage l’envahissait en même temps qu’une souffrance naissait dans son cœur.
Non il n’avait plus d’autre raison de vivre que de tuer les Abis. Après la mort de Gaïa il avait crut se reconstruire, il avait eut l’espoir de devenir quelqu’un, il ne demandait rien. Mais Dieu l’avait punit pour avoir laisser son enfant se faire tuer, il l’avait privé de cette existence t lui avait imposé cette mission sans quoi il n’était plus rien dorénavant. Il regardait l’homme en face de lui, Onyx et cette vision le faisait encore plus souffrir. On l’avait privée de son corps, de son nom, d’une partie de ses souvenirs et son existence ne tournait maintenant plus q’autour des deux abis. Il vivait pour eux et dans le but de les tuer. Metatron avait raison, il courrait derrière sa propre mort.
Il sentit la caresse de l’archange, mais elle lui fit l’effet d’une brûlure. A coté du portrait de Onyx, il vit le sien apparaître … leur ressemblance lui enfonçait un couteau dans le cœur … c’était la confirmation en réel de ses déductions et des paroles de l’être divin … La suite de son discours ne firent que renforcer la souffrance et le désespoir de l’ange déchu. Que deviendrait il après la mort des Abis ? La mort l’emporterait sûrement, mais ou irait son âme ? Sûrement pas au paradis, ni en enfer. Il n’était plus un ange et n’avait jamais été un démon, il marchait entre deux mondes, sans qu’aucun d’eux ne lui fasse une place. On finirait par l’oublier, alors il disparaîtrait complètement et son existence se résumerait à un rien.
Ce néant faisait peut à Xyno.


« Tu as raison, tellement raison … Dieu m’a entre ses mains, il me fait subir sa colère et m’inflige les souffrances que je mérite. Même Onyx sera pardonné alors que moi je finirais par disparaître dans la poussière du désert. Je ne suis qu’un des jouets favoris de Dieu, il s’amuse.
Sans Lui et sans Onyx, tu as raison je ne serais plus grand-chose, sans cette mission, je n’aurais plus de raison de vivre. »


Xyno avait l’air abattu, il avait la tête baissée, mais ses points étaient toujours serrés.
Soudain il leva la tête et cria avec une voie enroué de douleur et en essayant de s’avancer vers Metatron malgré les chaînes :


« Pourtant je lutterais de tout mon corps et de toute mon âme ! »

Puis comme si ses forces l’avaient soudainement abandonné, il rebaissa la tête et ajouta dans un murmure.

« Et cela l’amusera encore plus. »

Lorsque les visages de Onyx et le sien disparurent, il redressa la tête pour recevoir sa punition. A l’instant ou le cœur entra en lui, il sentit soudain une migraine envahir son crâne. Une fatigue l’envahi.

« Je ne me jetterais jamais d’une falaise, désolée pour toi. Remercie pour moi dieu de son cadeau même s’il est empoisonné (il eut un petit ricanement). Bon maintenant tu en as finit ou tu veux encore me descendre plus bas que terre ? J’avoue que tu as réussie à me faire mal plus que quiconque, mais venant de toi je n’en attendais pas autrement. Ce n’est pas que je m’ennuie avec toi, mais d’autre affaire m’attende. Alors débarrasse moi de ses chaînes. »

Xyno tira dessus, il avait l’air fatigué, mais une haine sans pareille faisait brillait ses yeux d’ors. Il regarda le gamin qui se réveillait doucement, le couvant de son regard et il se disait au plus profond de lui-même, tout en entendant les cris des victimes, qu’il n’avait pas mérité ça.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alfred
Abis de Shin-sai
Abis de Shin-sai
avatar

Masculin
Nombre de messages : 395
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités:
Lieu de Naissance: Mine de Pierre
Age: 20

MessageSujet: Re: 8 avril   24.09.07 0:26

[Au bas d'une des facaces]

Il ne savait pas ce qu’il s’était passé. A partir de quand est-ce que son cœur avait commencé à battre si fort qu’il en avait le tournis. Les bras d’Annice lui encerclait doucement la poitrine, et il la sentait contre son dos. Et alors qu’il avait tâché de se redonner une contenance devant elle, il sentait de nouveau qu’il était incapable de réfléchir – incapable du moindre mouvement qui eut pu briser son étreinte… juste parce qu’elle le tenait dans ses bras. Et que c’était l’unique chose sur terre dont il avait vraiment besoin.

"Mon seigneur, oubliez ma souffrance..."

Il avait la gorge serrée. Nouée à lui en fait mal.

« Je peux pas… »

Trop bas pour qu’elle l’ai entendu. Sa voix avait été trop faible pour porter jusqu’à elle… Mais il ne pouvait pas…
Il ne vivait que de ça. Que de l’espoir de la voir sourire.
Ce n’était pas possible d’aimer une personne comme il l’aimait.
Ca ne pouvait pas être possible. C’était trop énorme pour un seul corps – c’était juste trop fort pour une seule vie.
Alors non, il ne pouvait pas oublier. Parce que toutes les larmes qu’elle versait se gravait dans son cœur comme un liquide nocif. Parce que sa voix saccadée de sanglots dans son dos était en train de le faire devenir fou. Parce que toutes les blessures qu’il devait faire semblant d’ignorer le rendait malade…
Et parce qu’il suffisait qu’elle sourit pour que son monde s’apaise.
Il ne pouvait juste pas… jouer les indifférents… pas quand son cœur s’emballait comme ça. Pas avec elle.

"Depuis que je vous ai rencontré, vous m'avez changé par votre gentillesse. Vous vous inquiétez pour les autres, alors que sans vous nous ne somme plus rien, je ne suis plus rien."

« Arrêtes… »

Ce n’était pas vrai. Pourquoi est-ce qu’elle disait ça ? Il savait que ce n’était pas vrai…
Elle n’avait pas besoin de mentir.
Il n’avait pas besoin qu’elle ait pitié de lui… Il avait appris à vivre comme ça.
C’est lui… qui aurait dû changer. C’est lui qui aurait dû être capable de la protéger.
Il ne voulait pas qu’elle ait pitié de lui.
Jamais… elle ne devait avoir pitié de lui.

« Mon seigneur je vous ai toujours demandé de devenir fort... Alfred laisse moi encore te protéger, ne grandi pas trop vite. J’ai besoin de toi!"

C’était horrible et merveilleux à la fois. Comment pouvait t’on ressentir avec autant de netteté deux sentiments si contradictoires ?
Il ne disait rien, ne faisait pas un geste. Il avait peur qu’elle s’en aille. Il avait peur que ses yeux qui le piquaient ne cèdent, et qu’il laisse les larmes rouler sur ses joues.
Il était un Abis de vingt ans. Les rois ne pleurent pas.
Doucement, avec un peu de maladresse, il plaça ses mains sur celles d’Annice et les serra doucement entre les siennes, avec tendresse.

"Vous... vous êtes la famille que je n'ai jamais pu avoir. vous m'êtes aussi précieux qu'un petit frère. Vous m'avez tellement donné. J’aimerais que tout votre être sort intacte de cette histoire. Restez vous même, même après les horreurs que vous risquez de voire."

Peut-être que c’était ça, après tout… Une grande sœur ? Est-ce qu’il l’aimait comme une grande sœur… ?
Ca n’avait aucune importance. Il serait tout ce qu’elle voudrait qu’il soit. Ca lui suffisait.
S’il fallait une lumière pour enlever un peu l’amertume qu’il avait envers sa famille, Annice serait merveilleuse. C’était tout.

Doucement, elle dégagea ses bras. Il la laissa faire.
Il mit plusieurs secondes à chasser la sensation de vide qui l’oppressait – à la sensation de froid qui lui parcourait tout le corps, tout d’un coup.
Devant lui, elle souriait. Et la chaleur revint.

"Laissez espérer que même après cela je pourrait voire votre sourire."

« Je répondrais à tes sourires… » répondit t’il « Il n’y a rien qui puisse empêcher ça. »

Ou sinon, c’est que ça ne valait plus la peine de vivre.
Il tourna pudiquement – et rapidement - les yeux lorsqu’elle ôta ses vêtements tâchés, et ne recula que d’un pas lorsqu’elle lui enleva son propre haut avant de lui nettoyer le visage. Il avait l’impression d’avoir de nouveau quinze ans, lorsqu’elle venait d’entrer à son service.
Et il en tirait une joie tout à fait inexplicable.

"Ne lâcher pas ma main. C’est vous avant tout, car vous êtes unique. Ce n’est pas vos pouvoir qui nous sauverons mais votre êtres. C’est un honneur de vous servir mon seigneur."

« Je ne la lâcherais pas » assura t’il : « … Et c’est un honneur que de t’avoir comme capitaine. Comme grande sœur. »

Il raffermit doucement la prise de sa main et, l’encourageant d’un pression, se mit à courir vers l’entrée du château.
Ellle le protégeait. Rien au monde ne pourrait le toucher, tant qu’il sentirait la chaleur de sa main dans la sienne.

[Suite dans les jardins (?)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
Maître du jeux
avatar

Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: 8 avril   24.09.07 21:49

PNJ ange Métatron


[8 Avril / matin / couloirs]


Métatron se régalait en voyant xyno comme ça. Il souffrait cet chose si fière de son existence! Comment ne pas sourire devait une scène aussi amusante que celle là? Il regardait l’être se débattre.

"Voyons xyno c’est moi qui décide! Tu me déçoit tu remballé très vite ta fierté c’est presque dommage que tu ne continue pas dans ta bêtise? Tu m’offre un magnifique spectacle, de souffrance."

Métatron défit les chaînes de xyno pour le laisser tomber au sol.

"Alors débat toi de toute tes forces, pour me divertir. Il semble que tu ne semble faire que ça pourtant il existe une issu à ta misérable existence et celle si ne se trouve pas prêt de dieu."

Les paroles de métatron, celles qui d’ordinaires pourraient aider une personne, n’étaient d’autre qu’un appel à la décadence. Métatron pensait que la seul issu pour un être qui de toute façon allait mourir était de stopper son existence sur le champ. Ça évitait un gaspillage d’en énergie.
Mais a l’intérieur de lui il pensait réellement que xyno était un menace, les règle de dieu, avaient des failles et xyno était assez misérable pour les trouver."

"Xyno…j’aimerais pouvoir te descendre jusqu’a que plus personne n’est à supporter un être aussi sal que toi."

Metatron avait terminait sa mission, il devait repartir dans le monde des cieux quelque chose de plus important l’attendait. Mais une autre apparition interrompu ces chaleureuses retrouvaille. Un ange de rang inférieure annonça une très mauvaise nouvelle à métatron.

_La petit prêtresse du nom de kara, n’a pas suivit nos instruction, elle est sûrement blessé et le roi des animaux est avec elle. Nous ne pouvons pas aller lui porter secours.
_ en quoi cela me regarde? Elle à fait un chois!
_mais dieu ne vous a rien dit d’autre à son sujet.
_non! Par contre si le roi est revenue, c’est qu’il a bien l’intention de mettre son plan à exécution…. Bon allons nous n’avons plus rien à faire ici.

Métatron ne portait plus aucun intérêt à xyno il avait fini de s’amuser. Il prit l’enfant et d’un coup le tua , le sang qui gicla sur le mur forma un portail. La pureté était le moyen de transport que métatron préférait.

"Par en paix! Toi tu sera pardonné de tes péchés"

L’autre ange ouvrit la porte il entrèrent pour rejoindre les leur. Et avant que la porte se ferme métatron se retourna et regarda xyno. Il avait un grand sourire, car quoi que dise xyno metatron était bien au dessus de lui.
Les cheveux de métatron volaient portait par le doux vent du paradis. Un chose que xyno ne pouvait oublier et il le savait. Lui il remontait mais xyno n’y mettrait plus les pieds.

"Une dernière chose: tu ne tueras point! Pardonne a ton prochaine… au pardon j’avait oublier que tu n’était ni humain ni ange.
Adieux xyno et que je n’ai pas revenir te punir, car la prochaine tu en mourra."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   26.09.07 17:20

[8 Avril / matin / couloirs]

Xyno s’écroula au sol dés l’instant ou les chaînes eurent disparut. Il était à quatre pattes fixant de ses yeux d’ors le sol qui tremblait au rythme des secousses. Il entendait en bruit de fond les voies des nobles et des domestiques essayant de fuir, leurs pas précipités vers la sortie, et les cris d’agonie de certain. Mais tout cela était couvert par la voie mielleuse de l’Archange qui voulait le voir six pieds sous terre. L’ange déchu se taisait, il était encore sous le choc des paroles de Metatron, cette douleur qu’il ressentait au cœur … était ce ça que les hommes appelaient la souffrance morale. Xyno se torturait l’esprit pour savoir quelle voie il devait choisir, quelle solution s’ouvrait à lui. On venait de le confronter à la fatalité de son existence, il n’y avait aucune issue pour lui. A moins qu’il ne s’en fasse une lui-même. Mais cette idée restait encore enfouies devant la douleur de l’ange, pourtant cela faisait trois ans qu’il vivait avec, mais il avait tout fait pour ignorer cette fatalité.
En même tant une haine et une rage de vivre le consumait, il ne pouvait baisser les bras devant de stupides humains et encore moins devant ses anges qui l’avait renié. Il se battrait, quoiqu’il lui en coûte, de toute façon il n’avait plus grand-chose à perdre, et il les divertirait d’avantage de cette façon, même si l’idée d’être un jouet dans les mains de dieu le révulsait … il devait bien avouer que son statue se rapprochait de celui la que de celui de « Elue ».

Mais lorsqu’un autre ange arriva, Xyno releva brusquement la tête au nom de Kara. Que lui arrivait il donc ? Elle était blessée d’après les paroles de l’être divin et accompagné … du roi des animaux. L’ange déchu se demandait ce qui se passait autour de Kara, la petite prêtresse faisait partie du plan de Dieu … était elle de mèche avec ces anges ? Non Xyno ne le croyait pas, il avait lut dans les yeux bleu de la jeune fille une foie et une innocence absolue, une pureté telle qu’elle ne pourrait lui mentir. Il l’avait longtemps cherché, dans les déserts, dans les rêves et il avait finit par la trouver sur sa montagne, il était sur que c’était bien elle.

Il se demandait à quel point la blessure de Kara était grave lorsqu’il vit Metatron s’approchait de l’enfant encore assoupie. Il sut quelques secondes avant que l’archange ne fasse son geste destructeur ce qui allait se passer.


« Non !! »

Sa voie était encore faible, mais elle avait retrouvé de son assurance. Pourtant devant les yeux de Xyno, l’envoyé du ciel tua le jeune garçon sans aucun état d’âme, faisant gicler son sang qu’il utilisa par la suite pour créer un portail. L’ange déchu regardait la scène toujours agenouillée au sol, ses yeux allant du cadavre de l’enfant à Metatron.

« Qu’a-t-on à se faire pardonner si jeune ? Il n’avait pas à être la, il n’avait pas à mourir de cette façon Metatron. Les enfants n’ont pas à pâtir des erreurs des plus vieux ! Mais cela tu ne pourras jamais le comprendre. »

Xyno lui-même avait mit du temps à percevoir l’innocence et la pureté des enfants, mais au fil des années, il avait apprit en les observant et pour lui c’était encore les seuls humains à être sur la bonne voie, mais il ne passerait pas longtemps avant que cette société leur fasse perdre leur rêve et leur innocence.

Sur son visage, Xyno sentit le vent du paradis, mais ce n’était qu’une caresse, qu’un murmure, comme pour raviver sa douleur d’avoir perdue l’accès à ce monde. L’ange adressa un dernier regard empli de haine à Metatron avant que celui-ci ne disparaisse. Il se leva en suite et prit dans ses bras le cadavre de l’enfant qui ne pesait pas bien lourd. Il tacha par la même occasion sa chemise blanche du sang de l’enfant … lui n’avait pas peur de se taché.


« En effet à notre prochaine rencontre, un de nous deux mourra, c’est inévitable, mais le gagnant ne sera peut être pas celui que le destin désigne. »

Xyno caressa doucement le front de l’enfant, lui remettant une mèche en place. En voyant la mort du garçon, il avait comprit qu’il lui restait bien des choses à faire, qu’il n’avait pas le temps de se lamenter. Mais la douleur était toujours présente en lui… cela signifiait certainement qu’il restait un cœur derrière son masque de froideur et de cruauté. Les secousses devenaient de plus en plus fortes, Xyno avait l’impression que le plancher sous ses pieds allait céder d’un moment à l’autre, il devait se dépêcher de sortir. Le cadavre de l’enfant toujours dans les bras, il ouvrit a porte donnant sur les couloirs, il n’y avait plus personne, tout le monde était descendu aux étages inférieurs. Alors Xyno se hâta, tenant contre lui le corps frêle de l’enfant perdant sa chaleur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
0nyx grenat
Abis de Sunahama
Abis de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1164
Age : 28
Emploi : Abis
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités: Calintz, Lazuli, Annice, Abyssion, Sayuri
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 34 ans 26 ans physiquement

MessageSujet: Re: 8 avril   26.09.07 20:50

[8 Avril / matin / couloirs]

Onyx ne c'était pas donné le temps de récupérer, résulta, il était impossible pour lui de se relever, durant au moins quelque minutes.
Mais ça fatigue passait après Calintz, ou était son frère? Le sauver était une priorité, mais il fallait qu'il le trouve. Onyx était angoissé, perdre son frère était une idée insupportable. Onyx se releva d'un coup, il sentait la terre qui ne devenait aussi stable que son lit rempli de coussin. Certes ce rapprochement n'était très philosophique, mais bon.
Il se dirigea vers le palais car c'était le dernier lieu ou il l'avait vu pour la dernière fois.

"Calintz..."

Il n'arrivait pas à passer, et sans ses pouvoirs il était aussi faible qu'un autre, enfin c'était l'impression désagréable qu'il avait. Il prit une lance à un garde qui fuyait, lâchement.

"Pitoyable!"

De coup de lance il écarter les personnes sur son passager. Il était déterminé et voulait trouver Calintz a tout prit, il faisait une fixation.
Onyx était dans une situation de faiblesse (je parle de son coeur cette fois). Il ne pouvait pas se contrôler. Et la haine des morts qui l'entouraient, l'influençait. Il tua sans véritable raison certaine noble ou domestique qui étaient sur son pas passage. Sa lance était tachée de sang, onyx avait perdu sa conscience, que l'amour de Calintz maintenait en vie. C’était en effet contradictoire avec le personnage mais onyx avait un coeur faible. Doux son caractère pourris avec les autres.
Quand il y repensait, comment aurait il été sans tout cela, aurait il combattu les abis? Calintz avait abattu ses barrières, que le pouvoir lui avait construites.

Calintz!

Il ne savait pas comment le retrouver, petit à petit onyx était envoûté par la haine qui lui collait à la peau. Onyx avançait dans les étages en quête de son frère. Plus il tuait plus sa conscience partait. Il n'avait tué autant de ses propres mains, et sa faiblesse psychologique ne l'aidait pas à lutter. Être humain il ne savait plus ce que c'était. Il avait l'impression d'avoir oublier ce que c'était le jour il avait tué celui qu'il aimait.
Souvent onyx se souvenait de ses moments si tristes de sa vie, quand il tuait. Mais il ne retrouvait pas cette tristesse qui faisait de lui un homme. Ce jours la il avait pleuré, pleuré la mort d'un être chère qu'il avait causé. Et maintenant, pourquoi pleurait il? Cette impression que son coeur avait disparut, le faisait souffrir et le poussait à tuer, encore et encore.
Alors qu'il se trouvait dans les couloirs désertait par les nobles il croisa une personne. Avec il avança vers elle prudence pour ne pas tomber. Plus il s'approchait plus cette personne, qui tenait un être inanimé dans les bras, lui rappelait quelqu'un, cette image le fit revenir a la réalité: tremblement de terre, Calintz, sont double.
Onyx se stoppa quand il reconnu xyno, tenant un enfant visiblement mal en point. Pourquoi une rencontre alors qu'il n'avait plus de pouvoir? Onyx lâcha sa lance, la surprise le dérouta, mais fit revenir la conscience de onyx. Il devait se ressaisir.

"Xyno."

Il ne pouvait oublier ce que sloth lui avait montré, le brave petit. Il s'approcha de xyno.

"Tu es donc le remplacent de Gaïa!"

Elle aussi il l'avait tué. Le future, allait il le confronter a Calintz ensuite? Allait il tuer tout ceux qu'il aime?
Il tenta de ne pas penser à ça.

"Nous n'avons pas besoin de nous présenter."

Onyx regarda l'enfant.

"Tu ne pourras l'emmener très loin."

Onyx avait un regard mort, tout ces évènement l'avait rendu très instable, mais il devait s'occuper de cet envoyé de dieu. Il devait alors un jour se battre. Mais onyx ressentait que pour le moment n'y lui n'y xyno ne s'attendait à une rencontre dans ces conditions. Chacun avait sûrement ses problèmes.

"On ne l'avait pas mentit quand même, tu es vraiment une bonne réplique. Tu n'as pas ma belle peau ni mes yeux. Mais le corps et le même. Maintenant je peux confirmer que j'ai bien fait de rajeunir."

Onyx n'avait pas vraiment de raison de dire ça, mais même dans cette situation, il devait lui montrer qu'il était le plus fort.

_________________


On aime tellement toutes les choses nouvelles qu'on a même quelque plaisir secret par la vue des plus tristes et des plus terribles événements, à cause de leur nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tcim.livejournal.com/
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   26.09.07 21:48

[8 Avril / matin / couloirs]

Xyno avançait, le cadavre de l’enfant dans les bras sans un mot, comme s’il était mut par une volonté qui le dépassait. Il ne savait pas vraiment ou il allait, mais il devait retrouver Kara. Il regarda furtivement le visage pâle du garçon mort depuis quelques minutes, qu’allait t’il faire de son corps ? Il aurait put tout aussi bien le jeter à terre que personne ne le remarquerait dans ce chaos.
Alors que l’ange était perdu dans ses pensées, encore bouleversé par cette rencontre insolite avec Metatron, par ses mots durs et froids, par la mort injuste de cet enfant qui le touchait sans qu’il ne comprenne pourquoi, il vit en face de lui un homme s’avançait. Il se stoppa immédiatement, son corps de cambra et ses mains se serrèrent autour du petit corps froid.
Il n’avait pas besoin de voir le visage de cet homme pour le reconnaître, tout son corps lui criait la réponse.


« Onyx … »

Ce n’était qu’un murmure. Il leva évasivement les yeux au ciel, avant que l’abis ne soit parvenu à sa hauteur. Il allait pouvoir de nouveau distraire Dieu et les autres anges … Puis l’ange déchu fixa de ses yeux d’ors la silhouette de l’homme qui était à ce jour le plus puissant du pays.
Il fut surprit de constater qu’Onyx connaisait son nom … et l’avait reconnut sans aucun problème comme étant le nouvel élu de Dieu. Et la seule personne connaissant ce secret, et encore capable d’en parler n’était autre que Sloth. Les poings de Xyno se serrent devant la trahison de celui qu’il avait laissé approcher de lui.

Remplaçant de Gaïa … c’était une façon de voir, et dire que c’était cet homme, cet homme qui lui ressemblait tant qui l’avait tué et que lui-même devait tuer … et cette mort mettrait par la même occasion fin à son existence.
Leur ressemblance avait figé une flèche dans le cœur de l’ange déchu, il n’était que ça, la copie d’un homme qui se croyait puissant, d’un homme qui ne gouvernait que par la terreur, faisant coulé le sang pour le plaisir de sa vue. Les rumeurs ne s’étaient pas trompées, Onyx avait l’air plus jeune que Xyno, même si ses traits étaient tirés.

Lorsqu’il parla de l’enfant, ses bras se resserrèrent sur son cadavre qu’il colla contre son torse
.

« Je l’emmènerais jusqu’à ce qu’il trouve sa place. »

Sa voie était calme, résolue. Son visage était neutre, mais ses yeux affichaient une tristesse immense devant cet homme dont son corps était la copie. Pourtant au milieu de tout ses tourments, la haine était toujours la, affûtée, violente.

Lorsque Onyx fit la comparaison entre leur deux corps, les pupilles de l’ange se contractèrent, il plissa les yeux … coïncidence ou jeu du destin. Sans qu’il n’ait put se retenir, l’immortel donna une gifle tonitruante à Onyx. Il était légèrement plus grand que ce dernier, son regard s’était assombri et il le regardait avec un air las et haineux
.

« Pauvre petit Abis, surveille tes paroles. La copie que je suis pourrait bien ne pas apprécier. »

Xyno parlait sèchement, il avait pour le moment perdue cette flamme du risque, ce plaisir de jouet, il se sentait manipuler et profondément blessé. Une migraine le faisait souffrir, il se retrouvait aussi faible qu’un humain et après cette rencontre avec Metatron, tombé sur Onyx ne le réjouissait pas. Il posa à coté de lui le corps de l’enfant avec douceur comme s’il n’était qu’endormie, puis se redressa et fit face à Onyx.

« Onyx … nous nous rencontrons enfin, malgré les circonstances peu avantageuse. Ta jeunesse n’est qu’une illusion, mais je vois ton esprit égaré et ton cœur déchiqueté … mais tu seras pardonné. »

Il y avait dans sa voie une once de reproche, Xyno baissa un instant les yeux avant de se reprendre, il ne devait pas penser à ses tracas et à la fatalité de son existence. Il était face à son ennemie et il devait jouer le jeu du plus fort.

« Alors que faisons nous ? Tu veux peut être que nous nous battions ? Ou m’inviteras tu à boire une tasse de thé ? »

Sa voie était légèrement railleuse, une secousse plus forte que les précédente fit légèrement chanceler l’immortel qui se reprit vite et jeta un regard au corps de l’enfant qui n’avait pas bougé… comment pourrait il encore bouger alors que toute vie l’avait quitté ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
0nyx grenat
Abis de Sunahama
Abis de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1164
Age : 28
Emploi : Abis
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités: Calintz, Lazuli, Annice, Abyssion, Sayuri
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 34 ans 26 ans physiquement

MessageSujet: Re: 8 avril   26.09.07 22:45

[8 Avril / matin / couloirs]

Onyx ne vit pas venir la baffe, il ne pouvait pas s'imaginer que xyno réagirait de la sorte. Il ne comprenait d'ailleurs par cette réaction. Était du genre impulsif ou réfléchi? Pour le moment onyx pensait que cet être était plus guidé par ses émotions.
Le petit abis ne passa pas et onyx attrapa xyno et le plaqua contre le mur, n'ayant plus de pouvoirs.

"Tu vois juste, ce qui reste de mon coeur est peu de chose. Mais tu as baissé les yeux devant celui que tu dois tuer! "

Pardonné, onyx n'avait pas saisi le sens de ces paroles. Il les avait donc ignorait. Lui pardonner, cela revenait à accepter ce qu'il faisait et à se moquer du peu de sens qui restait à sa vie.

"Je pense que nos conditions nous empêche de connaitre vraiment l'autre, mais le coup que tu m'as donner à lever le voile sur une de tes faiblesses."

Onyx refusait de courir le risque de se retrouver dans la même situation de Gaïa qui avait entraîné encore plus profond dans ses ténèbres. Xyno connaissait sa souffrance. Il allait jouer carte sur table. Dieu attendait à un rapport de force que onyx provoquait toujours. Mais onyx, ne savait pas comment agir contre un être qui lui ressemblait. Il plaignait presque cet être de devoir vivre avec le corps de son ennemi.
Quand onyx vit le regard de xyno qui regardait l'enfant il lui rendit enfin sa baffe.

"Tu me déçoit, ne me dis pas que dieu m'a envoyer un être aussi faible. Ni toi ni moi ne pouvons plus rien pour cette enfant. Mais si tu portes plus d'importance à la mort d'un enfant qu'a celle de ton ennemi change de travail! Ça devient presque vexant ton comportement."

Onyx était mal alaise, xyno ne réagissait pas comme ses autres ennemies, la confrontation était étrange. Il n'était pas très agressif. Onyx avait perdu sa concentration qui lui permettait de tenir debout, un secousse le fit basculer en avant contre xyno, mais il trouva le moyen de cogner sa tête contre le mure. Se tremblement terre devenait vraiment agaçant.

"Je vais tuer Alfred si il continue à bousillé ça propre mine! "

Onyx se tenait la tête à cause de la douleur. La aine en vers cet être l'envahi. Il ne se rendait même pas compte qu'il était instable. Tout devenait confus et incompréhensible en lui. Il devait retrouver Calintz, c'était son bute premier, mais il se devait de tenir tête à son ennemies. Et en même temps il n'en avait pas envie, pas maintenant.

...La copie que je suis pourrait bien ne pas apprécier. »

Pourquoi ce rappeler maintenant d'une phrase passée? Onyx ne se comprenait, plus, il avait de la sympathie pour cet être. Il comprenait son geste.
La conscience d'onyx était revenue, la cause exacte était encore floue.
Onyx regarda xyno, il était froid. Il passa une main sur la joue de xyno.

"Tu n'es pas une copie, tu as mon corps, mais tu n'es pas moi. Je t'envierais presque! Je me suis toujours demander comment je pouvais être si je n'été pas né abis. Ta présence, viens de me faire comprendre: qu'importe ce que j'aurais été, puis ce que je ne changerais mon passé, car c'est lui qui fais ce que je suis, et je n'aurait pu connaitre ceux qui me sont chèr. "

Onyx savait pas trop pourquoi il était aussi spontané, c'était sûrement parce qu'il avait presque l'impression de savourer a lui même se qu'il avait en lui. Certes il n'allait pas déballer sa vie, mais il réagissait au mal êtres que ressentait xyno et qu'il percevait. Il rigola tout à coup.

"C’est pitoyable, de parler comme cela a celui qui me tuera!"

_________________


On aime tellement toutes les choses nouvelles qu'on a même quelque plaisir secret par la vue des plus tristes et des plus terribles événements, à cause de leur nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tcim.livejournal.com/
Xyno
Elu de Dieu - Noble
Elu de Dieu - Noble
avatar

Masculin
Nombre de messages : 705
Emploi : Elu de Dieu
Date d'inscription : 02/09/2006

Identité
Affinités: Kara
Lieu de Naissance: Ex Mine du Soleil
Age: 28 ans

MessageSujet: Re: 8 avril   28.09.07 20:27

[8 Avril / matin / couloirs]

Xyno se laissa plaquer contre le mur par Onyx, il avait l’air éteint, fatigué, ses yeux étaient brillants de haine et d’émotions. Finalement avoir un cœur faisait plus souffrir qu’autre chose. Il regarda l’abis droit dans les yeux puisque c’était ce qu’il souhaitait, soutint son regard. Son visage était neutre, ne laissant paraître aucun sentiment.
Sur le moment, l’ange déchu se moquait bien que son ennemie connaisse son point faible, son apparence physique. De toute façon il allait devoir l’accepter, c’était dans l’ordre des choses si il voulait rester le dernier survivant dans l’histoire, et il le devait, même s’il n’arrivait pas vraiment à s’expliquer pourquoi, peut être une question de fierté ou l’emprise de Dieu était toujours aussi forte sur lui.

L’immortel encaissa la baffe, il ne laissa rien transparaître, son manque de réaction était même consternant. On aurait frappé un mort, on aurait obtenue le même résultat à peu de choses prés. Il répondit très calmement à Onyx qui ne comprenait pas ses sentiments confus envers l’enfant mort.


« Si je peux encore pour lui. Et en effet sa mort me touche plus que la tienne, elle n’est pas plus importante, mais pour moi c’est sa mort qui est la plus précieuse. Elle montre à quel point ce monde est injuste, froid et calculateur. Mais ne t’inquiète pas Onyx, notre duel sera à la hauteur de tes espérances. »

Xyno était sur de lui, encore éteint mais dans sa voie il n’y avait aucun doute, il énonçait juste la stricte vérité. Lorsque Onyx bascula vers elle, il sentit le contact entre leurs deux corps s’intensifiait. C’était comme une caresse douloureuse. Les bras de l’ange étaient restés ballants le long de son corps, il observait la nuque et le dos de l’Abis. Ils se ressemblaient tellement physiquement que cela en devenait troublent, gênant même. Leur proximité était quelque chose d’inconnu.

L’ange ne démentit pas les jugements que portaient Onyx sur Alfred, après tout si ils pouvaient s’entre tuer cela l’arrangerait bien. Le sol continuait à trembler, les secousses prenaient plus d’ampleur et à l’extérieur dans les jardins on entendait des cris de désespoir et de douleur.


*Faites que Kara n’ait rien.*

Xyno prenait vraiment conscience du lien qui l’unissait à la petite pretresse en ce moment, elle n’était pas une de ses simples maîtresses, elle était bien plus à ses yeux, mais il n’avait encore put lui avouer. Pourtant on ne pouvait pas appeler sa de l’amour.
La caresse de Onyx le fit sortir de ses pensées. Quel humain bizarre, quelques secondes plus tôt il le giflait pour sa faiblesse et pour se venger de son geste et maintenant le voila lui montrant de la compassion, comparant sa situation à le sienne. Même le rire de l’humain ne le fit pas sortir de sa torpeur.
Fermement, il attrapa la main de l’abis et la stoppa dans son geste, il fit reculer Onyx. Un mince sourire sarcastique était apparut sur ses lèvres et les yeux d’or de l’ange fixaient ceux de l’homme qui lui ressemblait tant
.

« En effet pitoyable, surtout venant de toi Onyx. Tu ne sais rien sur moi, je ne sais pas grand-chose sur toi, nous devons simplement nous lancer dans un cruel combat qui aboutira sur la mort d’un de nous deux. C’est la seule chose dont je suis sur, alors s’il te plait n’essaie pas de me comprendre et ne me raconte pas ta vie, elle ne m’intéresse absolument pas ! Je ne suis pas ici pour te juger, encore moins pour te faire la morale, ça c’est le travail des anges, je suis ici pour te tuer un point c’est tout. Et j’espère m’être bien fait comprendre ! »

Xyno relâcha la main de Onyx. Il avait parlé calmement, même si une pointe de narcissisme était perceptible dans sa voie. Il se pencha sur le corps de l’enfant et le reprit dans ses bras. Il ne pouvait pas se battre maintenant … il n’avait pas ses pouvoirs, mais il devait tout faire pour qu’Onyx ne le sache pas.

« Il y a eu assez de mort aujourd’hui pour que notre combat en rajoute tu ne crois pas ? »


L’ange avait fait quelques pas en avant, mais il s’était retrouvé pour dire cette phrase et pour regarder cet humain dont il était la copie presque parfaite. Le vue de ce corps le faisait souffrir plus qu’il ne le montrait, il ressentait à cet instant le manque cruel de sa vraie identité et de ses souvenirs.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
0nyx grenat
Abis de Sunahama
Abis de Sunahama
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1164
Age : 28
Emploi : Abis
Date d'inscription : 06/06/2006

Identité
Affinités: Calintz, Lazuli, Annice, Abyssion, Sayuri
Lieu de Naissance: Mine de Sable
Age: 34 ans 26 ans physiquement

MessageSujet: Re: 8 avril   28.09.07 21:48

[8 Avril / matin / couloirs]



Onyx laissa parler xyno, celui ci semblait avoir reprit du poil de la bête, ça faisait presque plaisir a onyx, même si il ne l'avait pas épargné sur ses commentaires. Grâce à cet échange il avait pu commencer à comprendre le comportement de ses ennemis. Mais quelque chose au fond de lui le décevait, comme si xyno ne représentait pas l'ennemie que onyx voulait tant avoir.
Xyno avait arrêté sa main ce qui eu pour effet de faire sourire onyx. Gaïa avait été plus docile que lui.

"Xyno je ne suis pas sur que ce soit très claire pour toi. Si ma mort et tant désiré là haut, tu devrais te mettre vite au boulot. À moins qu'il se passe quelque chose, que tu dissimules très mal."

Onyx avait un ton calme, il ne savait pas encore sur quel pied marchait avec cet ennemi mais cela ne saurait tarder.
Onyx se rapprocha de xyno, il n'allait pas terminer leur rencontre d'une façon aussi médiocre. Onyx était seulement stimulé par la confrontation et là, il avait un individu plus mou qu'autre chose. Même les rebelles étaient plus déterminés que lui. Rien en xyno ne provoquait son mouvait côté. Onyx n'avait nullement envie d'une ennemie comme ça.

"Vivre sans connaitre ton adversaire, alors que la base de ton existence c'est moi, si tu ignore pourquoi je vie alors tu ne me tueras jamais. Dieu à choisi une personne qui en dessous du niveau de Gaïa. Elle au moins avait plus d'envie que toi, certes pas à me tuer, mais à vivre avec moi. Toi... toi je en sais même pas si tu serais véritablement capable de me tuer. Je suis presque dessus, d'avoir un double aussi peu expressif que toi."

Onyx était en effet déçut le comportement de xyno ne l'avait même pas blessé dans son estime. Et voir son visage aussi inexpressif et un comportement qui laissait à penser que xyno était faible, ça ne pouvait que le désintéresser.
Onyx dépassa xyno et commencer à reprendre ceux pourquoi il était monté a l'étage des nobles.

"Xyno rien en toi n'est intéressant, j'ai pourtant attendu, ta compassion pour la mort de cet enfant me fait pitié. Méprise ma mort et tu mépriseras aussi la tienne.
Ton manque d'expression est un détail soit mais c'est tellement peu plaisant. j'ai malgré moi tenter de comprendre, me disant peu être que mon ennemie a un talent caché. Tu ne m'as rien apportait de très appétissant."


Onyx ne tenait pas à accorder un seul regard. Il lui avait donné les moyens de le briser, et xyno n'avait rien fait. Onyx était rempli de souffrance, c'était en fin de compte si facile de le blesser. Encore fallait il le arrête vraiment.

"J’ai pourtant espéré un ennemie de taille, mais en fin de compte dieu m'a envoyé qu'une copie vide de se que je suis. Tu n'as rien pour attirer mon attention. Si tu t'arrête à ce que dieu à décidé alors tu n'ais pas digne de faire partit de mes ennemis."

Que dire de plus, onyx avait eu une si mauvaise impression. Une ennemie a taquiné, un jeu qui devait aboutir à la mort. Il avait envie de se sentir vivre, et non obéir à l’exigence de dieu. Onyx avait besoin de se prouver son existence, encore et encore.

"Je suis peu être un homme qui mérite de mourir, mais je mettais permis de pensé qu'on aurait pu s'entendre. C’est un rêve d'humain mais après tout tu me ressembles physiquement, je ne pouvais imaginer que tu serais aussi vide."

Les mures menaçaient de tomber mais onyx devait continuer a chercher Calintz,

« Tues le! Tues le… »

La haine autour de onyx était toujours la celle-ci ne manifestait que par cette phrase. Onyx était bien entendu assez fort pour y résister, mais il venait de faire la morale a xyno. Il devait s’en débarrasser, même si il trouvait ça dommage.
Onyx se retourna très vite et attrapa le bras de xyno qu’il lui tordit dans le dos. Il devait réaliser ce qu’il c’était promis le jour ou il avait vu la misère des autres. Dieu le dérangeait dans ses projets, alors qu’il était le seul à pouvoir faire ça.

"J’ai une petite idée, pour toi. J’ai une chose à réaliser et tu risque de me gêner, xyno."

_________________


On aime tellement toutes les choses nouvelles qu'on a même quelque plaisir secret par la vue des plus tristes et des plus terribles événements, à cause de leur nouveauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tcim.livejournal.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 8 avril   

Revenir en haut Aller en bas
 
8 avril
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Topic Unique] Lyon 6, 7, 8, 9 & 10 Avril 2011
» [Musical] Hairspray à Paris en avril 2011
» Convention Tim Burton (23 au 25 avril 2011)
» [Topic Unique] Rennes 14, 15, 16 & 17 avril 2011
» La journée du 5 avril ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kunshu :: Mines de Pierre plus couramment appelé: Shin-sai :: Le Château d'Argent :: Les Quartiers des Nobles-
Sauter vers: